Développer votre potentiel grâce à la visualisation créatrice et à la méditation. ressources spirituelles gratuites, coaching gratuit, des méditations guidées gratuites et légales. Discussions sur l'ésotérisme et le paranormal, partage.
 
EnvolAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 grande peste noire: les rats seraient mis hors de cause!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Servan
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: grande peste noire: les rats seraient mis hors de cause!   Mar 11 Oct - 11:00

Désolé l'article est en anglais, shy si quelqu'un est fortiche en anglais est-ce qu'il pourrait traduire...?
allez stp stp stp

Black Death study lets rats off the hookPlague of 1348-49 spread so fast in London the carriers had to be humans not black rats, says archaeologist


Bubonic plague victims of 14th century London, uncovered in the 1980s in an excavation at the Old Royal Mint. Photograph: Rex Features
Rats weren't the carriers of the plague after all. A study by an archaeologist looking at the ravages of the Black Death in London, in late 1348 and 1349, has exonerated the most famous animal villains in history.

"The evidence just isn't there to support it," said Barney Sloane, author of The Black Death in London. "We ought to be finding great heaps of dead rats in all the waterfront sites but they just aren't there. And all the evidence I've looked at suggests the plague spread too fast for the traditional explanation of transmission by rats and fleas. It has to be person to person – there just isn't time for the rats to be spreading it."

He added: "It was certainly the Black Death but it is by no means certain what that disease was, whether in fact it was bubonic plague."

Sloane, who was previously a field archaeologist with the Museum of London, working on many medieval sites, is now attached to English Heritage. He has concluded that the spread of the 1348-49 plague, the worst to hit the capital, was far faster, with an impact far worse than had been estimated previously.

While some suggest that half the city's population of 60,000 died, he believes it could have been as high as two-thirds. Years later, in 1357, merchants were trying to get their tax bill cut on the grounds that a third of all property in the city was lying empty.

Sloane spent nearly 10 years researching his book, poring over records and excavation reports. Many records have gone missing, while there was also a documentation shortfall as disaster overwhelmed the city. Names of those buried in three emergency cemeteries seem not to have been recorded.

However, Sloane found a valuable resource in records from the Court of Hustings, of wills made and then enacted during the plague years. As the disease gripped – in October 1348 rather than the late summer others suggested, reaching its height in April 1349 – the numbers of wills soared as panic-striken wealthy citizens realised their deaths were probably imminent.

On 5 February 1349 Johanna Ely, her husband already dead, arranged provision for her children, Richard and Johanna. She left them property, spelled out which beds and even pots and pans each was to receive, and placed them in the guardianship of her own mother. She was dead within 72 hours.

It appeared to the citizens that everyone in the world might die. Richard de Shordych left goods and money to his son Benedict when he died in early March: his son outlived him by a fortnight.

Money, youth, and formerly robust good health were no protection. Edward III's own daughter, Joan, sailed for Spain with her trousseau, her dowry and her bridesmaids, to marry Pedro, heir to the throne of Castile. She would never see her wedding day as she died of the plague within 10 days of landing.

John of Reading, a monk in Westminster, left one of the few witness accounts. He described deaths happening so fast there was "death without sorrow, marriage without affection, self-imposed penance, want without poverty, and flight without escape".

In Rochester, William of Dene wrote that nobody could be found to bury the dead, "but men and women carried the bodies of their own little ones to church on their shoulders and threw them into mass graves from which arose such a stink that it was barely possible for anyone to go past a churchyard".

Sloane estimates that people living near the cemetery at Aldersgate, which is now buried under Charterhouse Square, in Smithfield, would have seen a corpse carried past every five minutes at the height of the plague.

As many wills were being made in a week as in a normal year. Usually these would only be activated months or years later: in the worst weeks of the plague there was barely time to get them written down. Many, like Johanna Ely, probably made their wills when they felt the first dreaded sweats and cramps of the disease. Others left property and the care of their children to people who then barely outlived them.

The archaeology of the plague also reveals that most people, however, were buried with touching care, neatly laid out in rows, heads facing west, with far more bodies put in coffins than in most medieval cemeteries – but possibly through fear of infection.

Only a few jumbled skeletons hint at burials carried out some time after death and decomposition; those cases probably arose because bodies were found later on in buildings where every member of the household had died.

Sloane believes there was little difference in mortality rates between rich and poor, because they lived so closely packed together. The plague, he is convinced, spread from person to person in the crowded city.

Mortality continued to rise throughout the bitterly cold winter, when fleas could not have survived, and there is no evidence of enough rats.

Black rat skeletons have been found at 14th-century sites, but not in high enough numbers to make them the plague carriers, he said.

In sites beside the Thames, where most of the city's rubbish was dumped and rats should have swarmed, and where the sodden ground preserves organic remains excellently, few black rats have been found.

Sloane wants to dig up Charterhouse, where he believes 20,000 bodies lie under the ancient alms houses and modern buildings, including the Art Deco block where the fictional character Hercule Poirot lives in the television series. And, if anyone finds a mass medieval rat grave, he would very much like to know.
source: The Guardian
Revenir en haut Aller en bas
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: Re: grande peste noire: les rats seraient mis hors de cause!   Mar 11 Oct - 13:21

une traduction google en attendant mieux


L'étude de la peste noire permet de mettre hors de cause une éventuelle propagation ,si rapide a londres, par les rats entre 1348-1349. Les "transporteurs' ont du être humains et non des rats, dit l'archéologue.
-------------------------------------------------------------------------------
La peste bubonique victimes du 14ème siècle à Londres, à découvert dans les années 1980 dans une excavation à la Monnaie royale Vieux. Photo: Rex Features
Les rats ne sont pas les porteurs de la peste, après tout. Une étude menée par un archéologue regardant les ravages de la peste noire, à Londres, à la fin de 1348 et 1349, a innocenté les vilains animaux les plus célèbres dans l'histoire.

"La preuve n'est pas juste là pour le soutenir", a déclaré Barney Sloane, auteur de La Peste Noire à Londres. «Nous devrions être de trouver de grands tas de rats morts dans tous les sites riverains, mais ils ne sont tout simplement pas là. Et toutes les preuves que j'ai regardé suggère la peste propagation trop rapide pour l'explication traditionnelle de la transmission par les rats et les puces. Elle doit être une personne à l'- il n'est tout simplement pas le temps pour les rats à sa propagation ".

Il a ajouté: «Ce fut certainement la peste noire, mais il n'est en aucun cas certain de ce que la maladie a été, si en fait c'était la peste bubonique».

Sloane, qui était auparavant un archéologue de terrain avec le Musée de Londres, travaille sur de nombreux sites médiévaux, est désormais rattaché au ministère du Patrimoine anglais. Il a conclu que la propagation de la peste de 1348 à 1349, le pire qui ait frappé la capitale, était beaucoup plus rapide, avec un impact bien pire que ce qui avait été estimé précédemment.

Alors que certains suggèrent que moitié de la population de la ville de 60.000 morts, il croit qu'il aurait pu être plus élevé que les deux tiers. Des années plus tard, en 1357, les commerçants tentaient de se faire couper les facture d'impôt sur le motif que le tiers de tous les biens dans la ville était couché vide.

Sloane a passé près de 10 ans des recherches pour son livre, penché sur les dossiers et rapports de fouilles. Beaucoup de dossiers ont disparu, alors qu'il y avait aussi un manque à gagner en cas de catastrophe documentation submergé la ville. Les noms des personnes enterrées dans trois cimetières de secours ne semblent pas avoir été enregistrée.

Toutefois, Sloane a trouvé une ressource précieuse dans les dossiers de la Cour de Hustings, des testaments faits et ensuite promulguées au cours des années peste. Comme la maladie saisi - en Octobre 1348 plutôt que les autres fin de l'été suggéré, atteignant son apogée en avril 1349 - le nombre de volontés explosé en panique frappés citoyens fortunés ont réalisé leur décès étaient probablement imminente.

Le 5 Février 1349 Ely Johanna, son mari déjà mort, disposées provision pour ses enfants, Richard et Johanna. Elle a laissé les biens, énoncé dont des lits et même des pots et des casseroles chacun devait recevoir, et les a placés sous la tutelle de sa propre mère. Elle était morte dans les 72 heures.

Il est apparu aux citoyens que tout le monde dans le monde pourraient mourir. Richard de Shordych laissé des biens et l'argent à son fils quand il est mort au début de Mars Benoît: son fils lui a survécu par une quinzaine de jours.

L'argent, la jeunesse, et anciennement robustes en bonne santé ont été d'aucune protection. Propre fille d'Édouard III, Jeanne, s'embarqua pour l'Espagne avec son trousseau, sa dot et ses demoiselles d'honneur, à épouser Pedro, héritier de la couronne de Castille. Elle ne verrait jamais son jour de mariage, comme elle meurt de la peste dans les 10 jours de l'atterrissage.

Jean de lecture, un moine de Westminster, à gauche l'un des rares témoignages. Il a décrit décès passe si vite qu'il n'y avait «la mort sans douleur, le mariage sans affection, auto-imposé la pénitence, veulent sans pauvreté, et la fuite sans issue".

À Rochester, Guillaume de Dénés écrit que personne ne pouvait être trouvé pour enterrer les morts », mais les hommes et les femmes portaient les corps de leurs propres petits à l'église sur leurs épaules et les jeta dans des fosses communes d'où montait une telle puanteur que c'était peine possible pour quiconque de passer devant un cimetière ".

Sloane estime que les personnes vivant à proximité du cimetière, à Aldersgate, qui est maintenant enterré sous Charterhouse Square, à Smithfield, aurait vu un cadavre effectué tous les cinq dernières minutes à la hauteur de la peste.

Comme beaucoup de volontés ont été réalisés en une semaine comme dans une année normale. Habituellement, ces ne serait activé mois ou des années plus tard: dans le pire semaine de la peste il ya eu à peine le temps de les faire par écrit. Beaucoup, comme Johanna Ely, a probablement fait son testament quand ils ont senti des sueurs et des crampes premier redoutée de la maladie. D'autres ont quitté la propriété et la garde de leurs enfants à des gens qui leur a survécu alors à peine.

L'archéologie de la peste révèle également que la plupart des gens, cependant, ont été enterrés avec soin toucher, soigneusement disposées en rangées, tête face à l'ouest, avec des corps beaucoup plus mis dans des cercueils que dans la plupart des cimetières médiévaux - mais peut-être par peur de l'infection.

Seuls quelques squelettes brouillées allusion à inhumations effectuée quelque temps après la mort et la décomposition; ces cas est probablement apparue car les corps ont été retrouvés plus tard dans les bâtiments où chaque membre du ménage était mort.

Sloane pense qu'il avait peu de différence dans les taux de mortalité entre les riches et les pauvres, parce qu'ils ont vécu si étroitement emballés ensemble. La peste, il est convaincu, la propagation de personne à personne dans cette ville surpeuplée.

La mortalité a continué d'augmenter tout au long de l'hiver très froid, lorsque les puces ne pouvaient pas avoir survécu, et il n'existe aucune preuve de rats assez.

Squelettes rat noir ont été trouvés à des sites du 14ème siècle, mais pas en grande nombre assez pour les faire les transporteurs peste, at-il dit.

Dans les sites à côté de la Tamise, où la plupart des ordures de la ville ont été déversés et les rats doivent avoir envahi, et où le sol détrempé préserve organique reste excellente, quelques rats noirs ont été trouvés.

Sloane veut creuser Chartreuse, où il croit 20000 instances se trouvent sous les maisons anciennes et des aumônes des bâtiments modernes, y compris le bloc Art déco où la fiction Hercule Poirot personnage vit dans la série télévisée. Et, si quelqu'un trouve une tombe de rats de masse médiévale, il aimerait bien savoir.

------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein


Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
 
grande peste noire: les rats seraient mis hors de cause!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» grande peste noire: les rats seraient mis hors de cause!
» Des squelettes déterrés dans la City, peut-être un charnier de la Peste noire
» La cause de la peste noire
» L'origine du mal, les forces noires et la fraternité noire. Le problème du mal planétaire. Répercussions du conflit en Atlantide. Intervention divine.
» Le sanatorium de Waverly Hills

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum spiritualité, loi de l'attraction, developpement personnel :: Le temple de la connaissance :: Histoire - Anciennes Civilisations & Archéologie-
Sauter vers: