Développer votre potentiel grâce à la visualisation créatrice et à la méditation. ressources spirituelles gratuites, coaching gratuit, des méditations guidées gratuites et légales. Discussions sur l'ésotérisme et le paranormal, partage.
 
EnvolAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Flagrant délit sur le staphylocoque doré

Aller en bas 
AuteurMessage
xenia la chamane
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Flagrant délit sur le staphylocoque doré   Ven 11 Déc - 22:31

Flagrant délit sur le staphylocoque doré (ce qu’on nous cache)





On se fout de nous. Ce n’est certes pas une nouvelle
bien fracassante, mais elle fera l’affaire. Une sacrée affaire, qui
m’éberlue moi-même. Premier temps : un communiqué en français de
l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA, selon son
acronyme anglais). Le texte, daté du 26 novembre 2009 (ici), rend
compte d’une enquête européenne portant sur le Sarm, autrement dit le
Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline. En anglais, le Sarm
s’appelle MRSA (Methicillin-Resistant Staphylococcus aureus), qui n’est
autre qu’une bactérie, mais ô combien redoutable : le staphylocoque
doré. Pour comble, ce dernier est, dans le cas du Sarm, une bactérie
mutante, qui résiste désormais à l’antibiotique qui la terrassait
jadis, la méthicilline, et de plus en plus à d’autres. Aussi incroyable
que cela paraisse, le Sarm aurait tué en 2005, aux États-Unis, près de
19 000 personnes, davantage que le sida (ici).

En avez-vous entendu parler ? J’en doute, pardonnez.
Moi, j’ai consacré un morceau de mon livre Bidoche (éditions LLL, oui,
c’est de la pub) à cette folle histoire. Pour les humains que nous
sommes, l’existence du Sarm n’a rien de réjouissant, car la viande peut
être contaminée par une de ces bactéries mutantes et multirésistantes
qui rendent encore plus ingérable le dossier des antibiotiques. Aux
États-Unis, une coalition d’ONG, Keep Antibiotics Working, s’est
penchée avec le plus vif intérêt sur le Sarm. Elle a interrogé à l’été
2007 la Food and Drug Administration (FDA) sur les travaux entrepris au
sujet de cette bactérie. Tout de même, 19 000 morts en une année
pourraient susciter un peu d’intérêt public. Mais la FDA a bien dû
reconnaître qu’elle ne s’était pas encore souciée de ce qui se passe
dans les fermes concentrationnaires du pays. C’est d’autant plus
dommage que tout converge vers les porcheries industrielles.

En octobre 2007, un article retentissant de la revue
Veterinary Microbiology révèle des faits graves. Menée dans 20
porcheries industrielles de l’Ontario (Canada), elle montre que le Sarm
est présent dans 45 % d’entre elles. Qu’un porc sur quatre environ est
contaminé. Qu’un éleveur sur cinq l’est aussi. Les souches de Sarm
retrouvées dans l’Ontario incluent une souche répandue dans les
infections humaines par la bactérie au Canada. Et 9 millions de porcs
du Canada sont importés chaque année aux États-Unis.

L’Europe n’est pas épargnée. Voyons d’abord les
Pays-Bas, terre fertile, du moins en élevages industriels. En décembre
2007, une étude américaine des Centers for Disease Control établit
qu’une souche de Sarm jusque-là repérée exclusivement chez les porcs
est la même que celle que l’on trouve chez 20 % des humains malades. En
Belgique – on se rapproche –, toujours en 2007, un autre travail,
commandé par le ministre de la Santé publique Rudy Demotte, indique
que, dans près de 68 % des porcheries étudiées, une souche de Sarm est
présente chez les animaux. Et cette même bactérie résistante est
retrouvée chez 37,6 % des éleveurs de porcs et des membres de leur
famille. Or, dans une population sans rapport avec l’industrie porcine,
elle n’est que de… 0,4 % !

Et en France, donc, où en sommes-nous ? Nulle part. Que
fait-on du côté du ministère de l’Agriculture ? Du côté de ces
innombrables agences sanitaires qu’on nous a présentées comme
essentielles autant qu’exemplaires ? Du côté de l’Institut de veille
sanitaire (InVS) ? De l’Agence française de sécurité sanitaire des
aliments (Afssa) ? Pourquoi aucune étude importante n’est-elle lancée
sur les liens entre élevage industriel et développement foudroyant
d’une maladie qui tue les hommes ?

Revenons-en au communiqué de l’EFSA, autorité
européenne. Le texte français est très édulcoré par rapport au travail
en anglais qu’il est censé résumer (ici). Je n’ai pas le temps d’en
faire une analyse complète, et je le regrette bien. Le texte anglais
commence par exemple comme suit : « Methicillin-resistant
Staphylococcus aureus (MRSA) is a major concern for public health ».
C’est-à-dire que le Sarm est un problème de santé publique majeur. Or
il faut attendre le troisième paragraphe du communiqué français pour
lire : « Le SARM représente un problème de santé publique important »,
ce qui n’est pas la même chose. Important n’est pas majeur.

Et tout est à l’avenant, tricoté, si l’on veut être
charitable, pour ne pas affoler le monde. Si l’on veut être charitable,
mais l’on n’est pas obligé de l’être. L’étude anglaise pointe ce qu’il
faut bien appeler des anomalies. Sur les 24 États membres de l’Union, 7
ne signalent aucun cas de Sarm, ce qui ne se peut. On ne trouve que ce
que l’on cherche, et visiblement, on n’a pas cherché. Mais les autres
alignent des taux de prévalence étonnamment élevés. Souvent plus de
50 % de présence du Sarm chez les animaux étudiés.

Les autorités dites de contrôle ont-elles peur, en
France, de découvrir que nos élevages industriels sont farcis de cette
bactérie résistante, menaçant les éleveurs de porcs et de volaille en
priorité, le reste de la population juste derrière ? Ont-elles peur une
fois encore de déstabiliser un marché qui est structurellement en
crise ? Ce serait d’autant plus insupportable que l’élevage industriel,
si la société n’en vient pas à bout très vite, nous entraînera tôt ou
tard dans une catastrophe sanitaire majeure.

Qu’attend-on ? Le désastre final ? Telle est la
question que je me pose. Telle est la question que je vous pose. Pour
vous aider à mettre des points sur les i, j’ajouterai que madame
Catherine Geslain-Lanéelle est la directrice exécutive de l’Autorité
européenne de sécurité des aliments (EFSA). Qui est-elle ? Un
haut-fonctionnaire proche de la gauche qui s’est toujours bien entendu
avec la droite. J’ai eu l’occasion, dans un autre livre (Pesticides,
révélation sur un scandale français, avec François Veillerette, de
détailler son rôle très controversé dans l’affaire de l’insecticide
Gaucho, qui tuait les abeilles par millions et milliards. Elle était
alors la patronne de la surpuissante Direction générale de
l’alimentation (DGAL), place-forte du ministère de l’Agriculture.

En juin passé, le journal Le Monde publiait un article
vif sur l’EFSA, pour la raison que cette autorité européenne donne
toujours des avis positifs sur la commercialisation des OGM. Titre de
l’article en question : « Génétiquement pro-OGM ». Il me semble, il m’a
semblé que je devais vous mettre au courant. Car tandis qu’on joue aux
imbéciles avec le vaccin contre la grippe porcine, opportunément
rebaptisée A, puis H1N1 - ni vu ni connu -, le Sarm se répand
inexorablement. La raison m’en paraît limpide. Non ?
Revenir en haut Aller en bas
http://creationsylvieerwan.centerblog.net/
 
Flagrant délit sur le staphylocoque doré
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Flagrant délit sur le staphylocoque doré
» fente palatine et angine a staphylocoque doré
» Varicelle/staphylocoque doré
» Eliminer le staphylocoque doré grâce à un remède médiéval
» staphylocoque doré

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum spiritualité, loi de l'attraction, developpement personnel :: Le temple de la connaissance :: BLOG Actualités - Articles - conferences-
Sauter vers: