Développer votre potentiel grâce à la visualisation créatrice et à la méditation. ressources spirituelles gratuites, coaching gratuit, des méditations guidées gratuites et légales. Discussions sur l'ésotérisme et le paranormal, partage.
 
EnvolAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Révélations sur la femme de Jésus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jean-luc
Grand initié
Grand initié
avatar


MessageSujet: Révélations sur la femme de Jésus   Ven 7 Nov - 13:52

Revenir en haut Aller en bas
jean-luc
Grand initié
Grand initié
avatar


MessageSujet: Re: Révélations sur la femme de Jésus   Ven 7 Nov - 14:19

Livre des Descendants de Jésus et marie Madeleine

Lundi 26 décembre 2011

Chapitre 9 : Les Alliances

En l’an 45, Sarah-Damaris épousa donc Anthénor IV et conçut un fils auquel on donna le nom de Rathérius. De grandes fêtes célébrèrent l’événement et le peuple dès ce jour eut un grand amour pour Sarah-Damaris et le petit Rathérius. Anthénor IV succéda à son père quelques années plus tard et devint un Roi juste et équitable. Il n’y eut pas de grandes guerres durant son règne et le peuple lui en était reconnaissant. Tout le monde attribuait sa tempérance à la douce influence de son épouse.
 
Sarah-Damaris qui avait le souci du bien-être de son nouveau peuple, émit le désir de faire venir des apôtres de son père pour enseigner l’Evangile au roi et à son peuple. Anthénor aimait sa femme et respectait son avis. Il accepta et reçut avec respect l’année suivante André et Thomas, les disciples de Jésus. Les apôtres de Jésus prêchèrent l’Evangile au peuple Sicambre et au Roi avec tout l’amour de leur cœur pour l’œuvre de Dieu. Ils parlèrent longuement de Jésus, de ses miracles, de son amour pour tous les hommes.
 
Ils appelèrent Sarah-Damaris à devenir Missionnaires de l’Evangile de Jésus-Christ en cette terre d’adoption et l’engagèrent à compiler pour le bienfait des générations futures les révélations qu’elle recevait dans son humble cœur. En effet, Sarah était comme sa mère, elle avait le don de prophétie.
 
L’Evangile de Jésus fut reçu avec beaucoup de joie par les Sicambres qui prirent presque à l’unanimité le baptême d’eau et de feu. Des petites communautés priantes se créèrent autour de la personnalité de leur roi et de leur reine, fille de Jésus le Messie ressuscité. A cette époque, les pratiques religieuses chrétiennes n’étaient pas encore fixées. Elles correspondaient à des élans du cœur et le peuple des baptisés suivait le roi comme représentant de l’ordre légué par Jésus sur la terre. Une fois par mois, le roi jugeait son peuple et gérait les différents entre les personnes.
 
Tous les dimanches, après le récit des histoires de la vie de Jésus, le Roi mandaté par Dieu, guérissait, par imposition des mains, les malades assemblés dans la cour de sa résidence et clôturait la cérémonie par des chants en l’honneur du Grand Roi du Ciel. La Sainte Cène ne fut pas une pratique répandue et le culte n’en était qu’à ses balbutiements. C’est pourquoi au cours des siècles qui suivirent, les rois mérovingiens furent qualifiés de païens par l’église catholique dont le culte s’était organisé.
 
Pour les Papes, le don de guérison attribué aux Rois Mérovingiens ne pouvait être qu’une pratique de sorcellerie puisqu’elle n’était pas effectuée par un prêtre catholique romain, et on attribua très vite ce pouvoir à la longue chevelure des rois sicambres puis à leurs descendants les rois mérovingiens.
 
En 46, Yeshuah-David demandé en mariage la fille de Nicodème, l’ami de son père qui avait assisté Joseph d’Arimatie pour ensevelir Jésus dans son tombeau. Nicodème fut très honoré de cette alliance et accepta avec une vive joie. « Mon Seigneur me demande ma fille cadette pour établir une lignée entre son fils et elle. Qu’il soit loué à tout jamais pour la grande joie qu’il me fait dans ma vieillesse ! » déclara-t-il avec une infinie reconnaissance.
 
En 47, Yeshuah-David et la fille de Nicodème eurent un beau petit garçon qu’ils nommèrent Alain. Yeshuah-David prophétisa sur cet enfant, le levant vers le ciel et le dédiant au Seigneur : « Ô Seigneur, Roi de tout l’univers, je te consacre cet enfant, Alain, mon premier né pour qu’il soit la joie de ton cœur, qu’il te serve toute sa vie et s’en remette à toi en toutes ses actions. Il défendra la Foi tout au long de sa vie et portera sur lui ton Saint Nom. Accepte, Ô Seigneur l’offrande d’amour que nous te faisons aujourd’hui en la personne de cet enfant ».
 
Alain grandit dans la crainte et l’amour de Dieu et de Jésus-Christ. Il marchera dignement sur les traces de son père et servira Dieu jusqu’à son dernier souffle. Il consacra son existence entière à l’étude des Ecritures et à la prière.
 
L’an 53 fut une année décisive pour Yeshuah-David : Il fut proclamé Prince Héritier de la Lignée de David et oint dans la synagogue de Corinthe. Il y reçut le nom de Yeshuah-Le Tzadik, c’est-à-dire : « Jésus le Juste ».
 
En 55, à Jérusalem, les répressions romaines contre les juifs et les chrétiens étaient telles qu’il devint clair que le siège de l’église de Jésus devait être déplacée dans un autre pays. Pierre avait subi le martyr à Rome et Jean fut expulsé et maintenu à résidence à Ephèse, où il s’installa avec Marie, mère de Jésus. Jacques chargea Siméon son frère de diriger la communauté des chrétiens de Jérusalem et le bénit : « Siméon, je t’appelle à remplir la charge de Pasteur des brebis du Seigneur ici, à Jérusalem. Tu feras grandir et prospérer l’Eglise du Seigneur, mais sois prudent et vigilant, n’expose pas tes brebis à la vindicte du Monde juif et romain. Vivez et portez l’Evangile dans votre cœur, soyez courageux et ne faiblissez pas. Paroles du Seigneur ».
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc
Grand initié
Grand initié
avatar


MessageSujet: Re: Révélations sur la femme de Jésus   Ven 7 Nov - 14:21

CHapitre 8 : La Lignée de Zara

Un Roi Franc, nommé Chlodomer, fut touché par le caractère réservé et la douceur de Mariamné. Il suivait ses conseils et eût du succès dans la tenue des affaires. Il en déduisit qu’il serait bon pour sa famille de s’associer à celle de Mariamné. Il pensait que s’allier une Prophétesse par alliance entre son fils et la fille de celle-ci apporterait un prestige supplémentaire à sa lignée.
 
Il proposa donc à Mariamné une union entre Sarah-Damaris, alors âgée de 18 ans, et son fils Anthénor.
 
 Il fit de plus valoir que ses ancêtres étaient tout comme la jeune fille descendants de la Maison de Juda, par la branche de Zarah, dont il donna un bref aperçu historique :
 
« Quand Juda, fils de Jacob, notre père à tous rencontra Tamar, elle conçut deux fils, l’un s’appelait Pharès, c’est l’ancêtre de la Maison du Roi David, et l’autre fut nommé Zarah. Les deux frères, nés à Goshem, sur la terre d’Egypte, grandirent unis. Mais Pharaon étendit de plus en plus sa domination sur les enfants d’Israël. Zarah reçut une nuit la visite d’un ange qui l’avertit du danger imminent de l’entrée prochaine en esclavage de son peuple. Il lui donna l’ordre au nom de Dieu de quitter Goshem avec sa Maison, ses fils et ses filles, ses troupeaux et ses serviteurs.
 
L’ange le rassura, il lui dit : « Je serai avec toi durant ton voyage. Je marcherai devant toi et te guiderai au pays de ton héritage. Le Dieu très haut que je sert veut que le joug de l’esclavage ne passe pas sur ton échine et que ta lignée le serve fidèlement ».
 
Zarah avertit son père et son frère. « Puisque telle est la volonté de Dieu, va mon fils et ne crains rien. Reçois ma bénédiction patriarcale et quitte le foyer de ton père pour installer ta lignée en terre étrangère. Le Seigneur aura pitié d’Israël, il délivrera son peuple au temps fixé et en tout temps nous bénirons le Seigneur, dans la joie et dans la tristesse, dans l ‘opulence et dans le dénuement car il est Dieu ».
 
Ce furent les dernières paroles que Zarah entendit sortir des lèvres de son cher père. Le soir même, lorsque la nuit d’orient se fit épaisse, il sortit de Goshem avec toute sa famille et ne revit plus jamais cette terre qu’il chérissait.
 
 
Le chemin fut long et pénible, mais la foi de Zarah ne faiblit pas. Au bout d’une année et demi, après avoir traversé bien des royaumes et des contrées en longeant la côte, l’ange arrêta le convoi dans une terre luxuriante (l’actuelle Dardanie). L’ange dit à Zarah : « Prends bien soin de la terre que l’Eternel te confie. Loue l’Eternel en tous lieux et en tous temps, ne détourne jamais ton regard de sa face et sers-le de tout ton cœur, de toute ton âme et de toutes tes forces. Je t’institue Patriarche de ta Maison, elle prospérera à l’image de sa fidélité envers l’Eternel et rien ni personne de l’effacera de la terre. Crains Dieu, il marchera toujours avec toi ». L’ange disparut et Zarah bâtit un autel en l’honneur du Dieu de Jacob.
 
Zarah vécut très vieux, ses cheveux blancs ne l’entraînaient pas vers la tombe. Il mourut à 400 ans à l’image des Patriarches de l’ancien temps. La population naissait, grandissait, vieillissait et mourait, mais le Roi était toujours le même. Zarah prit le nom de Zeus (plus facile à prononcer par les populations autochtones) et servit son peuple avec amour et fidélité en père aimant. Il était tendrement chéri de son peuple et vénéré car il semblait ne jamais mourir.
Ses fils et ses filles firent souche dans la région et créèrent des colonies dans cette terre de promission que le Seigneur leur avait donnée. Zarah eut un fils en sa vieillesse qu’il nomma Dardanos (c’est à lui que l’on attribue le nom de la région où il fut roi : la Dardanie). Dardanos était un homme bon et jovial. Il n’était pas belliqueux et tout le peuple l’aimait. De ses reins naquit Tros bâtit une ville riche et prospère, la ville de Troie et y plaça le trône de sa puissance. De lui viennent les Rois de Troie. Après la guerre qui enflamma la Grèce et Troie, Priam quitta la ville et commença la vie de nomade de notre famille.
 
Nos ancêtres longèrent les côtes de la mer noire, y plantèrent leurs tentes et prospérèrent durant des siècles. De guerres en déplacements, ils firent alliance avec de nombreux peuples et mêlèrent leurs populations, parfois ils étaient même pour un temps leurs rois (en Serbie, en Allemagne…) et furent appelés les Scythes, puis les Sicambres. Notre peuple s’installa au bord du Rhin et ne paya plus l’impôt aux césars. Ils quittèrent les tentes de leurs tribulations qu’ils avaient dressées pendant 300 ans et construisirent des demeures définitives. Ils fixèrent les bornes de leurs terres et protégèrent leurs intérêts. Ils firent alliance avec de nombreux peuples et vécurent paisiblement.
 
Voilà notre histoire, nous sommes les héritiers de la noble famille de la Maison de Juda, nous sommes vos cousins par Zarah le Sage et Dardanos le Juif. En épousant votre fille, mon fils renoue les fils qui le lient au Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, et nous revoilà dans le sein de Dieu comme le promit l’ange à notre auguste père Zarah.
 
Mariamné était dans l’étonnement en entendant l’histoire de cette tribu franque et accorda la main de Sarah-Damaris à Anthénor, sûre que là était la volonté de son père et de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Révélations sur la femme de Jésus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Révélations sur la femme de Jésus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Révélations sur la femme de Jésus
» Révélations de Maria Simma : Satan et Enfer !
» Enquêtes et révélations - Rites secrets et pouvoirs occultes
» Le "salam" entre homme et femme
» Mémoire d'élève sage-femme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum spiritualité, loi de l'attraction, developpement personnel :: Spiritualité, ésotérisme :: Spiritualité - Religions - Croyances - Légendes-
Sauter vers: