Développer votre potentiel grâce à la visualisation créatrice et à la méditation. ressources spirituelles gratuites, coaching gratuit, des méditations guidées gratuites et légales. Discussions sur l'ésotérisme et le paranormal, partage.
 
EnvolAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le figuier arbre de la générosité, symbole de la volonté de survie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
xenia la chamane
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Le figuier arbre de la générosité, symbole de la volonté de survie.   Jeu 25 Fév - 10:29


Le figuier arbre de la générosité, symbole de la volonté de survie. Un dessert à base de figues pour Noël


L’histoire du figuier est l’histoire d’un arbre qui a nourri l’homme et ses animaux avec une si grande générosité sans lui demander de gros efforts de culture. Le figuier symbolise la volonté de survie mais aussi la richesse naturelle. Il s'accroche au moindre creux de rocher, la moindre fissure pour y puiser l'eau nécessaire à sa survie. L'homme peut y voir une analogie avec le courage, l'intelligence et la volonté qu'il est nécessaire de déployer pour vivre et réussir son expérience sur la terre. Une recette :Le pudding de Noël aux figues sèches et aux dattes.

Histoire

Teb des Egyptiens, Mgys des Perses, caprificus des Romains, Ettin des Arabes, l’histoire du figuier est l’histoire d’un arbre qui a nourri l’homme et ses animaux avec une si grande générosité sans lui demander de gros efforts de culture. Le figuier a longtemps gardé son secret jusqu’à sa découverte par les Egyptiens. Il était déjà cultivé au temps de l’Egypte pharaonique et considéré comme un don des dieux pour sa prodigalité. Les Egyptiens avaient compris l’association du figuier et du Blastophage. Alors, pour un meilleur rendement de leurs vergers, ils y suspendaient des rameaux de caprifiguiers ou figuiers sauvages.

Le genre Ficus, nom latin peut-être dérivé du grec syké d’origine phénicienne, est un arbre de la famille des Moraceae comme les mûriers et son existence au quaternaire est prouvée par les empreintes de feuilles et de fruits fossilisés dans le Bassin parisien. Le figuier commun à fruits comestibles, Ficus carica (du nom de la région dont il serait originaire, Carie) existe depuis au moins 4000 ans avant J.-C. puisqu’à cette époque sa culture était déjà pratiquée au Moyen Orient et ce sont les Phéniciens qui le firent connaître en Méditerranée. Les Carthaginois, puis les Grecs étendent sa culture et les Romains la propagent dans tout le Bassin méditerranéen en généralisant sa plantation.

Au 6e siècle avant J.-C. il est introduit en France par les Grecs et c’est beaucoup plus tard, seulement au 7e siècle de notre ère qu’il s’étend de la Perse vers la Chine. Le figuier s’est ainsi étendu en culture progressivement et a atteint les contrées les plus lointaines. On le retrouve actuellement en Chine, en Inde, en Ethiopie, en Arabie Saoudite, en Australie et en Californie où il a été introduit et y a connu une large expansion.

Le figuier de Barbarie ou Opuntia Ficus-indica appartient à la famille des Cactaceae. C’est un cactus à longue durée de vie et à grand développement, il est originaire du Mexique et du sud-ouest des Etats-Unis d’Amérique. Importé dans les pays méditerranéens, il s’est très bien acclimaté notamment en Afrique du Nord autrefois appelée par les Européens : la Barbarie d’où son nom : figuier de Barbarie.

La figue était à la base du régime des athlètes en période olympique. Selon Horace, le figuier a donné son nom au foie, ficatum, depuis qu'un éleveur romain nommé Agicius engraissa ses oies avec des figues pour obtenir un foie gras au goût particulièrement apprécié des nobles romains. Cléopâtre en fit son fruit préféré au point que l’aspic devant la tuer avait été caché dans une corbeille de figues qu'elle avait elle-même demandée.

En France, la figue connut un réel succès à partir du règne de Louis XIV et ce jusqu'à la fin du XIXe siècle. Le jardinier de Louis XIV, un fervent défenseur du figuier, en fit des plantations au Potager du Roi à Versailles, taillées en espaliers contre des murs ensoleillés. Trop fragile pour être transportée, la figue était produite au sortir de Paris, dans la commune d'Argenteuil. On y trouvait quelque 50 hectares de figuiers plantés sur des coteaux exposés plein Sud. Cette production, de petite dimension mais de grande qualité gustative, a aujourd'hui disparu mais elle aura donné son nom à quelques variétés comme "la Rouge d'Argenteuil" plus connue sous le nom de "Dauphine".

Pour l’anecdote, l'expression célèbre "mi-figue, mi-raisin" a pour origine une belle supercherie datant du XVe siècle. En effet, les Corinthiens (grands commerçants) dissimulaient parmi leurs superbes raisins secs (de Corinthe) des petits morceaux de figues séchées (bien moins chères au kilo) et les vendaient aux Vénitiens (autres grands commerçants). Une fois la tromperie décelée (mais trop tard !), les Vénitiens furent pris d'un sentiment partagé : tout à la fois mécontents et satisfaits, d'où "mi-figue, mi-raisin".

Botanique


Le figuier arbre de la générosité, symbole de la volonté de survie. Un dessert à base de figues pour Noel
Les feuilles du figuier sont alternes, caduques et rattachées par un gros pétiole. Palmatilobées elles sont découpées chacune en 3, 5 ou 7 lobes. Amples elles peuvent atteindre 20 à 30 cm de long et de large. Epaisses, la face supérieure est vert foncé et rugueuse au toucher, la face inférieure est claire et pubescente.

Floraison pollinisation

L’absence de fleurs apparentes chez le figuier est une particularité déjà observée par Aristote et Théophraste. Invisibles à l’œil nu car minuscules, les fleurs du figuier sont apétales, unisexuées et très nombreuses (des centaines). Elles sont enfermées dans un réceptacle creux et piriforme appelé sycone ouvert à son extrémité par un petit orifice appelé oeil ou ostiole. La floraison a lieu au printemps. Les fleurs femelles tapissent les parois et le fond du réceptacle alors que les fleurs mâles, moins nombreuses sont regroupées en manchon au niveau de l’œil mais il n’y a jamais de pollinisation autogame car la maturité des fleurs n’est pas synchrone. On considère pour cette raison le figuier comme espèce dioïque c'est-à-dire que les pieds mâles et femelles sont séparés.

La pollinisation est obligatoirement entomophile car seul un insecte peut se déplacer du figuier mâle vers le figuier femelle, pénétrer à l’intérieur des sycones pour y déposer le pollen. Elle est assurée par un insecte, le Blastophage (Blastophaga psenes) totalement dépendant des figuiers sauvages ou caprifiguiers, mâle et femelle vivant à l’intérieur des figues non comestibles au niveau des fleurs femelles à style court. Ce moucheron noir évolue et se reproduit dans les trois générations florales annuelles du caprifiguier.

Fécondation ou caprification

Le "marieur" des figuiers cultivés est l’hôte indésirable des figues sauvages ou caprifigues dont il cause la stérilité, le Blastophage femelle. Attiré par le parfum des fleurs femelles des variétés cultivées, l’insecte sort par l’œil de la caprifigue et il va jouer un rôle capital pour le figuier : transporter sur son dos le pollen des fleurs mâles pour aller féconder les fleurs femelles du figuier cultivé. Malheureusement, les fleurs femelles ont des styles longs et ne permettent pas aux Blastophages femelles qui les "visitent" de pondre leurs œufs. L'équilibre nécessaire au figuier et à l'insecte est ainsi assuré, la forme sauvage l’héberge et assure sa reproduction et la forme cultivée bénéficie du pollen qu’il transporte à son insu.

fructification et la maturation

Ce qu’on appelle le fruit est en fait le réceptacle floral ou sycone renfermant des fleurs et qui après maturation (avec ou sans fécondation) donnera une figue. Le figuier fructifie sur bois de l’année et donne 3, 2 ou 1 génération par an.

Le figuier fructifie dès sa 4e année, il atteint sa pleine production à 12 ans et cette fructification peut durer 60 ans. Après fécondation le réceptacle ou sycone devient charnu, se ramollit perdant son latex toxique progressivement. Selon les variétés la peau prend une couleur vert, vert jaunâtre ou violette parfois très sombre pratiquement noir et finit par se fendiller sur le fruit trop mûr. La figue fraîche se conserve 24 à 48 heures seulement après la cueillette alors que la figue sèche se conserve plusieurs mois. On compte actuellement 700 variétés de figuiers.

La maturation peut avoir lieu sans fécondation comme c’est le cas pour les figues fleurs. C’est la parthénocarpie du grec parthenos (vierge) et karpos (fruit). Ces figues sont dépourvues de graines puisqu’elles n’ont pas été pollinisées.

Écologie Biologie

Le figuier arbre de la générosité, symbole de la volonté de survie. Un dessert à base de figues pour Noël
Le figuier commun est un arbre essentiellement méditerranéen mais il prospère dans toutes les régions à hiver doux, très ensoleillées et à la lumière. Sa culture peut s’étendre jusqu’au Sahara central et dans des régions d’Europe septentrionale où il peut même fructifier dans des positions d’abri. En Afrique du Nord le figuier s’étend du bord de mer jusqu’à plus de 1000m d’altitude. Espèce caduque il est adapté et très résistant à la sécheresse il peut se développer sous 400mm de pluie par an et même accepter 200mm, le déficit est alors comblé par irrigation. Exigeant des climats à hiver doux il sera éliminé des stations septentrionales européennes et des hautes altitudes par le gel excepté s’il est en position d’abri et exposé au sud. Il est malgré sa sensibilité très résistant au froid, la température hivernale minimale retenue pour la culture du figuier est de -8°C, -12° C. A -15° C son bois gèle.

Dans les pays du Nord s’il est fortement touché par le gel il rejettera vigoureusement des souches si celles-ci ont protégées par buttage. Sous ces climats plus froids, seule des variétés précoces peuvent être acclimatées. Il faut alors abriter le figuier contre un mur au sud et mettre un peu de paillage ou d'écorces au pied pendant l'hiver. Sans exigences édaphiques il se porte mieux dans les stations chaudes et s’adapte à tous les types de sol pourvu qu’ils soient correctement drainant.

Le figuier peut atteindre 10m à 12 m de hauteur dans des conditions climatiques adaptées mais il se présente plus souvent sous forme d’arbustes ou de cépées buissonnant de 2 à 5 m de haut. Le tronc souvent tortueux est lisse, court et épais parfois ramifié à la base. L’écorce grisâtre est finement rugueuse. Le port est érigé puis étalé. Les rameaux sont creusés d’un canal médullaire large renfermant une sève ou suc laiteux caustique appelée latex ou "lait".

Les peuples anciens utilisaient le latex pour attendrir la viande crue, ils l’enveloppaient dans des feuilles de figuier. A Majorque une enzyme contenue dans le latex sert à cailler le lait bouilli. On retrouve ce suc à tous les niveaux de l’arbre (les rameaux, les feuilles, les fruits avant maturité). Le latex est très irritant pour la peau. Chez son cousin Ficus elastica cette sève sert à la fabrication de caoutchouc.

Son système racinaire est très dense et très développée ce qui favorise la colonisation spontanée des rochers et murailles au risque de les déstabiliser avec ses racines.
Le figuier sauvage ou caprifiguier vit plus longtemps que le figuier cultivé qu’épuisent les récoltes bien que ses nombreux rejets lui permettent de se régénérer continuellement. Le figuier de Roscoff en Grande Bretagne était âgé de 376 ans lorsqu’il fut coupé en 1986.

Travaux culturaux

Le figuier est un arbre fruitier très prodigue en fruits et peu exigeant en traitements et soins culturaux. Il est cultivé en vergers ou en pieds isolés, en sec ou en irrigué lorsque les précipitations sont insuffisantes. Les travaux aratoires sont légers, ils consistent en binage et désherbage. Ils sont complétés à la fin de l’hiver par des apports en engrais azotés et potassiques. La multiplication se fait essentiellement par boutures prélevées sur des individus sélectionnés pour leur vigueur et une bonne fructification. Il est également propagé par marcottage, par enracinement des rejets mais rarement par greffage. Le semis est peu pratiqué.

Cet arbre ne se taille pas trop, la taille est facultative. Lorsqu’elle se pratique elle consiste à contenir l’arbre et orienter le développement du houppier des jeunes sujets car il a tendance à produire beaucoup de rejets et à évoluer vers une forme libre. Si l'on veut obtenir beaucoup de gros fruits la taille se fait 3 fois dans l'année. La taille facilite la cueillette en réduisant l’allongement de la ramification annuelle. La forme est soit sur tige ou en cépée.

La récolte est manuelle pour les figues fraîches. Les figues sèches sont récoltées très mûres ou lorsqu’elles commencent à se dessécher par gaulage ou secouage des branches. Elles sont recueillies sur des bâches étendues sous les figuiers. Elles achèvent le séchage sur des panneaux à claire-voie exposés au soleil et retournées tous les jours pendant environ 15 jours. Elles sont ensuite stockées dans un local où elles finissent par se couvrir d’une petite poudre blanche (efflorescences dues à la fermentation). 3 kg de figues fraîches donnent 1 kg de figues sèches.

Symboles, mythes et légendes

Le figuier symbolise la volonté de survie mais aussi la générosité et la richesse naturelle, il s'accroche au moindre creux de rocher, la moindre fissure pour y puiser l'eau nécessaire à sa survie. L'homme peut y voir une analogie avec le courage, l'intelligence et la volonté qu'il est nécessaire de déployer pour vivre et réussir son expérience sur la terre. Le figuier symbolisait chez les Égyptiens la richesse et la fécondité. Les arbres fruitiers occupent une place particulière dans les mythologies grecque et romaine. Ils possèdent une forte valeur symbolique et sont avant tout des arbres "nourriciers", producteurs de fruits essentiels à l’alimentation des sociétés anciennes.

Avec l’olivier, le figuier est le second arbre dont Athéna, la divinité agricole, dota l’Attique. Le figuier est aussi l’arbre de Dyonisos, dieu de la fécondité dans la mythologie grecque alors qu’à Rome il est dédié au dieu Mars. Chez les Grecs, Cérès, déesse des moissons, offrit un jour un figuier à un Athénien qui lui avait offert l'hospitalité.

Le figuier entre dans le mythe de la fondation de Rome par Remus et Romulus, les jumeaux légendaires issus de l’union de Mars et de Rhéa Silvia et jetés dans le Tibre. Les eaux déposent la planche qui les porte auprès d’un figuier sauvage, le figuier Ruminal, dont on faisait dériver le mot de ruina, "mamelle", l’arbre nourricier des fondateurs de Rome, devant la grotte de Lupercal où ils sont découverts par la fameuse louve et nourris par elle. Rome aurait été fondée au VIIIe siècle avant J.-C., en 753 selon la légende.

Valeur nutritive des figues - Phytothérapie


La figue fraîche ou sèche est très digeste et a une grande valeur nutritive surtout à l’état sec. Elle contient beaucoup de sucre, des protéines, des lipides, du potassium, du phosphore, du calcium, des oligoéléments, des vitamines telles la vitamine A, B et beaucoup de vitamine C à l’état frais, des fibres. Très appréciée depuis l'antiquité, la figue se consomme crue, séchée, en ingrédients de plats cuisinés, de pâtisserie ou en confiture. Elle se conserve bien une fois desséchée.

Parmi les constituants essentiels : les sucres, le potassium (232 à 250 mg/ 100g), le calcium (env. 60 mg/100g), le magnésium (17 à 20mg/100g), le phosphore (env. 14mg), les vitamines C (2mg), B3 (0,400mg), B5 (0,300mg), B6 (0,113mg), B1, B2, B6, A, E, K.

Parmi les oligoéléments on retrouve dans la figue du fer, du zinc, du manganèse, du fluor et du sélénium. Sa valeur énergétique est très élevée puisqu’elle peut atteindre 255 kcal/100g de figues sèches. Fécondées par le Blastophage, les figues d’automne sont plus riches en sucre que les figues non fécondées et sont conservées pour de longs mois après séchage.
Le figuier de Barbarie ou Opuntia Ficus-indica appartient à la famille.


Qu’elles soient fraîches ou sèches les figues ont une grande valeur nutritive, utile aussi bien aux personnes âgées qu’aux enfants, aux accouchées, aux sportifs.

Elle a des propriétés laxatives et émollientes. En effet, la figue favorise le transit intestinal et est très énergétique. Les figues sont surtout très utilisées pour leurs vertus médicinales dans les traitements contre les affections pulmonaires, la toux, les états d’anorexie, les troubles de la circulation sanguine, les hémorroïdes, les varices, les affections urinaires, l’asthme, l’irritation de la trachée et de la gorge et diminue le taux d’acidité dans le tube digestif. Pour résister au froid, les populations rurales consomment des figues sèches en les associant souvent à l’huile d’olive le matin à jeun en hiver.

Le latex ou "lait" du figuier guérirait les verrues mais il est toxique. Il est riche en enzymes dont l’une serait utilisée pour faire cailler le lait à Majorque. Dans l’antiquité il était utilisé en médecine comme calmant.

Les figues dans la gastronomie - Recette :Le pudding de Noël aux figues sèches et aux dattes

Les Grecs firent de la figue un mets de choix et les oies du Capitole étaient gavées de figues. Mythologie ou réalité, la figue a toujours joué un véritable rôle culturel et gastronomique sur tout le pourtour méditerranéen. Et cela se poursuit encore aujourd'hui car au même titre que l'olive, la figue est méditerranéenne, charnue et pleine de soleil.

Fraîches ou sèches, elles entrent dans le cadre d’une alimentation saine et on les retrouve, des entrées aux desserts et pâtisseries, dans toutes les cuisines méditerranéennes. Elles se prêtent à de nombreuses recettes sucrées ou salées. Crues et juste passées à la poêle elles accompagnent viande ou fromage frais au miel. Crue et arrosée d’huile d’olive la figue verte accompagne les salades, le foie gras, l’avocat ou le melon. C’est la figue noire qui est plus utilisée dans la cuisson. Elle accompagne les viandes et les poissons. Elle peut être pochée, poêlée ou rôtie. En dessert, la figue se savoure nature, en gratin, en salade de fruits. On en fait des confitures et des pâtes de fruits. Les "crocettes" de figues sèches sont une spécialité de Noël calabraise qui utilisent des figues blanches fendues en deux couvertes de noix et amandes et un peu d’écorce d’orange. Elles sont parsemées de sucre et passées au four dix minutes.

Le tajine d’agneau aux figues fraîches est un riche mariage d’épices et d’arômes où on trouve l’orange, les figues fraîches et sèches, l’ail et l’ognon, la coriandre et la menthe, l’huile d’olive, le safran et le gingembre et enfin le cumin. La figue est un fruit qui cultive richesse des saveurs et délicatesse des goûts. Les recettes de cuisine à base de figues sont essentiellement méditerranéennes. Notamment en ce qui concerne la figue fraîche. La fiche séchée, quant à elle, s'exporte partout et connaît donc un succès bien plus largement partagé.

Le pudding de Noël aux figues sèches et aux dattes

Ingrédients pour la pâte à pudding à la vanille:

50 grammes de beurre
125 grammes de sucre roux
50 grammes de miel
2 gros œufs
200 grammes de farine
1/2 sachet de levure chimique en poudre
100 grammes de dattes
50 gammes de figues sèches

Ingrédients pour décorer:

crème vanillée bien froide

Préparation du moule pour la cuisson

Beurrer ou huiler toujours un moule haut et/ou recouvrir le fond de papier sulfurisé. Faire préchauffer le four à 180°.

Pour la pâte à pudding:

Mixer les dates dénoyautées et les figues sèches.
Avec un batteur électrique, battre ensemble le beurre, le sucre pour que le mélange blanchisse.
Ajouter les œufs un à un, la farine, la levure, le miel
Ajouter les dattes et figues.

Verser la pâte dans le moule de cuisson préparé comme indiqué ci-dessus.
Le couvrir de papier sulfurisé et de papier d'aluminium pour le fermer hermétiquement. Recouvrir d'une assiette si le moule n'a pas de couvercle.

Poser le moule dans un bain Marie rempli à mi-hauteur d'eau bouillante et continuer à faire cuire au four pendant 45 minutes. Vérifier la cuisson: une lame de couteau enfoncée dans le gâteau doit ressortir sèche.

Laisser tiédir pour démouler et servir avec une crème vanillée. (recette sur le site Philagora)

Note

On peut aussi faire cuire directement sans couvrir, ni bain marie, en plaçant le moule dans un autre plat. Mettre au milieu du four et cuire 45 minutes.

ps : le lait de figue est souverain pour détruire les verrues


Source : http://www.planetenonviolence.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://creationsylvieerwan.centerblog.net/
argileblanche
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Le figuier arbre de la générosité, symbole de la volonté de survie.   Lun 8 Mar - 15:15

Xénia ,
je n'avais pas vu ton sujet , je le découvre avec plaisir aujourd'hui .

j'ai moi même un très beau figuier dans la maison de mon père en Provence , il produit des petites figues que là bas on appelle "les petites grises " , de l'avis général ce sont les plus délicieuses , malheureusement il n'y en a pas beaucoup .

La bible aussi en parle beaucoup et souvent comme symbole de paix et de prospérité :
voilà un passage du livre de Michée 4:4 : " On ne lèvera plus l'épée nation contre nation , on apprendra plus la guerre . Chacun vivra sous sa vigne et sous son FIGUIER
sans plus personne à redouter ."

Merci , Xénia pour ce beau sujet qui nous en apprend beaucoup sur cet arbre et ses fruits merveilleux !
Revenir en haut Aller en bas
 
Le figuier arbre de la générosité, symbole de la volonté de survie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le figuier arbre de la générosité, symbole de la volonté de survie.
» arbre benefique ou malefique
» Le figuier désseché
» Le figuier désséché
» Le figuier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum spiritualité, loi de l'attraction, developpement personnel :: Santé & Protection :: la santé au naturel :: Les plantes-
Sauter vers: