Développer votre potentiel grâce à la visualisation créatrice et à la méditation. ressources spirituelles gratuites, coaching gratuit, des méditations guidées gratuites et légales. Discussions sur l'ésotérisme et le paranormal, partage.
 
EnvolAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Mar 23 Mar - 19:33

Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique
par Acharya S


Introduction

Dans le monde au cours des siècles passés, on a beaucoup écrit au sujet de la religion, de sa signification, de sa pertinence et de sa contribution à l'humanité. En Europe occidentale en particulier, de nombreux volumes ont été composés qui spéculent sur la nature et l'historicité du personnage principal des religions occidentales, Jésus-Christ. Beaucoup de gens ont essayé de creuser dans les rares indices restants relatifs à l'identité de Jésus et de proposer un croquis biographique qui soit soutient la foi, ou alors révèle le côté plus humain de cet homme-dieu qui nous est si proche. Évidemment, vu le temps et l'énergie dépensés à leur sujet, le christianisme et son fondateur légendaire sont très importants pour l'esprit et la culture occidentaux.

La Polémique

En dépit de toute cette littérature produite sans interruption et de l'importance du sujet, il y a chez le public un sérieux manque d'éducation formelle et étendue concernant la religion et la mythologie, et la plupart des individus sont terriblement mal informés à ce sujet. En ce qui concerne le christianisme, par exemple, on enseigne à la majorité des personnes, dans la plupart des écoles et églises que Jésus-Christ était une figure historique et réelle, et que la seule polémique le concernant est que certains le perçoivent en tant que fils de Dieu et Messie, alors que d'autres non. Cependant, bien que ce soit le débat le plus évident dans ce domaine aujourd'hui, il n'est pas le plus important. Aussi choquant que cela puisse paraître à l'homme de la rue, la polémique la plus profonde et durable à ce sujet est de savoir si un individu appelé Jésus-Christ a réellement existé.
Bien que cette controverse puisse ne pas être évidente au vu des publications habituellement disponibles dans les librairies populaires 1 , quand on examine cette question de manière plus approfondie, on trouve un énorme volume de littérature qui démontre à maintes reprises, logiquement et intelligemment, que Jésus-Christ est un personnage mythologique au même titre que les hommes-dieux grecs, romains, égyptiens, sumériens, phéniciens ou indiens, qui sont tous actuellement perçus comme des mythes plutôt que comme des personnages historiques 2. En fouillant plus avant dans cette grande quantité de documents, on peut découvrir les preuves que le personnage de Jésus est basé sur des mythes et des héros beaucoup plus anciens du monde antique. On s'aperçoit alors que cette histoire n'est pas une représentation historique d'un charpentier rebelle juif qui s'incarna physiquement dans le Levant il y a 2.000 ans. Autrement dit, on a démontré continuellement pendant des siècles que le personnage de Jésus-Christ, a été inventé et ne dépeint pas une vraie personne qui soit aurait été le fils de Dieu, ou qui aurait ensuite été transformée en un surhomme par ses disciples enthousiastes 3.

Historique et position de la discussion

Cette polémique a existé dès le début, et les écrits des "Pères de l'église" eux-mêmes indiquent qu'ils ont constamment été forcés par l'intelligentsia "païenne" à défendre ce que les non-chrétiens considéraient comme une fable absurde et fabriquée sans aucune preuve d'existence historique. Comme le signale le rév. Taylor : De façon ininterrompue depuis les temps apostoliques, mais jamais de façon si forte et emphatique que lors des tout débuts, l'existence du Christ en temps que personne fut vigoureusement niée. L'empereur Julien, qui succéda au "bon chrétien" Constantin, un fanatique meurtrier, autorisa de nouveau les cultes païens, et affirma : Si quelqu'un veut savoir la vérité en ce qui vous concerne, Chrétiens, il saura que votre impiété est partiellement constituée de l'audace juive, et aussi de l'indifférence et du sens de la confusion des Gentils, et que vous avez mélangé non pas leurs meilleures, mais leurs pires caractéristiques. Selon ces dissidents, le nouveau testament aurait pu correctement s'appeler les "fictions d'Évangile." 4
Il y a un siècle, le mythologue Albert Churchward a dit : "On peut montrer que les évangiles canoniques sont une collection d'énonciations du Mythos et de l'Eschatologie égyptiens." 5
Dans La contrefaçon dans le christianisme, Joseph Wheless dit : "Les évangiles sont tous des contrefaçons sacerdotales rédigées plus d'un siècle après leurs prétendues dates." 6 Ceux qui ont inventé certains des évangiles et des épîtres "alternatifs" qui furent écrits approximativement pendant les deux premiers siècles après J-C. 7 ont même admis qu'ils avaient forgé les documents. La contrefaçon pendant les premiers siècles de l'existence de l'église était manifestement effrénée, si commune en fait qu'une nouvelle expression a été inventée pour la décrire: "fraude pieuse." 8 Une telle tromperie est fréquemment admise dans L'Encyclopédie Catholique 9. Certains des "grands" pères de l'église, tel Eusebius, ont été reconnus par leurs propres pairs comme étant d'incroyables menteurs qui ont régulièrement écrit leurs propres fictions sur ce que "le seigneur" avait dit et fait pendant "son" séjour allégué sur la Terre 10.

Premiers indices

L'affirmation que Jésus-Christ est un mythe peut être démontrée non seulement par les travaux des dissidents et des "païens" qui ont su la vérité - et qui ont été perfidement réfutés ou assassinés dans leur combat contre les prêtres chrétiens et les "pères de l'église," qui dupaient les masses avec leurs fictions - mais également par les énoncés des chrétiens eux-mêmes, qui révèlent sans interruption qu'ils ont su que le Christ était un mythe fondé sur des dieux plus anciens situés dans tout le monde antique connu. De fait, le pape Léon X, qui connaissait la vérité en raison de son rang élevé, fit cette déclaration curieuse, "Quel bénéfice cette fable du Christ ne nous a-t-elle pas apporté !" 11 . Comme le dit Wheless : "les preuves à l'appui de ma thèse sont incroyablement faciles à trouver."

Les Gnostiques

De leur propre aveu, les premiers chrétiens étaient incessamment critiqués par d'autres érudits de grande réputation qui furent diffamés en tant que "païens" par leurs adversaires chrétiens. Ce groupe a inclut beaucoup de Gnostiques, qui se sont énergiquement opposés à l'affirmation d'une manifestation physique de leur dieu. On peut montrer que les chrétiens ont emprunté plusieurs des caractéristiques de leur homme-dieu aux Gnostiques, ce qui signifie "Ceux qui savent," une désignation vague s'appliquant à diverses confréries et écoles ésotériques. Les réfutations des chrétiens contre les gnostiques indiquent que l'homme-dieu chrétien était une insulte aux gnostiques, qui soutenaient que leur dieu ne pouvait prendre forme humaine.

Sources Bibliques

Il est frappant de constater que les documents chrétiens les plus anciens, les Epîtres attribués à "Paul," ne discutent jamais de l'historique de Jésus mais traitent exclusivement d'un être spirituel qui était connu à toutes les sectes gnostiques depuis des centaines et des milliers d'années. On peut montrer que les quelques références "historiques" à une vie réelle de Jésus citées dans l'Epître sont des interpolations et des contrefaçons, comme le sont, si l'on en croit Wheless, les épîtres eux-mêmes, qui n'auraient donc pas été écrits par Paul. Comme Edouard Dujardin le précise habilement, la littérature de Paul "ne se rapporte pas à Pilate, ou aux Romains, ou à Caïphe, ou au Sanhédrin, ou à Hérodes, ou à Judas, ou aux femmes saintes, ou à aucune personne dans le récit évangélique de la Passion, et ne leur fait jamais aucune allusion; pour finir, elle ne mentionne absolument aucun des événements de la Passion, directement ou par allusion." 12 Dujardin indique encore que d'autres écrits "chrétiens" les plus anciens tels la Révélation ne mentionnent aucun détail ou drame historiques 13. Mangasarien indique que Paul ne cite jamais les prétendus sermons, prêches, paraboles et prières de Jésus, et qu'il ne fait pas plus mention de sa naissance surnaturelle et de ses prétendus merveilles et miracles, en fait tout ce qui aurait semblé très important pour ses fidèles si de tels exploits et paroles avaient été connu antérieurement à Paul.
Si l'on s'intéresse maintenant aux Evangiles, qui furent écrits vers le milieu du 2° siècle C.E., leurs prétendus auteurs, les apôtres, donnent des récits de Jésus et de sa généalogie qui se contredisent entre elles à plusieurs endroits. Sa naissance et son enfance sont mentionnées chez Marc, et bien que "Matthieu" et "Luc" affirment qu'il est "né d'une vierge," on fait remonter sa lignée de Joseph à la maison de David, de façon à ce qu'il "réponde à la prophétie." Dans les trois Evangiles synoptiques, on indique qu'il a enseigné durant un an avant de mourir, alors que chez "Jean" on parle de trois années. "Matthieu" indique que Jésus a donné le "Sermon de la Montagne" devant "les foules," alors que "Luc" mentionne une conversation privée avec quelques disciples. Les récits de la Passion et de la Résurrection différent totalement les uns des autres, et aucun n'indique à quel âge il est mort. Pour Wheless, "les soi-disant écrits 'canoniques' du Nouveau Testament constituent un texte confus et qui se contredit lui-même, l'estimation présente étant d'au moins 150 000 lectures possibles, ce fait étant connu et admis." De plus, sur les douzaines d'évangiles, certains qui à l'origine étaient considérés comme authentiques ou canoniques furent plus tard rejetés comme apocryphes ou faux, et vice-versa. Cela fait beaucoup pour "l'infaillible Parole de Dieu" et l'Eglise "infaillible!" La confusion est partout présente car au cours des siècles, des chrétiens plagiaires ont essayé d'amalgamer et de fusionner pratiquement tous les mythes, contes de fées, légendes, doctrines ou fragments de sagesse qu'ils pouvaient trouver à partir d'innombrables philosophies et religions à mystère qui existaient à l'époque. Ils ont ainsi contrefait, interpolé, mutilé, changé et réécrit ces textes pendant des siècles.

Sources non bibliques

En fait, il n'y a pas de référence non biblique au personnage historique de Jésus par aucun des historiens connus de l'époque contemporaine et suivant la prétendue venue du messie. Walker indique qu'aucun écrivain de son temps ne l'a mentionné dans un écrit connu. L'éminent historien juif helléniste et philosophe Philon (20 B.C.E.- 50 C.E.), vivant à l'époque supposée de Jésus, ne le mentionne pas. Les quelques quarante historiens qui se sont succédés dans les deux premiers siècles ne l'ont pas mentionné davantage." Il reste suffisamment d'écrit de [ces] auteurs … pour former une bibliothèque. Et pourtant dans cette masse de littérature juive et païenne, excepté deux passages contrefaits dans les écrits d'un auteur Juif, plus deux passages controversés dans les œuvres d'écrivains romains, on ne trouve aucune mention de Jésus-Christ." Leur silence constitue un témoignage assourdissant envers les historiens .
Dans toute l'œuvre de l'historien Juif Josèphe, formée de nombreux volumes, il y a seulement deux paragraphes qui prétendent se référer à Jésus. Quoique l'on ait beaucoup dit sur ces "références", elles ont été dénoncées par tous les érudits et même par les apologistes chrétiens comme étant des faux, comme l'ont été celles se référant à Jean le Baptiste et Jacques, "frère" de Jésus. L'évêque Warburton qualifia l'interpolation de Josèphe concernant Jésus de "faux avéré, de plus très stupide." Wheless indique que "la première mention de ce passage, avec son texte, se trouve dans l'Histoire de l'Eglise de cet écrivain très malhonnête qu'était Eusèbe, au quatrième siècle... " CE [Catholic Encyclopedia] admet que le passage mentionné ci-dessus "n'était pas connu d'Origène et des premiers écrivains patristiques." Wheless, un juriste, et Taylor, un ministre, s'accordent à dire qu'Eusèbe lui-même fabriqua le passage.
Si l'on considère la lettre à Trojan supposée écrite par Pline le Jeune, qui est l'une des si rares "références" à Jésus ou à la Chrétienté exhibée par les Chrétiens comme preuve de l'existence de Jésus, on ne peut lui appliquer qu'un seul mot - "Chrétien" - et on a montré qu'il s'agissait d'un faux, comme est suspectée de l'être la lettre toute entière. En ce qui concerne le passage dans les travaux de l'historien Tacite, qui n'a pas vécu à l'époque supposée de Jésus mais qui est né 20 ans après sa prétendue mort, il est aussi considéré par les érudits compétents comme étant une interpolation et un faux. Les défenseurs des Chrétiens mettent aussi en avant le passage de Suétone se référant à une personne du nom de "Chrestus" ou "Chrestos" comme une référence à leur Sauveur ; quoiqu'il en soit, alors que certains ont spéculé qu'il y avait un Romain qui s'appelait ainsi à cette époque, le nom Chrestus" ou "Chrestos", qui signifie "utile", était fréquemment porté par des esclaves libérés. D'autres affirment que ce passage est aussi une interpolation.
De ces références, Dujardin dit que "même si elles sont authentiques, et dérivent de sources plus anciennes, elles ne nous ramèneraient pas avant la période lors de laquelle la légende évangélique prit forme, et ainsi ne pourraient attester que la légende de Jésus et non son historicité." Dans tous les cas de figure, ces "références" rares et brèves à un homme qui aurait soi-disant bouleversé le monde peuvent difficilement être tenues pour des preuves de son existence, et il est absurde de faire reposer la religion Chrétienne dans son entier sur son authenticité supposée. Comme l'on dit, "les affirmations extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires"; cependant, aucune preuve d'aucune sorte de l'historicité de Jésus n'a jamais existé ou est sur le point de l'être.

Les Personnages

Il est évident qu'il n'y avait pas un personnage unique sur lequel la religion chrétienne s'est fondée, et que ce "Jésus-Christ" est une compilation de légendes, héros, dieux et hommes-dieux. La place manque ici pour entrer dans le détail au sujet de chaque dieu qui a contribué à la formation du personnage de Jésus; il suffit de dire qu'il y a abondance de documents pour prouver que ce sujet n'est pas une question de "foi" ni de "croyance." La vérité est que, à l'époque où ce personnage est supposé avoir vécu, il existait une vaste bibliothèque à Alexandrie et un réseau incroyablement souple de confréries qui s'étendait de l'Europe à la Chine ; ce réseau d'informations a eu accès à de nombreux manuscrits qui racontaient le même récit que celui du Nouveau Testament, avec des noms de lieu et d'appartenance ethnique différents. Dans la réalité, le récit de la vie de Jésus constitue un parallèle presque identique avec l'histoire de Krishna, par exemple, y compris dans les détails, comme signalé entre autres par le mythologue et érudit distingué Gérald Massey il y a plus de cent ans, aussi bien que par le révérend Robert Taylor il y a cent-soixante ans, entre autres 14. Le conte de Krishna que l'on trouve dans les Védas hindous a été daté à au moins 1400 avant J-C. 15 On peut dire la même chose du mythe d'Horus, qui est presque identique, dans ses détails, à l'histoire de Jésus, mais qui précède la version chrétienne de milliers d'années.
L'histoire de Jésus a incorporé des éléments de récits d'autres dieux enregistrés dans ce vaste territoire, comme par exemple ceux des sauveurs du monde et "fils de Dieu", dont la plupart précèdent le mythe chrétien, et dont un bon nombre furent crucifiés ou exécutés :

  • Adad d'Assyrie
  • Adonis, Apollon, Héraclès ("Hercule"), et Zeus en Grèce
  • Alcides de Thèbes
  • Attis de Phrygia
  • Baal de Phénicie
  • Bali d'Afghanistan
  • Beddru du Japon
  • Buddha en Inde
  • Crite de Chaldée
  • Deva Tat du Siam
  • Hésus des druides celtes
  • Horus, Osiris, et Sérapis d'Egypte, dont l'aspect barbu avec de longs cheveux a été adopté pour le personnage du Christ
  • Indra au Tibet
  • Jao au Népal
  • Krishna en Inde
  • Mikado des Sintoos
  • Mithra en Perse
  • Odin des Scandinaves
  • Prométhée au Caucase
  • Quetzalcoatl au Mexique
  • Salivahana aux Bermudes
  • Tammuz de Syrie (qui fut, dans un mouvement typique de la fabrication des mythes, plus tard transformé en disciple Thomas 16)
  • Thor en Gaule
  • Monarque universel des Sibyles
  • Wittoba des Bilingonèses
  • Xamolxis de Thrace
  • Zarathustra/Zoroastre en Perse
  • Zoar des Bonzes
Les principaux protagonistes

Bouddha

Bien que la plupart des personnes pensent que Bouddha fut une personne qui vécut vers 500 avant E.C:, on peut également démontrer que le personnage généralement dépeint comme Bouddha est une compilation d'hommes-dieux, des légendes et paroles de divers hommes saints avant et après la période attribuée au Bouddha historique. 17
Le personnage de Bouddha a les points suivants en commun avec le Christ:
· Bouddha est né de la Vierge Maya, qui était considérée comme la "Reine du Ciel".
· Il était de naissance royale.
· Il exécutait des miracles et des merveilles, guérissait les malades, nourrit 500 hommes à partir d'un "petit panier de gâteaux", et marcha sur les eaux.
· Il a écrasé la tête d'un serpent.
· Il a supprimé l'idolâtrie, était un "semeur de mots", et prêchait "l'établissement d'un royaume de justice".
· Il enseigna la chasteté, la douceur, la tolérance, la compassion, l'amour et l'égalité de tous.
· Il fut transfiguré sur une montagne.
· Sakya Buddha fut crucifié pour expier ses fautes, souffrit durant trois jours en enfer, puis fut ressuscité.
· Il est monté au Nirvana ou au "ciel."
· Il était considéré comme le "bon berger " 18, le "Charpentier", "l'Infini et Eternel".
· Il fut appelé "le Sauveur du Monde" et "la lumière du Monde".

Horus d'Egypte

Les histoires de Jésus et d'Horus sont très semblables, Horus ayant de plus contribué à l'attribution du nom de Jésus-Christ. Horus et son père Osiris sont fréquemment interchangeables dans le mythe ("Moi et mon Père sommes un"). Les légendes relatives à Horus datent de milliers d'années, et il a avec Jésus les points communs suivants:
· Horus est né de la vierge Isis-Meri le 25 décembre dans une grotte/crèche, sa naissance étant annoncée par une étoile à l'est et attendue par trois hommes sages.
· Il enseignait à des enfants au Temple et fut baptisé à l'âge de trente ans.
· Il a eu 12 disciples.
· Il effectua des miracles et éleva un homme, El-Azar-us, d'entre les morts.
· Il marcha sur l'eau.
· Horus fut transfiguré sur la Montagne.
· Il a été enterré dans un tombeau et a été ressuscité.
· Il était aussi "la Voie, la Vérité, la Lumière, le Messie, le fils oint de Dieu, le Fils de l'Homme, le Bon Berger, l'Agneau de Dieu, le Mot", etc.
· Il était "le Pêcheur" et était associé à l'Agneau, au Lion, au Poisson ("Ichthys")
· L'épithète personnelle de Horus était "Iusa," "le fils éternel" de "Ptah," le "Père." 19.
· Horus s'appelait "le KRST," ou "Oint," longtemps avant que les chrétiens en reprennent l'histoire 20.
En fait, dans les catacombes de Rome, on trouve des images d'Horus représenté comme un bébé tenu par Isis, la vierge mère - la "Madonne et l'enfant" initiaux 21 - et le Vatican lui-même est construit sur la papauté de Mithra, qui a de nombreux points communs avec Jésus et qui a existé longtemps avant que le personnage de Jésus ne soit formalisé. La hiérarchie chrétienne est presque identique à la version de Mithra à laquelle elle s'est substitué 22. Pratiquement tous les éléments du rite catholique, de l'obole à l'ostie et de l'eau bénite à l'autel jusqu'à la doxologie sont directement empruntés à d'anciennes religions à mystères paiennes.

Krishna de l'Inde

Les similitudes entre le personnage Chrétien et le messie Indien sont nombreuses. En effet, Massey trouve plus de 100 similarités entre les deux, et Graves, qui inclut les divers évangiles apocryphes dans son analyse, en liste plus de 300. Il est intéressant de remarquer qu'une ancienne écriture usuelle de Krishna en anglais était "Christna", ce qui fait ressortir son rapport avec "Christ". On peut encore noter que, tout comme le messie Juif, beaucoup de gens pensaient que Krishna avait physiquement existé.
· Krishna est né de la Vierge Devaki ("La Divine").
· Son père était charpentier.
· Sa naissance était attendue par des anges, des hommes sages et des bergers, et il se présenta avec de l'or, de l'encens et de la myrrhe.
· Il s'appelle Dieu des bergers.
· Il fut persécuté par un tyran qui ordonna le meurtre de milliers d'enfants en bas âge.
· Il était de naissance royale.
· Il fut baptisé dans le Gange.
· Il effectua miracles et merveilles.
· Il ressuscitait les morts et guérissait les lépreux, les sourds et les aveugles.
· Krishna utilisait des paraboles pour enseigner au peuple la charité et l'amour.
· "Il vécut pauvre et il aima les pauvres."
· Il fut transfiguré devant ses disciples.
· Dans certaines traditions, il mourut sur un arbre ou fut crucifié entre deux voleurs.
· Il ressuscita d'entre les morts et monta au ciel.
· Krishna est appelé "le Dieu-Berger" et le "Seigneur des Seigneurs", et était considéré comme "le rédempteur, le premier-né, le Libérateur, le Mot Universel".
· Il est la seconde personne de la trinité et s'est proclamé lui-même "la résurrection" et "la voie vers le Père".
· Il était considéré comme "le Début, le Milieu et la Fin" ("alpha et omega"), comme un être omniscient, omniprésent et omnipotent.
· Ses disciples lui donnèrent le titre de "Jezeus", ce qui signifie "pure essence".
· Krishna doit revenir se battre avec le "Prince du Mal", qui désolera la Terre.

Mithra, le Dieu-Soleil de Perse

L'histoire de Mithra précède la fable chrétienne d'au moins six cent ans. D'après Wheless, le culte de Mithra était, peu avant l'ère chrétienne, le plus populaire et répandu des religions 'paiennes' de l'époque. Mithra a les caractéristiques suivantes en commun avec le Christ:
· Mithra est né d'une vierge le 25 décembre.
· Il était considéré comme un grand professeur et un maître itinérant.
· Il était appelé "le Bon Berger."
· Il était considéré comme "la Voie, la Vérité et la Lumière."
· Il était encore considéré comme "le Rédempteur," "le Sauveur," "le Messie."
· Il était identifié à la fois au Lion et à l'Agneau.
· Son jour sacré était le dimanche, le "jour du Seigneur", des centaines d'années avant l'émergence du Christ.
· Il avait sa fête principale à la date qui allait ensuite devenir Pâques, correspondant à sa résurrection.
· Il avait 12 compagnons ou disciples.
· Il effectuait des miracles.
· Il a été enterré dans un tombeau.
· Après trois jours, il s'est relevé.
· Sa résurrection était célébrée chaque année.
· Sa religion comportait une eucharistie ou "dîner du Seigneur".

Prométhée de Grèce

On a affirmé que le Dieu Grec Prométhée venait d'Egypte, mais son drame se situa en fait dans les montagnes du Caucase. Prométhée partage avec le Christ de nombreux points communs.
· Prométhée descendit du ciel comme un Dieu pour s'incarner en homme afin de sauver l'humanité.
· Il fut crucifié, souffrit et fut ressuscité.
· Il fut appelé le Verbe ou le Mot.
La tradition affirme que Prométhée fut crucifié sur un rocher, mais cependant certaines sources indiquent qu'il fut crucifié sur un arbre et que les Chrétiens modelèrent l'histoire et/ou mutilèrent le texte, comme ils le firent avec les œuvres de tant d'auteurs anciens. Quoiqu'il en soit, le Soleil caché par l'obscurité constitue un parallèle avec le récit chrétien de l'obscurité qui tomba quand Jésus fut crucifié. Cet événement remarquable, qui n'est pas enregistré dans l'histoire, n'est explicable qu'à l'intérieur d'un mythe et comme partie d'une pièce récurrente.

La création d'un mythe

Les chrétiens ont effectué une telle censure que cela a mené à l'analphabétisme virtuel du monde antique ; de plus, ils se sont assurés que leur secret serait caché des masses, mais les érudits des autres écoles et sectes n'ont jamais renoncé à leurs arguments contre l'historicisation d'un être mythologique très antique. Nous avons perdu les arguments de ces dissidents érudits parce que les chrétiens ont détruit toutes les traces de leurs travaux. Néanmoins, les chrétiens ont préservé les conflits avec leurs détracteurs par les propres réfutations.
Par exemple, un des premiers pères de l'église, Tertullien (160-220 C.E.) "ex-païen" et évêque de Carthage, admet ironiquement les véritables origines du récit du Christ et de tous les autres hommes-dieux en énonçant une réfutation de ses critiques, "Vous dites que nous adorons le soleil, mais vous aussi." 23 Point notable, initialement croyant et défenseur acharné de la foi, Tertullien renonça ensuite au christianisme 24.

Le fils ("Son") de Dieu est le soleil ("Sun") de Dieu

La raison pour laquelle tous ces récits sont si semblables, avec un homme-dieu qui est crucifié et ressuscité, qui fait des miracles et a 12 disciples, est que ces contes sont basés sur les mouvements du soleil dans les cieux, un développement astro-théologique qui peut être retrouvé sur toute la planète parce qu'on peut observer le soleil et les 12 signes de zodiaque tout autour du globe. Autrement dit, Jésus-Christ et tous les autres sur qui son personnage est fondé sont des personnifications du soleil, et l'Évangile est simplement une répétition d'un texte mythologique (le "Mythos", voir plus haut) concernant les mouvements du soleil dans les cieux 25.
Par exemple, la plupart des hommes-dieux crucifiés ont leur anniversaire traditionnel le 25 décembre. C'est parce que les anciens se sont rendu compte que (d'une perspective géocentrique) le soleil effectue une descente annuelle vers le sud jusqu'au 21ème ou 22ème jour de décembre, le solstice d'hiver, qu'il cesse ensuite de se déplacer vers le sud pendant trois jours et puis recommence à se déplacer vers le nord. A ce moment, les anciens disaient que le "soleil de Dieu" "était mort" pour trois jours avant de "ressusciter" le 25 décembre. Les anciens se rendaient compte de façon très claire qu'ils avaient besoin du Soleil chaque jour et qu'ils auraient de gros ennuis si le soleil continuait à se déplacer vers le sud et ne s'arrêtait pas pour inverser sa direction. Ainsi, ces nombreuses cultures célébraient l'anniversaire du "soleil de Dieu" le 25 décembre 26. Suivent les caractéristiques du "soleil de Dieu":
· Le soleil "meurt" pendant trois jours le 22 décembre, lors du solstice d'hiver, quand il arrête son mouvement vers le sud, avant de renaître le 25 décembre, lorsqu'il reprend son mouvement vers le nord.
· Dans certaines cultures, le calendrier commençait initialement dans la constellation de la Vierge, et le soleil était donc " né d'une Vierge."
· Le soleil est la "Lumière du Monde."
· Le soleil "vient sur des nuages, et chaque oeil le verra".
· Le soleil se levant le matin est le "Sauveur de l'humanité".
· Le soleil porte une "couronne d'épines" ou halo.
· Le soleil "marche sur les eaux. "
· Les "disciples" du soleil sont les 12 mois et les 12 signes du zodiaque ou constellations, par lesquels le soleil doit passer.
· Le Soleil à 12 heures est dans la maison ou le temple du "Plus Haut" ; par conséquent , "il" commence le "travail de son père" à l'âge de 12 ans.
· Le Soleil entre dans chaque signe du Zodiaque à 30° ; en conséquence, le "soleil de Dieu" commence son ministère à l'âge de 30 ans.
· Le Soleil est tenu sur une croix ou "crucifié", ce qui représente son passage par les équinoxes, celle de Printemps étant Pâques (Easter), époque à laquelle il est ressuscité.
Contrairement à la croyance populaire, les anciens n'étaient pas ignorants et superstitieux au point de considérer leurs dieux comme de véritables personnes. En fait, cette propagande calomnieuse représente une partie de la conspiration pour faire croire que les anciens étaient effectivement la populace hébétée qui avait grand besoin de la "lumière de Jésus". La vérité est que les anciens n'étaient pas moins avancés dans leurs pratiques spirituelles et morales, et même plus avancés dans de nombreux cas, que les chrétiens avec leur prétendue spiritualité et idéologie qui, avec cette atteinte à l'historicité, ont en fait dégradé l'ancien Mythos. En effet, à la différence des chrétiens "supérieurs", l'élite intellectuelle des anciens se rendait bien compte que leurs dieux étaient de nature astronomique et atmosphérique. Platon, Socrate et Aristote savaient sûrement que Zeus, le père et dieu du ciel qui est arrivé en Grèce originaire d'Inde et/ou d'Egypte, n'était pas une véritable personne, malgré le fait que les Grecs avaient indiqué en Crète à la fois une caverne de naissance et une caverne de la mort de Zeus. De plus, on peut trouver à plusieurs endroits du monde des sites où ce prétendu Dieu est né, mort, a marché, souffert, etc., un procédé commun qui n'est pas monopolisé et n'a pas commencé avec la Chrétienté.
L'étymologie indique l'histoire

Zeus, connu aussi comme "Zeus Pateras," que nous prenons maintenant automatiquement pour un mythe et non pas une figure historique, prend son nom de sa version indienne, "Dyaus Pitar." A son tour Dyaus Pitar est relié au "Ptah" égyptien, et de Pitar et de Ptah vient le mot "pater," ou "père." "Zeus" provient de "Dyaus," qui est devenu "Deos," "Deus" "Dios" et "Dieu." "Zeus Pateras," comme Dyaus Pitar, signifie, "Dieu le père", un concept très ancien qui en aucun cas n'a commencé avec "Jésus" et la chrétienté. Il n'est pas question de considérer Zeus comme un personnage historique. Dyaus Pitar est devenu "Jupiter" dans la mythologie romaine, et de la même façon n'est pas représentatif d'un personnage réel et historique. Dans la mythologie égyptienne, Ptah, le père, est le "dieu-force" invisible, et le soleil était considéré comme le mandataire visible de Ptah qui apporte la vie éternelle sur terre; par conséquent, le "fils de Dieu" est vraiment le "soleil de Dieu." En effet, selon Hotema, le nom même du " Christ " vient du mot "Kris" (comme dans Krishna), qui est un nom pour le soleil 27.
En outre, puisque Horus s'est appelé "Iusa/Iao/Iesu" le "KRST" et que Krishna/Christna était appelé "Jezeus" plusieurs siècles avant un quelconque personnage juif portant le même nom, il serait plus sûr de considérer que Jésus-Christ n'est qu'une répétition de Horus et Krishna, entre autres. Selon le révérend Taylor, le titre "Christ" dans son forme hébraïque, signifiant "Oint" ("Masiah") a été porté par tous les rois d'Israël, et il était "tellement emprunté par tous les imposteurs, prestidigitateurs, et personnes prétendant à des communications surnaturelles, que la seule référence à ce mot est considérée comme une indication d'imposture dans l'évangile elle-même." 28 Hotema établit que le nom de "Jésus-Christ" n'a été officiellement adopté sous cette forme que lors du premier Conseil de Nicée, en 325 C.E. 29
En réalité, même les noms de lieu et les appellations de beaucoup d'autres personnages du nouveau testament peuvent être considérés comme des traductions hébraïques des textes Egyptiens.
Par exemple, dans le fable de "Lazare," la momie élevée des morts par Jésus, les copistes chrétiens n'ont pas beaucoup changé son nom, puisque "El-Azar-us" étant la momie égyptienne élevée des morts par Horus probablement au moins 1.000 ans avant la version Juive 30. Ce récit est une allégorie pour le passage du soleil par la "constellation de la momie," lui apportant la lumière et la vie 31. Ce n'est pas une histoire vraie.
L'ennemi principal de Horus - initialement l'autre visage d'Horus ou son aspect "sombre" - était "Set" ou "Sata," d'où vient "Satan." 32 Horus lutte avec Set de la façon exacte dont Jésus lutta avec Satan, 40 jours dans le désert, entre autres similitudes 33. C'est parce que ce mythe représente le triomphe de la lumière sur l'obscurité, ou le retour du soleil pour soulager la terreur de la nuit.
"Jérusalem" signifie simplement la "ville de la paix," et il y a des raisons de suspecter que la ville réelle en Israël ait été nommée d'après la ville sainte de la paix des textes sacrés égyptiens qui existaient déjà avant que la ville ait été fondée. De même, "Béthany," célèbre site de la multiplication des pains, et qui signifie la "Maison de Dieu," est une allégorie pour la "multiplication du nombre à partir de l'Unité." 34 N'importe quelle ville portant ce nom était probablement nommée à partir de l'endroit allégorique des textes qui existait avant la formation de la ville. Le prédécesseur et sa contrepartie égyptienne est "Bethanu." 35

Le Livre de la Révélation est égyptien et zoroastrien

On peut trouver certains noms de lieu allégoriques tels "Jérusalem" et "Israël" dans le Livre de la Révélation. Massey a établi que cette Révélation, loin d'avoir été écrite par un apôtre du nom de Jean pendant le 1er siècle C.E., était à cette date un texte très antique qui date des débuts de cette ère de l'histoire, c.-à-d. probablement écrit depuis une période aussi considérable que 4.000 ans 36. Massey affirme que la révélation est liée à la légende mithraïque de Zoroastre/Zarathustra. De ce livre mystérieux, qui a stupéfié l'humanité pendant des siècles, Hotema dit : "Il est exprimé en termes de phénomène créatif ; son héros n'est pas Jésus mais le Soleil de l'Univers, son héroïne est la Lune ; et tous ses autres protagonistes sont les planètes, les étoiles et les constellations ; le décor de la pièce comprend le Ciel, la Terre, les Rivières et la Mer. " La forme commune de ce texte a été attribuée par Churchward au scribe d'Horus, Aan, dont le nom nous a été transmis comme "Jean ." 37 (Horus a été également baptisé par "Anup le Baptiseur," qui est devenu "Jean le Baptiste." 38)
Le mot Israël lui-même, loin d'être une appellation juive, vient probablement de la combinaison de trois dieux régnants différents: Isis, la Déesse Mère de la Terre révérée dans tout le monde antique; Ra, le dieu-soleil égyptien; et El, le dieu Sémite que nous connaissons sous le nom de Saturne. 39 "El/Saturn" était un des noms les plus anciens pour le dieu des anciens Hébreux (d'où Emmanu-El, Micha-El, Gabri-El, Samu-El, etc.), et son culte se reflète dans le fait que les juifs considèrent toujours samedi ("Saturday") comme le "jour de Dieu." 40
En effet, le fait que les chrétiens adorent le dimanche ("Sunday") trahit les origines véritables de leur dieu et homme-dieu. Leur "sauveur" est en fait le soleil, qui est la "Lumière du monde que chaque oeil peut voir." Le soleil a été constamment considéré à travers l'histoire comme le sauveur de l'humanité pour d'évidentes raisons. Sans soleil, la planète ne durerait qu'un jour tout au plus. Le Soleil était tellement important pour les anciens qu'ils ont composé un "Livre du Soleil", ou "Helio Biblia", qui est devenu la "Sainte Bible" ("Holy Bible").

Les "patriarches" et "Saints" sont les Dieux d'autres cultures

Quand on étudie la fabrication des mythes, on peut aisément discerner et tracer un schéma qui s'est répété à travers l'histoire. Toutes les fois qu'une culture d'invasion prend le pas sur ses prédécesseurs, elle diffame les dieux précédents ou les transforme en dieux secondaires, "patriarches", ou, dans le cas de la chrétienté, "saints ." Ceci s'est produit à plusieurs reprises dans l'histoire. Un exemple de ce procédé est l'adoption du nom du dieu Hindou Brahma comme celui du patriarche Hébreu Abraham 41. Une autre école de pensée propose que le nom du patriarche Joshua ait été basé sur Horus en tant que "Iusa," puisque le culte de Horus avait migré à cette période vers le Levant. Dans cette théorie, le culte de Joshua, situé exactement dans la zone où le drame du Christ a prétendument eu lieu, fut passé dans l'histoire chrétienne, avec Joshua devenant Jésus. 42 Comme le dit Robertson, "le livre de Josuah nous conduit à penser qu'il avait plusieurs attributs du dieu-Soleil et que, comme Samson et Moise, il était une ancienne déité réduite à un statut de simple mortel."
En effet, la légende de Moïse, loin d'être celle d'un personnage Hébreu historique, peut être retrouvée dans l'Extrême et le Moyen-Orient antique, le personnage ayant différents noms et appartenances ethniques, selon l'endroit: "Manou" est le législateur Indien ; "Nemo le législateur," qui a descendu les tablettes de la Montagne de Dieu, vient de Babylone; on trouve "Mises" en Syrie et en Egypte, où "Manes le législateur occupe aussi la scène ; Minos est le réformateur Crétois et les Dix Commandements ("Décalogue") sont une simple répétition du code Babylonien d'Hammurabi et des Védas Hindous, entre autres. 43 Comme Moïse, Krishna a été placé par sa mère dans un bateau de roseau, et abandonné au fleuve avant d'être découvert par une autre femme. 44 Il y a un siècle, Massey a souligné, et Graham a récemment réitéré, que l'exode lui-même n'est pas un événement historique. Que la réalité de l'exode soit remise en question est renforcé par le manque d'un quelconque enregistrement archéologique, comme le signale La revue biblique d'archéologie ("BAR"), de Septembre/Octobre 1994. 45
Comme la majorité des personnages bibliques principaux, Noé est également un mythe 46, il y a bien longtemps emprunté aux Egyptiens, aux Sumériens et à d'autres, comme n'importe quel érudit expérimenté pourrait le démontrer, et cependant nous trouvons toutes sortes de livres - dont certains transmettant même la "vérité finale" fournie par un être mystique, omniprésent, omniscient et éternel, comme Jésus lui-même - jasant sur un véritable Noé historique, ses aventures extraordinaires, et la "Grande Inondation !" 47
De plus, l' "Esther" du Livre d'Esther dans le Vieux Testament est une réminescence de la déesse Ishtar, Astarte, Astoreth ou Isis, dont vient "Pâques" ("Easter") 48 et au sujet de laquelle peu est dit dans le "Mot infaillible de Dieu" sur son règne si étendu dans l'espace et le temps. 49 Le motif de la Vierge Mère/Déesse/Reine des Cieux se retrouve sur tout le globe, bien avant l'ère Chrétienne, Isis étant par exemple aussi appelée "Mata-Meri" ("Mère Marie"). Comme le dit Walker, "Mari" était le "nom de base pour la Déesse connue des Chaldéens comme Marratu, des Juifs comme Marah, des Perses comme Mariham, des Chrétiens comme Marie. Les sémites adoraient une combinaison androgyne de la Déesse et du Dieu, appelé Mari-El (Marie-Dieu), qui correspondait à l'Egyptien Meri-Ra, qui combinait le principe féminin de l'eau au principe masculin du Soleil. "
Même le nom hébraïque de Dieu, "Yahweh," a été pris du mot égyptien, "IAO." 50
Dans l'une des tromperies Chrétiennes les plus connues, et afin de convertir les fidèles du "Seigneur Bouddha", l'Eglise le canonisa comme St Josaphat", ce qui représentait l'interprétation chrétienne du titre bouddhique "Bodhisat".

Les "Disciples" sont les maisons du zodiaque

De plus, ce n'est pas une coïncidence s'il y a 12 patriarches et 12 disciples, 12 étant le nombre de maisons astrologiques, ou mois. En effet, comme les 12 tâches herculéennes et les 12 "aides" d'Horus, les 12 disciples de Jésus sont symboliques des maisons du zodiaque et ne correspondent à aucune personne qui a joué un rôle vers 30 C.E. On peut montrer que les disciples sont d'anciennes déités/héros folklorique/constellations. Pierre est facilement identifié à un personnage mythologique 51, et on a dit que Judas représente le Scorpion, "le médisant," la période de l'année où les rayons du soleil s'affaiblissent et où le soleil semble mourant. 52 Jacques, le "frère de Jésus" et "frère du Seigneur", est équivalent à Amset, le frère d'Osiris et frère du Seigneur. Massey dit que "Taht-Matiu était le scribe des dieux, et dans l'art Chrétien Matthieu est dépeint comme le scribe des dieux, avec un ange assis à côté de lui, pour lui dicter l'Evangile." Certains conjecturent que l'apôtre Paul est lui aussi inventé. 53

Jésus était-il un maître d'Essène?

Pour ce qui est de Jésus assimilé à un Essénien selon les Rouleaux "secrets" de la Mer Morte, on avait spéculé sur ce fait depuis des siècles, donc avant la découverte des rouleaux, mais Massey a habilement argué du fait que plusieurs des enseignements présumés de Jésus étaient en contradiction avec ou étaient inexistants dans la philosophie des Esséniens. Les Esséniens ne croyaient pas à la résurrection corporelle, ni à un messie fait chair. Ils n'acceptaient pas l'historicité de Jésus. Ils n'étaient pas des sectateurs de la Bible des Hébreux, ou de ses prophètes, ou du concept de la chute originelle qui doit produire un sauveur. Massey remarque plus loin que les Esséniens étaient des antialcooliques et mangeaient pour vivre plutôt que l'inverse. Comparé à eux, Jésus, l'Essénien assumé, semble être un glouton et un alcoolique. En outre, tandis que selon Josèphe les Esséniens détestaient prêter des serments, Jésus adorait faire prêter serment à ses disciples. Comme beaucoup de doctrines Esséniennes sont inclues dans le Nouveau Testament, la liste des disparités entre les Esséniens des Rouleaux de la Mer Morte et leur prétendu grand maître Jésus se poursuit. 54

Qumran n'est pas une Communauté d'Esséniens

À cet égard, il convient de noter qu'il y a une autre discussion pour savoir si Qumran, le site traditionnellement associé aux Rouleaux de la Mer Morte, était une communauté d'Esséniens. Dans BAR, précédemment citée, on signale que les trouvailles archéologiques indiquent que Qumran n'était pas une communauté d'Esséniens mais était probablement une halte pour des voyageurs et des négociants traversant la Mer Morte. Dans BAR, on a également présumé que le ton fervent et le style guerrier de certains des rouleaux déterrés près de Qumran dénient une origine Essénienne et indiquent plutôt une attribution possible aux fanatiques Zélotes Juifs. Dans " Qui a écrit les Rouleaux de la Mer Morte ", Norman Golb plaide avec succès que ces documents n'ont pas été écrits par des scribes d'Essène, mais étaient une collection de livres d'une variété de bibliothèques qui ont été cachés dans des cavernes à l'est d'Israël par des Juifs qui voulaient échapper aux armées de Rome pendant la première révolte 70 A.D. Golb a aussi présumé que Qumran était une forteresse et non un monastère. De toutes façons, il est impossible d'identifier l' "enseignant de justice" trouvé dans les rouleaux à Jésus-Christ.
Le nouveau testament fut-il composé par les Thérapeutes?

En 1829, le Rév. Taylor a habilement plaidé que l'histoire entière de l'Évangile existait déjà longtemps avant le début de l'ère chrétienne et fut probablement composé par les moines égyptiens d'Alexandrie appelés les "Thérapeutes" en Grec et les "Esséniens" en Egyptien, les deux mots signifiant "soigneurs". 55 Cette théorie découle en partie de l'affirmation de l'un des premiers pères de l'église, Eusèbe qui, dans ce qui semble un de ses rares moments d'honnêteté, "admit…que les épîtres et évangiles Chrétiennes canoniques étaient les anciens écrits des Esséniens et des Thérapeutes reproduits au nom de Jésus." Taylor affirme lui aussi que "les Thérapeutes Egyptiens, voyageurs, ramenèrent toute l'histoire d'Inde jusqu'à leurs monastères en Egypte où, quelques temps après les débuts de la monarchie Romaine, il fut transformé en Christianisme." En outre, Wheless démontre qu'on peut trouver une grande partie du récit de "Jésus-Christ" dans le livre d'Enoch, qui date l'arrivée supposée du maître juif de centaines d'années avant. 56 D'après Massey, ce sont les Gnostiques 'païens' - ce qui incluait des membres des Esséniens/Thérapeutes et des confréries Nazaréennes, entre autres - qui amenèrent en fait à Rome les textes ésotériques (gnostiques) contenant le Mythos, sur lesquels les nombreux évangiles, incluant les quatre canoniques, se basèrent. Wheless dit que "les Evangiles et autres brochures du Nouveau Testament, écrites en Grec et citant 300 fois les Septuagint Grecs et plusieurs auteurs païens Grecs, comme Arathus et Cléanthe, furent écrits non pas par des paysans Juifs illettrés mais par des Pères et des prêtres ex-païens de langue Grecque loin de la Terre Sainte des Juifs." Mead affirma : " Nous pouvons en conclure que les originaux de nos quatre Evangiles furent probablement écrits en Egypte, sous le règne d'Hadrien."
Conclusion

Comme le dit Walker, "Les efforts des érudits pour éliminer le paganisme des Evangiles, afin de retrouver le personnage historique de Jésus, se sont avérés aussi désespérés que de rechercher le noyau d'un oignon." L'histoire "Évangélique" de Jésus n'est pas une représentation effective d'un "maître" historique qui a marché sur la terre il y a 2.000 ans. C'est un mythe établi à partir d'autres mythes et hommes-dieux, qui étaient à leur tour des personnifications du mythe omniprésent du dieu-soleil.
" Le Christ des Evangiles n'est en aucun cas un personnage historique ou un modèle suprême de l'humanité, qui souffrit, essaya et échoua à sauver le monde par sa mort. Il est impossible d'établir l'existence d'un personnage historique même en tant qu'imposteur. Car dans ce cas les deux témoins que sont la mythologie astronomique et le gnosticisme s'avèrent être un alibi. Le Christ est une figure populaire qui n'a jamais existé, une figure d'origine païenne ; une figure qui fut le Bélier et ensuite le Poisson ; une figure qui était sous forme humaine le portrait et l'image d'une douzaine de dieux différents." Gerald Massey

© 1998 Acharya S

------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein




Dernière édition par Astya le Mar 23 Mar - 23:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
argileblanche
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Mar 23 Mar - 22:32

Toute cette grande démonstration que j'ai pris la peine de lire en entier ne m'a pas du tout convaincue :
j'y vois beaucoup de mauvaise foi : d'un côté on nous dit qu'il n'y a aucunes preuves historiques , ensuite un peu plus loin tout d'un coup on énumère tous les textes qui en parlent , ah ! mais attention ce serait des faux , on affirme même : c'est des faux , je trouve que comme affirmations gratuites on a là un assez bon exemple .
ensuite on mélange tout et on reparle de la divinité de jésus , le problème n'est pas la divinité ( je n'y crois pas moi même ) mais l'historicité ; mélanges également entre dieux , demi dieux , légendes , mythes , etc ...
En réalité il suffit de relire les évangiles et les paroles de jésus qui sont si belles et simples et de suivre le récit de sa vie pour comprendre que tout est bien réel , bien logique , que lorsque il y a des différences entre les évangiles il y a toujours une explication , on nous reparle de deux généalogies différentes alors qu'il suffit de savoir que l'une est celle de marie sa mère , l'autre de joseph son père adoptif .
une chose importante aussi , les prophéties de l'ancien testament se sont bien réalisées dans la personne de jésus , blaise Pascal grand savant mathématicien et écrivain a pris la peine d'énumérer toutes ces prophéties .
combien de savants et de sages reconnaissent le personnage historique de jésus (einstein , gandhi , newton ...)
Enfin , il faut bien faire avec la liberté d'expression et il en faut aussi pour tous les goûts .
Revenir en haut Aller en bas
ecra
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Jeu 25 Mar - 20:52

Argile si je pars sur ce que Astya nous a montré, il se peut qu'on ai créé Jésus (c'est des hypothèses) conforme aux prophéties, car je signale que le messie était censé enlevé le mal pas aidé à la propagation^^. L'image de Jésus à aidé à ça hélas.
Ensuite, il se peut que les prophéties est aussi un sens astronomique caché.

Sinon, je sais pas si un Jésus à exister. Je sais par contre que certaines chose comme les 10 commandement devrait être compris de tous et pas exagère. Et la le monde vivrait mieux.
Pour ma part, les hommes mélangent souvent le vrai et le faux. Allez savoir la vérité.
Sinon vu qu'elle donne des noms on peut aller vérifier.
Mais oui, si je vais pas vérifier, je n'affirmerais pas que Jésus a exister comme je n'affirmerais pas son contraire.
Mais j'ai déjà vu aussi la ressemblance avec d'autres croyances, ce fait est troublant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Moi, je rejoins Argileblanche   Jeu 25 Mar - 21:27

dans ce qu'elle vient de dire...

Et j'avoue avoir lu le texte en diagonale.

Les parallèles faits avec les religions ou mythes précédents n'empêchent pas qu'un jour Jesus ait pu exister.

Il se peut qu'à différentes époques, différentes ères, les personnages hors du commun munis d'un message divin, ont suffisamment marqué les esprits pour être à terme catalogués "mythes"...

Il se peut aussi que les mémoires (écrites pour certaines, mais orales bien souvent) aient à travers les âges fait de jolies amalgames...

Et enfin, c'est peut-être à dessein que les mêmes mythes, les mêmes personnages nous répètent à peu de choses prés les mêmes messages tout au long des millénaires, avec des variantes cependant (nous les humains, on est un peu bouchés à l'émeri !!! ) ange rire



Le Livre que je lis en ce moment (je sais, je sais, certaines n'adhèrent pas, et moi j'en ai plein la bouche, et l'âme) me parle à un point !!! et j'y découvre un Jésus à mille lieues des convictions des chrétiens, d'hier et d'aujourd'hui, et sa vérité saute aux yeux et à la conscience.

On se dit à chaque instant : "Bon sang, mais c'est bien sûr !!!"

Moi je suis une fervente "croyeuse-du-Jésus-qui-a-existé-pour-de-vrai" ! poudre magic

Les apparitions mariales les plus célèbres (Lourdes, Fatima, La Sallette etc...) sont tout de même des phénomènes qui se réfèrent au Christ (sinon elles n'auraient pas eu lieu d'être, en tout cas pas comme telles)...

Enfin bref, c'est toujours intéressant de savoir qu'il y a d'autres pistes à creuser, même si on est persuadé d'avoir trouvé LA (enfin SA) Pépite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Jeu 25 Mar - 23:40

Merci pur vos avis les filles. Perso, je reste encore a chercher, je ne sais pas encore pour ma part. Il me semblerais, pour moi, que peut-être il aurait existé, pas forcement s'appelant jésus, pas forcement a la période que décrit la bible, peut-être est-ce plus ancien ? Peut-être d'une très ancienne civilisation plus évoluée ? Mais je en pense pas que les mythe soit la sans raison. Le fait de retrouver des histoires similaires dans divers civilisation, me montre une piste et que son histoire a été transformée par les âges. On retrouve même, une histoire similaire égyptienne chez le viracocha d'Amérique du sud ..

Sinon Oueceklair, qu'est-ce que tu lis ?

------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein


Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: alors alors...   Jeu 25 Mar - 23:51

passant outre la veracité des ecriture ou pas, je pense qu'effectivement un "jesus" a bien existé. Je pense par contre qu'il n'est ni dieu ni prophete plus qu'n autre, je prends chacun des fait mentioné dans la bible comme des paraboles, marcher sur l'eau et la transbtitution je n'y crois absolument pas, mais alors du tout. Qu'il soit certe un personnage tres charismatique ayant pour but d'engendrer la foi et le bien, je concois, qu'il ait utiliser certains pouvoirs divins (a laporté de tout un chacun) je crois, qu'eventuellemnt l'histoire qu'on lui attribue est une certaine part de vrai, je dis pas... mais je ne cautionne aucun des evangiles, et encore moins une forme de deicité de Jesus. Un sage pour moi, point.
Une questions me taraude... quand avons nous eu notre calendrier??? je veux dire, je sais bien qu'il n'est pas né le 25 decembre, je sais aussi qu'avant ce calendrier ci il y avait le gregorien, mais si on est 2010 apres JC, le calendrier d'avant aussi avaient debuté apres lui???
autre point que je voulais exprimer, pour les fameuse apparitions de la vierge noir, de la vierge marie, voir du christ, il faut tout de meme noter que selon les apparitions le "christ" n'est pas le meme, c'est a dire par exemple noir dans un pays africain ou blanc en occident.Encore une maniere de se reconnaitre plus en "dieu". Pour moi, tout comme les stigmates, il peut s'agir soi d'un egregore, soit d'une vision collective, soit meme d'un esprit ou d'un ange qui relance la foi en reponse aux supplications des prieurs.
voila, ca n'engage que moi. Hors polemique, le texte reste tres interessant! merci des bisouououousss!
Revenir en haut Aller en bas
argileblanche
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 6:31

lounaaa, je réponds à ta question sur les calendriers :

_déjà , très important , le calendrier actuel ,C'est TOUJOURS le calendrier grégorien et cela depuis sa mise en place en 1582 par le pape Grégoire X||| (d'où son nom ) et il démarre de l'année présumée de la naissance de jésus , il a été adopté progressivement et à l'heure actuelle pratiquement tous les pays l'utilisent .

_auparavant , il y a eu différents calendriers , les principaux :
le calendrier babylonien , le calendrier hébreu , le calendrier romain remplacé en -46 par le calendrier julien (instauré par jules césar).

_c'est ce calendrier julien qui a été remplacé par le calendrier grégorien pour la raison essentielle d'un décalage trop important par rapport aux saisons .

_les plus anciens calendriers étaient basés sur le cycle de la lune (mois lunaires )
le calendrier hébreu démarrait de la date de création d'adam d'après la chronologie biblique , le calendrier romain démarrait de la date de la fondation de la ville de Rome .

voilà un petit résumé ( il y aurait beaucoup à dire )

Un autre point sur lequel je reviens au sujet de Jésus , bien sûr chacun a sa propre opinion et je la respecte , mais si on part du principe que à Dieu rien n'est impossible bien des miracles sont acceptables ; attention pour moi jésus n'était pas Dieu , mais si Dieu a bien voulu lui accorder une part de ses pouvoirs alors là tout devenait possible.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 8:29

Mon livre, c'est le recueil des Lettres du Christ dont le titre est "Christ revient. Il dit sa vérité". J'ai fait un post récemment à ce sujet. http://www.voiechristique.co.za/index.php

En gros, Jesus était un être humain, normal, avec ses défauts (Il dit qu'il était fainéant, faisait les 400 coups) un ado ou jeune adulte comme il y en a (eu) tant. Il vivait avec sa mère, ses frères et soeurs, menait une vie ordinaire.

Il dit qu'un jour Il se trouvait dans le désert (et il y est resté 6 semaines) Il a eu une Illumination, une Révélation : Il a vu que les êtres et les choses étaient faites de "chatoiements de particules", d'énergie, que les êtres humains, animaux, végétaux, minéraux étaient faits de conscience... Disons qu'Il a eu une mega-montée de Kundalini lors de ces six semaines de méditation.

Il dit qu'Il n'a jamais eu d'attaque de Satan. Et qu'Il est revenu du désert métamorphosé, bien que dans un piteux état.

Il dit aussi qu'Il a compris une chose c'est que "Dieu" existe bien, mais Il n'a absolument rien à voir avec le Dieu vengeur des Juifs et des autres, le Dieu qui punit, qui intervient en cas de pépin.

Le Dieu qu'Il a découvert c'est la Conscience Divine, dont nous avons tous une particule en nous.

Les miracles ? c'est de la visualisation, de la pensée créatrice, de la loi de l'attraction, et le pouvoir d'agir sur la matière.

Et Il dit que nous en sommes tous capables.

Sa crucifixion : rien d'autre que sa punition pour avoir semé le désordre, par les prêtres jaloux, inquiets de voir leurs pouvoir et prérogatives en danger. Rien avoir avec le sacrifice pour les péchés du monde entier.

Les Evangiles : beaucoup de choses non comprises, mal comprises par ses disciples, et surtout faussées (n'oublions pas qu'ils étaient juifs, et donc avaient en eux, bien ancré, ce Dieu vengeur, ou protecteur selon les situations que nous connaiss(i)ons tous.

Il dit que sa porte-parole a été adombrée dès avant sa naissance, et a été préparée longtemps à l'avance afin qu'elle puisse "servir" avec son accord à faire passer ses Lettres.

Qu'il est un maître, état que nous pourrions tous atteindre, puisque nous sommes des êtres de lumière, dans un corps, venus pour expérimenter la densité.

etc... etc...


Jetez-y un coup d'oeil... surmontez vos a priori (le titre qui sonne "grenouille de bénitier" , passez outre votre rejet des messages canalisés...

Je sais que ce livre peut susciter un rejet violent par les chrétiens en particulier : remise en question de tous les dogmes, toutes les croyances (sur R.I.M. j'ai pu entendre des réactions enflammées...)
Revenir en haut Aller en bas
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 8:48

Bennn la ça va carrément dans le sens de mes croyances a moi, dans ce cas, je suis OK avec Jesus et ça e peux y croire. Merci a mon guide d'ailleurs, c'est grace a lui que j'ai compris tout ça

L'illumination, la révélation, les capacités peuvent venir de l'isolement parce qeul avec soi-meme. C'est aussi pourquoi les jeunes indiens subissent une initiation difficile et surtout seul ... que de grand spirituels s'isole en hermite ... etc.

Si vous ne savez pas quoi faire cet été

Non, la ça me parle bien Oueceklair merci, pffff encore un livre a acheter

------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein


Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 9:04

J'ai longtemps cherché et je cherche encore lorsque je trouve de nouveaux documents : mais j'en reviens toujours au Jesuah ( Jesus ) descendant de la lignée du roi David . N'oublions pas que ce n'étaient que des tribus à l'époque et non de grands états comme aujourd'hui .

Et pour ne pas développer inutilement, mon concept rejoint aussi celui de Oueceklair

Son message devient plus clair d'ailleurs actuellement, alors que nous nous débarrassons du carcan de terreur tissé par les religions .
Revenir en haut Aller en bas
ecra
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 9:09

Le livre à l'air intéressant mais j'aime pas la manière utilisé pour désigné la femme porte parole. D'ailleurs, je l'ai dit dans ton topic. Moi je vais lire bientôt la biographie de l'archange Gabriel, je vous dirais quoi.

Il y a un moment avant que je reprenne vraiment la peine de refaire des recherches pour dieu et le messie et tout. J'ai eu comme des sortes de vision (flash), je ne sais pas si c'est le bon lieu pour en parler mais bon....
Voilà, j'ai vu une rivière de flamme, rouge et des flammes au dessus de l'eau. Et aussi celle d'un homme, cheveu blanc, barbe blanche (je n'ai vu que le visage) et son regard, je ne me souviens plus de la couleur mais on dirait celui d'un homme qui à tout vu. Je serais pas trop l'expliquer. Mais c'était il y a plusieurs mois déjà. Je m'en suis souvenu quand dans le livre d'Enoch, il faisait la description de l'enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 9:11

judith a écrit:
J'ai longtemps cherché et je cherche encore lorsque je trouve de nouveaux documents : mais j'en reviens toujours au Jesuah ( Jesus ) descendant de la lignée du roi David . N'oublions pas que ce n'étaient que des tribus à l'époque et non de grands états comme aujourd'hui .

Et pour ne pas développer inutilement, mon concept rejoint aussi celui de Oueceklair

Son message devient plus clair d'ailleurs actuellement, alors que nous nous débarrassons du carcan de terreur tissé par les religions .

Je les ai pas acheté mais mis de coté pour l'instant. Mais justement
judith, j'ai pris Le Christ revient: Il dit Sa Vérité. Les Lettres du Christ mais egalement Messages de Jeshua et toi tu en parle ? serait-ce une synchro qui me donne une confirmation ?


------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein


Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 9:58

Non, ma douce, je n'ai lu aucun de ces deux livres, et à vrai dire, il y a tant d'ouvrages qui sortent actuellement qui portent contre la religion et ses bases que je reste un peu méfiante .
Par contre, j'aime aller sur les différents sites parlant d'archéologie, d'histoire, de textes religieux, etc... où je trouve de quoi me faire une opinion non guidée par des détracteurs plus ou moins objectifs .

Il n'est qu'à voir le nombre de livres ( j'en ai lus pas mal, j'avoue ) : l'évangile selon Judas, selon Marie Madeleine, selon Marie, selon ..... tout cela remet tout en question .

Je crois qu'il faut aussi se référer aux sites scientifiques , historiques , biographiques, qui sont plus objectifs, aux textes comme la bible , le coran, meme s'ils ont été écrits bien longtemps après la mort des intéressés et revus et corrigés par les politiciens et économistes de l'histoire ancienne , y compris et surtout le vatican en ce qui concerne la religion catholique , puisque la séparation de l'église et de l'état ne date que de notre revolution française: inutile de dire à quel point pouvoir et religion ont mené le monde !

Restent aussi les voyages, les traditions locales, les sites historiques anciens qui ont laissé des traces, bref, autant de petits indices qui permettent de se faire une idée de .... sa propre conviction .... aussi aléatoire soit elle .

Mais pour moi l'important reste le message d'Amour et l'espoir qu'il nous donne .
Et pour revenir a la question de départ: oui, pour moi Jesus a bien existé ,.... pas tel qu'il nous a été présenté ( il faut se remettre dans le contexte historique et géographique de l'époque , culturel aussi ) , très certainement une " entité " extrêmement évoluée , dont le message est de plus en plus compréhensible par nos contemporains libérés du joug de l'église et des fausses croyances .
Revenir en haut Aller en bas
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 10:08

On est d'accord Judith wink ce seront peut-etre les premiers sur le sujet que je lirais lol
sinon,mes lectures sont plus scientifique, archeologique ..

------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein


Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
argileblanche
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 10:37

oui , judith et oueceklair , en gros je suis d'accord avec vous et le message à retenir est le message d'amour légué par Jésus où il dit que tout se résume à l'amour de Dieu et de son prochain .
Non , l'enfer n'existe pas , c'est un moyen de pression entretenu par les religions pour tenir les hommes sous leur domination .
Dieu veut notre bonheur et nous envoie des guides comme Jésus .
Revenir en haut Aller en bas
ecra
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 10:52

Argile je suis en partie d'accord avec toi. En partie, car ceux qui ont fait du mal à autrui et qui s'en sorte dans leur vie humaine, j'ai espoir qu'ils payent une fois mort.
Car sinon ce serait vraiment horrible.
L'Église a certes utiliser l'enfer comme moyen de domination, sauf qu'il y a surement quelques part une liste précise des crimes à pas faire comme violer, tuer pour tuer, faire du mal, mentir et manipuler à grande ampleur, protéger un criminel....
Tu vois dans ces cas là, l'enfer peut exister car il n'englobe pas tout le monde.
Surtout que pour moi, une bonne action peut racheter une mauvaise action selon sont ampleur et du pourquoi ça a été fait.
Sinon, oui, c'est le message qui est le plus important.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 11:19

je comprends ton point de vue et ta réaction, Ecra, mais l'amour est inconditionnel ;
Je pense qu'il n'y a pas de punition imposée par qui que ce soit, sinon par l'entité elle même :

voyons, imagine, un personnage abominable , un violeur, tueur ou qui tu veux . Lorsque son âme se détache de son corps ( la mort physique ) , elle retourne à son origine où elle peut faire le " bilan " de sa propre expérience , aidée sans doute par d'autres entités plus évoluées, mais en aucun cas " revanchardes " : et de lui même , notre personnage décide de revenir faire une nouvelle expérience de vie ( avec son karma qui n'est que le souvenir de ses actes passés ) ....

N'oublions pas, et j'insiste car tout est si bien expliqué dans " Conversation avec Dieu " , nous sommes des petites molécules de Dieu venues faire l'expérience de vie, et à l'origine le bien et le mal n'existent pas : Hitler lui meme était convaincu de faire ce qu'il y avait de mieux pour sa " race" . Il est seul à pouvoir juger de ses actes après sa mort , en tant que molécule divine entourée alors d'etres de lumière évoluées et pleins d'amour.

Au risque de te choquer, c'est notre origine divine par elle meme qui fait que nous sommes tous liés les uns aux autres, et qu'au final, c'est l'amour qui gagne , c'est à dire , les retrouvailles avec notre grande famille divine qui ne nous juge pas ( rappelle toi l'enfant prodigue ) .

Ainsi pourrait on expliquer des cas de vie particulièrement difficiles ( handicapés à vie, vie de souffrances diverses et intenses, voire vie tout simplement dédiée à servir les autres dans la plus grande humilité ..... ) où l'entité vient payer sa dette et apprendre ce que signifie souffrance, malheur, et autres . Mais elle le fait de sa propre décision et non sur le jugement d'un Dieu " père fouettard " : et c'est aussi sans doute pourquoi , quoique nous fassions, nous avons tous un guide prêt à nous aider .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 11:24

Ecra... au sujet de la porte-parole... Jesus dit l'avoir choisie "réceptive", "obéissante", et qu'il lui a fallu 40 ans pour purifier progressivement son esprit et ses émotions.

L'adombrer brutalement l'aurait probablement tuée.

Et puis elle a son libre-arbitre, donc le Christ avec son accord, se sert de ses qualités humaines.

Ayant bien avancé dans une première lecture du livre, il faut bien comprendre que cette femme avait un passé, une profonde foi et était trés pieuse, mais selon tout ce que l'on lui avait appris selon les dogmes religieux en place (je ne sais si elle était catholique, protestante, peu importe) et pour recevoir, accepter les Lettres, renoncer à tout ce qu'elle croyait connaître de Dieu, il fallait qu'elle y soit réceptive, et obéissante (je sais que ces mots t'ont agacée) un peu comme une Bernadette Soubirou ou comme les petits bergers de Fatima...

ça ne veut pas dire qu'elle était esclave, elle a toute sa dignité et je la remercie sans la connaître d'avoir accepté cette longue, difficile épreuve afin de permettre au Christ de passer par elle pour nous transmettre ces lettres.

Elle utilise un ordinateur, elle mène une vie simple, elle est loin d'être riche, elle est guérisseuse aussi, et à l'occasion elle répond à certaines des questions des lecteurs sur le site, quand elle le peut.

Et aujourd'hui, elle a 91 ans.


Dernière édition par Oueceklair le Ven 26 Mar - 12:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
argileblanche
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 12:15

Ecra , si tu relis ce que j'ai écrit sur le sujet de l'âme posté par lounaaa , tu verras que de mon point de vue , si , il y a bien une décision indispensable qui est prise par Dieu lorsque les personnes sont jugées par lui irrécupérables : c'est la destruction éternelle sans espoir de retour , mais avant cela Dieu donne de multiples chances de se racheter , ce n'est qu'en désespoir de cause , qu'il est conduit à éliminer ces âmes pour éviter qu'elles continuent à nuire aux autres .
Enfin , c'est mon point de vue qui n'est pas partagé par la majorité , mais il me convient très bien .

Revenir en haut Aller en bas
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 12:19

ecra a écrit:
Argile je suis en partie d'accord avec toi. En partie, car ceux qui ont fait du mal à autrui et qui s'en sorte dans leur vie humaine, j'ai espoir qu'ils payent une fois mort.
Car sinon ce serait vraiment horrible.
L'Église a certes utiliser l'enfer comme moyen de domination, sauf qu'il y a sûrement quelques part une liste précise des crimes à pas faire comme violer, tuer pour tuer, faire du mal, mentir et manipuler à grande ampleur, protéger un criminel....
Tu vois dans ces cas là, l'enfer peut exister car il n'englobe pas tout le monde.
Surtout que pour moi, une bonne action peut racheter une mauvaise action selon sont ampleur et du pourquoi ça a été fait.
Sinon, oui, c'est le message qui est le plus important.

En fait, c'est toi même qui créé ton enfer après ta vie .. ce qui créé l'enfer, ce sont des sentiments tel que la culpabilité etc .. tu comprends ? mais si tu te pardonne a toi même ... il n'y a pas d'enfer.
En plus, tu as ton chemin de vie choisit avant ta naissance pour "apprendre" .. et qui te dit que hitler, par exemple n'a pas tout simplement suivie sont chemin de vie pour apprendre ? je sais, ça peut paraître dur, mais apprendre en étant du coté des "méchants" ou des "gentils", apprendre la douleur, le bonheur ou la violence ... etc et si nous tous devions passer par tous ces stade pour évoluer, pour comprendre ? C'est difficile a envisager, pourtant ... je pense que c'est ça.

------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein


Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
argileblanche
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 12:22

bien sûr ecra , il y a une liste des choses à faire et ne pas faire , en gros c'est les dix commandements donnés par Dieu à Moïse et que tu trouves dans la bible , mais ces dix commandements sont résumés dans l'amour de dieu et du prochain .
Les lois humaines se sont inspirées de ses dix commandements .
Revenir en haut Aller en bas
ecra
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 14:47

Vous savez, j'ai dit ça comme ça. Je sais bien que vous pouvez avoir raison. Mais une personne m'aurait suffit, pour me le dire Pas besoin de vouloir me tuer.
Oueceklair je croyais qu'elle était anonyme tu as l'air de savoir quand même plein de chose sur elle. Enfin, qui sait peut être que oui peut être que non. Si j'avais les moyens je chercherais un peu plus sur le sujet.
Ensuite, eh bien, je sais pas mais les expériences près de la mort, sont troublante. Et j'aimerais creusé plus dans ce sujet.
Ensuite, oui, je renie pas que ça peut être comme vous le dite pour les âmes. Mais on ne peut affirmer ce qu'on ignore, non? Moi c'est une règle de vie. ^^ Même si j'affirme certaine chose que je sais vrai sans le prouver. Enfin, c'est des choses mineurs.
Revenir en haut Aller en bas
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 15:22

A chacun SA vérité

------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein


Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
ecra
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 16:27

Non Astya, à chacun sa chercher de la vérité, son chemin de vie.^^
Revenir en haut Aller en bas
argileblanche
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   Ven 26 Mar - 18:46

Ecra , tu t'es sentie agressée ? je t'assure que personne n'a voulu t'agresser mais chacune a présenté son point de vue , et d'ailleurs moi je vais un peu dans ton sens , c'est à dire que Dieu ne peut tolérer indéfiniment les atrocités qui se commettent .
Pour autant lui même ne va pas entretenir un enfer de feu pour torturer des âmes , ce serait reproduire la même chose et indigne de lui , la destruction éternelle pour les irrécupérables suffit amplement .
tu as raison , à chacun sa recherche de vérité , son chemin de vie , mais on peut se donner des "tuyaux" tout de même , après chacun fait le tri suivant son ressenti .
On t'aime Ecra , be happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les origines du Christianisme et la recherche du Jésus-Christ historique
» Les origines du christianisme - un peu de lecture
» La thèse de René Guénon sur les origines du Christianisme
» histoire du droit criminel
» commentaires sur "Paul, le christianisme des origines..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum spiritualité, loi de l'attraction, developpement personnel :: Le temple de la connaissance :: Histoire - Anciennes Civilisations & Archéologie-
Sauter vers: