Développer votre potentiel grâce à la visualisation créatrice et à la méditation. ressources spirituelles gratuites, coaching gratuit, des méditations guidées gratuites et légales. Discussions sur l'ésotérisme et le paranormal, partage.
 
EnvolAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les distorsions cognitives qui nuisent à notre développement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les distorsions cognitives qui nuisent à notre développement   Dim 14 Avr - 9:52

les distorsions cognitives qui nuisent à notre développement personnel

Certaines pensées automatiques que l'on appelle des "distorsions cognitives" sont percu en psychologie comme des défaillances dans l'interprétation de l'information. Elles sont fréquemment associées à la dépression, à l'anxiété ainsi qu'à la plupart des troubles psychologiques qu'ils soient mineurs ou plus serieux.

Lorsque l'on s'engage dans un travail sur soi, il est préférable d'en prendre conscience afin d'éviter de creuser avec le temps l'écart entre réalité objective et fausses interprétations.

En prenant conscience de nos automatismes et en essayant de les éviter, nous reprenons le pouvoir sur nous même en ouvrant des portes que l'on avait inconsciemment fermé à clé et qui nous limitaient dans notre déploiement personnel.

Voici les dix distorsions cognitives les plus courantes :

La pensée dichotomique : tout ou rien

Lorsque le raisonnement est privé de nuances, tout ce qui n'est pas une victoire devient une défaite, tout ce qui n'est pas sans risque devient dangereux, etc. Ce type de pensée se retrouve logiquement associé au perfectionnisme, aux sentiments dépressifs d'incapacité, de culpabilité, d'autodévalorisation mais également à certains traits de personnalités pathologiques.

« Si vous n'êtes pas avec moi, vous êtes contre moi »

« J'ai fait un écart, ça ne vaut plus la peine de continuer le régime »

« L'employeur ne m'a pas recruté, je ne suis pas fait pour ce boulot »


L'abstraction sélective : filtrage mental

D'un événement ou d'une expérience ne seront retenus que les détails les plus déplaisants. Ceux-ci viennent souvent confirmer une croyance négative préalable. Cette opération conduit la plupart du temps à une fixation et à des ruminations anxieuses, dépressives, obsédantes en rapport avec ces fameux détails.

« J'ai gâché mon RDV avec lui car en l'embrassant, je lui ai marché sur le pied »

« Mon exposé est raté, j'ai vu quelqu'un rire dans le public »

« Ce médecin a consulté le Vidal pendant la consultation, il n'est pas compétent »


La disqualification du positif : pas pour moi

Plus que d'un à priori négatif, il s'agit d'un rejet systématique du caractère positif d'un événement et de sa transformation neutre ou négative. Un événement négatif sera en revanche bien mérité. Ce genre de raisonnement constitue un puissant renforçateur de la dépression tant il a tendance à priver des conséquences positives de l'action.

« Oui j'ai eu mon diplôme cette année, mais c'est un coup de chance »

« Elle m'a fait un compliment sur ma cuisine, mais c'est parce qu'elle a pitié de moi »

« Le patron m'a offert une promotion mais c'est parce qu'il n'avait personne d'autre à qui la donner »


La surgénéralisation : toujours et partout

L'extrapolation peut devenir outrancière, notamment lorsqu'un ou quelques évènements négatifs suffisent à résumer l'ensemble des expériences et/ou des performances d'un individu. Cette surgénéralisation peut aussi bien concerner le passé, le présent ou l'avenir (verticale ou chronologique) qu'elle peut s'étendre à d'autres domaines plus ou moins en rapport avec l'événement.

« J'ai été licencié, j'ai toujours été incapable de garder un boulot »

« Aucune fille ne m'a invité à danser hier, et de toute façon personne ne s'intéresse à moi »

« Je suis encore tombé sur un homme marié, c'est sûr, je resterai seule toute ma vie »

L'étiquetage : jugement définitif

Coller sur soi ou les autres des étiquettes négatives procure volontiers des émotions toutes aussi négatives et contrarie parallèlement toute idée d'évolution positive. Cataloguer renforce notamment le sentiment d'incapacité et le désespoir caractéristiques de la dépression.

« J'ai oublié mon RDV, je ne suis pas quelqu'un de fiable »

« Il m'a doublé par la droite, c'est un chauffard ! »

« Je me suis énervé contre lui, je ne sais pas garder mon sang froid »


L'inférence arbitraire : boule de cristal

Lorsque ce qui devrait rester une intuition devient une conviction, la conclusion se tire souvent trop hâtivement et sans preuve. Lire dans la pensée d'autrui ou prédire l'avenir restent deux pratiques divinatoires fréquemment associées à la souffrance émotionnelle et à la renonciation anxieuse ou dépressive.

« Ça ne sert à rien de lui demander une augmentation car si je la méritais, il me l'aurait donnée »

« Je ne serai jamais suffisamment solide pour pouvoir me passer des médicaments »

« Si elle ne m'a pas rappelé, c'est qu'elle n'a pas envie de me voir ».


Le catastrophisme : pire du pire

Des scénarios désastreux peuvent se construire sur la base d'un simple incident sans gravité, et conduire à « s'en faire une montagne ». Assimiler ce qui devrait rester des pensées à des faits, toujours sans preuve, favorise l'escalade d'émotions négatives associées à ces prédictions funestes.

« Ma fille n'est toujours pas rentrée, elle a du se faire kidnapper, violer, assassiner... »

« J'ai laissé ma braguette ouverte toute la matinée, ils doivent tous se moquer de moi, ma réputation est fichue, je n'ai plus qu'à changer de boulot, à déménager, loin... »

« Ma femme rigole en lisant le SMS d'un collègue, elle me trompe, elle ne m'aime plus, nous allons devoir divorcer et je me retrouverai seul, personne ne voudra d'un cocu comme moi... »

Le raisonnement émotionnel : preuve par le sentiment

Lorsque l'importance accordée à une émotion devient excessive, celle-ci peut être assimilée à une véritable preuve, voire à un fait et aboutir à un jugement erroné. Les émotions fortes contrarient ainsi la prise en compte d'éléments contradictoires et donc l'analyse rationnelle d'une situation.

« S'il a réussi à m'énerver à ce point, c'est qu'il cherche les problèmes »

« Le patron m'a convoqué dans son bureau, je ne suis pas tranquille, il a certainement quelque chose à me reprocher »

« J'étais mal à l'aise au diner, je suis sûr qu'ils m'ont trouvé ridicule ».


La personnalisation : auto-flagellation

L'interprétation d'un événement peut conduire à surestimer sa responsabilité voire à la créer de toutes pièces, ceci favorisant logiquement l'émergence d'un sentiment de culpabilité. Ce phénomène se répète et s'intensifie au cours de la dépression jusqu'à parfois se sentir la cause de tous les malheurs du Monde.

« Mon fils a encore raté ses examens, je n'ai jamais réussi à lui donner le gout des études »

« Ma femme semble contrariée, j'ai forcément dit quelque chose de mal »

« Mon père fait une dépression, c'est de ma faute, je n'ai pas été à la hauteur de ses attentes »

Les fausses obligations : musturbation

Les règles fixées de façon arbitraire, les exigences rigides de soi-même ou des autres favorisent volontiers l'émergence de sentiments douloureux tels que la déception, la frustration, la culpabilité ou la colère. Les « je souhaiterais », « j'aurais préféré » laissent la place aux « je dois », « il faut ».

« Il faut toujours aider ses amis, je ne peux donc pas refuser de lui prêter de l'argent »

« Il est indispensable d'être apprécié de ses voisins, je ne dois donc pas leur faire de reproches quand ils font du bruit »

« Après tout ce que j'ai fait pour elle, comment ose-t-elle refuser de me confier sa voiture ? »

Revenir en haut Aller en bas
hermes95
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé



MessageSujet: Re: Les distorsions cognitives qui nuisent à notre développement   Dim 14 Avr - 11:17

il faut vraiment être psychologue pour se lancer dans cette tirade très intéressante d'ailleurs.
ange rire ange rire ange rire
à la lecture,on se dit que l'on est tous atteints. surtout les PSY.

alors que notre cerveau fonctionne d'une façon si basique:
-j'aime:je cherche à avoir hahaha
-j'aime pas:je fuis,je détruit rhaaa


:energie: lumiere
Revenir en haut Aller en bas
Psyelle
Initié
Initié



MessageSujet: Re: Les distorsions cognitives qui nuisent à notre développement   Lun 29 Avr - 0:39

hermes95 a écrit:
il faut vraiment être psychologue pour se lancer dans cette tirade très intéressante d'ailleurs.

à la lecture,on se dit que l'on est tous atteints. surtout les PSY.

alors que notre cerveau fonctionne d'une façon si basique:
-j'aime:je cherche à avoir
-j'aime pas:je fuis,je détruit



Lol, Je confirme Hermès, on est tous atteint. Surtout les psys et surtout ceux d'entre eux qui coupent les cheveux en quatre
C'est à dire...

tous.


Et notamment celui qui a commis cette belle analyse.

Démonstration : le passage "inférence arbitraire" est un bel exemple d'étiquetage et de surgénéralisation abusive
Ben oui, là il parle de voyance mais il évoque le fait de prêter ses sentiments à autrui. Rien à voir avec la voyance. Il laisse ses préjugés au sujet de la voyance envahir son analyse.

Cher confrère Freudien, si vous voulez me consulter, je me ferais un plaisir de vous débarrasser de certaines distorsions cognitives également appelées préjugés.


Mais c'est pas grave, l'étiquetage est une déformation professionnelle aussi naturelle chez les psys que les cals aux mains des agriculteurs ou la suspicion chez les flics.


Sur le fond l'analyse n'est pas fausse, mais je nuancerais quand même : c'est pas parce qu'à l'occasion, on va attacher une importance exagérée à disons une tache sur son vêtement un jour où on aurait voulu donner une image parfaite qu'on est malade mental. Déjà parce que se foutre d'une gaffe ou d'une tache quand ce devrait être important est un signe de dépression...

Là vous voyez : dans un sens vous êtes malade, dans l'autre aussi.
On est des docteurs knock, nous autres, les psy


Alors restons cool, c'est juste quand une attitude perdure puis devient gênante et douloureuse qu'elle est pathologique.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.psyel.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les distorsions cognitives qui nuisent à notre développement   Lun 29 Avr - 1:10

Je vois qu'on se marre bien ici!! mdr

Contente de retrouver une ambiance conviviale et chaleureuse dans ce forum.... Et effectivement ce n'est pas moi le psychalanyste allumé qui a ecrit cet article. Par contre comme je suis tout de même allumé aussi, je l'ai choisi parce qu'il me semble interessant de souligner que les distorsions dont il est question, sont extremement courantes. On rencontre notamment certain de ces cas de figure qui sont typique dans les forums!! wink


BOnne nuit bise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les distorsions cognitives qui nuisent à notre développement   Aujourd'hui à 1:06

Revenir en haut Aller en bas
 
Les distorsions cognitives qui nuisent à notre développement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les distorsions cognitives qui nuisent à notre développement
» 10 distorsions cognitives qui entretiennent des émotions négatives (pour mieux comprendre le besoin d'une TCC)
» Notre Père!!!
» Prière à Notre-Dame de Lourdes
» Belle fête de Notre Dame du Rosaire !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum spiritualité, loi de l'attraction, developpement personnel :: Les niveaux de Conscience :: Voyages intérieur - Voyages exterieur-
Sauter vers: