Développer votre potentiel grâce à la visualisation créatrice et à la méditation. ressources spirituelles gratuites, coaching gratuit, des méditations guidées gratuites et légales. Discussions sur l'ésotérisme et le paranormal, partage.
 
EnvolAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Avenir de la médecine libérale

Aller en bas 
AuteurMessage
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: Avenir de la médecine libérale    Mar 23 Aoû - 13:27

Témoignage très intéressant de médecins et d'une infirmière, qui vont dans le sens que j'ai constaté. Désolant et effrayant. Heureusement, certains médecins se réveillent ... mais encore trop peu ... une pensée créatrice pour les aider a voir ?

docteur vincent a écrit:
Je suis en train de me poser des questions sur mon avenir en tant que
médecin généraliste libéral, et plus généralement sur l'avenir des
médecins libéraux. Est-ce un système viable, sachant que les médecins
sont indirectement rémunérés par la Sécu au travers des remboursements?
- Qu'il y a des dérives obligatoires: le médecin ayant une petite
clientèle sera amené à revoir ses patients plus souvent, le médecin
surmené prescrira des médicaments plutôt que d'écouter;
- Que jusqu'à maintenant ( mais moins) ils étaient incités à prescrire
selon que tel visiteur médical était plus convaincant qu'un autre?

D'un autre côté si l'on perd le système libéral, pourra-t-on encore
prescrire des fleurs de Bach par exemple, ne pas prescrire des
antidépresseurs aux déprimés ( mais plutôt l'écouter de de l'hygiène de
vie et alimentaire).

Je poste aujourd'hui plutôt qu'il y a cinq ans car la plupart des
médecins vont avoir l'âge de la retraite dans un an ou deux maxi et
forcément quelque chose se passera.

J'imagine qu'un grand nombre d'entre vous recherche plutôt des thérapies
alternatives, mais il y a encore besoin de généralistes pour "faire la
circulation", diagnostiquer et savoir envoyer chez les spécialistes
adéquats, pour suivre la croissance des enfants etc. faire les
certificats de sport et les arrêts de travail. Et moi je ne sais faire
que cela, m'orienter vers l'ostéopathie ou le magnétisme serait un
constat d'échec pour moi.

libertie a écrit:
Je le vois mal parti surtout depuis la sortie de la dernière loi sur les
quotas. EN effet, lorsque nous voyons les dérives de la médecine dite
allopatique, nous ne pouvons pas du tout la soutenir, même si je suis
consciente, elle est importante. Les médecines alternatives ne sont pas
basée uniquement sur le magnétisme ou l'ostéopathie, non, il y a bien
d'autres branches qui pourraient sans aucun doute vous satisfaire
davantage et vous permettraient d'exercer en toute conscience: je pense à
la naturopathie qui est bien loin des idées reçues, puisqu'elle fait
appel à des connaissances assez pointues sur les plantes, les huiles
essentielles (qui ne sont pas aussi faciles que cela à utiliser) mais
aussi à toute une autre partie qui est la nutrition, l'hygiène de vie,
et aussi la psychologie. Cela permet davantage de prévenir que de
guérir, mais c'est plus satisfaisant que de donner uniquement les
derniers médicaments à la mode vantés par ds visiteurs médicaux. Il y a
aussi la médecine chinoise qui nécessite de trés nombreuses heures
d'étude et qui permet également d'avoir une approche du patient plus
générale. La médecine telle que je la vois de mes yeux d'infirmière se
fourvoie complètement car , je ne dis pas vous mais je parle de mon
expérience professionnelle, les médecins que je connais soignent
davantage un symptôme qu'une personne. Hors la personne dans son
ensemble est à accompagner; Un symptôme reste un symptôme. Il peut être
uniquement la façon qu'a notre corps d'évacuer soit des toxines, soit
un quelconque excès soit du stress. Sans rejoindre complètement les
théories du Docteur Hamer ( qui à mon sens sont trop ciblées psychologie
sans tenir compte des facteurs environnementaux dans lesquels évoluent
une personne), je reste persuadée qu'au delà d'une maladie il y a un
fort facteur propre à la personne, physique et psychologique.
D'ailleurs, j'ai abandonné la médecine allopathique pour soigner ma SEP.
J'ai préféré mettre l'accent sur la détoxification des métaux lourds,
mais aussi sur une bien meilleure hygiène de vie: régime Seignalet,
nourriture bio... Je soigne mes élèves avec des tisanes, ce qui me
permet à la fois de les écouter, de créer un lien avec eux et de prendre
en compte leur problème.
Les médecins soumis depuis la nuit des temps au diktat de l'Ordre des
médecins, sont devenus pour la plupart les relais des labos
pharmaceutiques. Pendant les vacances , mon fils a eu une gastro. Il
était chez sa grand mère qui l'a amené chez le médecin de son village.
Résultat il est revenu avec : Smecta, immodium , spasfon, doliprane...
Alors qu'il aurait été à la maison, il aurait pris une tisane de
plantes, de l'eau de riz, du riz et des carottes. Je sais parfaitement
qu'il n'aurait pas eu besoin de tout cet attirail.
Les grippes A , je les ai soignées avec des tisanes de badianes et
d'autres plantes. Elles ont été assez fortes mais mes fils n'ont pas vu
le médecin, et ils s'en sont sortis sans problème. Tisanes chaleur ,
vitamine C, repos.
J'avoue que depuis quelques années, j'ai du mal à faire confiance. Je
sais que nous avons besoin de vous, en particulier pour l'accompagnement
des personnes âgées à domicile, mais la pratique de la médecine ne me
convient plus du tout. ET j'ai l'impression que les jeunes médecins sont
encore plus formatés. Je trouve cela dommage. Je ne comprends pas
d'ailleurs pourquoi il y a l'obligation vaccinale, pourquoi on fait
davantage la publicité pour des médicaments , pour des vaccins que pour
une meilleure hygiène de vie! Ensuite on veut se dédouaner en matraquant
des slogans tels que "il faut manger 5 fruits et légumes par jour " et
faire une demi heure de marche rapide quotidienne" entre une pub pour
Mac DO et une pour coca cola.

Pour moi le rôle du médecin traitant généraliste est primordial dans
l'approche des personnes, il est le meilleur interface qui soit pour
pouvoir dialoguer avec des spécialistes et avec les familles. Je trouve
dommage qu'ils se soient laissés enfermer dans un Ordre qui les
diabolise dés qu'ils sortent du "droit chemin" , dés qu'ils essaient
d'avoir une approche plus sereine et alternative de la médecine, plus
humaine aussi. Je trouve dommage que vous n'ayez pas le droit de choisir
d'exercer votre profession avec votre libre arbitre et votre sagesse.
Je trouve dommage que les pouvoirs publics vous imposent des quotas et que vous ne puissiez pas vous défendre contre cela.

La médecine a du soucis à se faire.
et je comprends tout à fait votre questionnement. Je serai à votre
place (et quelque part j'y suis mais pas de la même façon) je serai
vraiment inquiète pour mon avenir professionnel.


yontaigyo a écrit:
Bonjour, votre sujet m'intéresse, car je suis médecin. Plus exactement je vais être interne en novembre prochain.

Comment je vois la médecine de demain? Je vois que l'homme n'aura
d'autre choix que de se tourner vers des médecines dites parallèles. La
médecine "traditionnelle" ne soigne pas, elle bouche des trous. Du moins
c'est ce que j'ai appris à faire pendant mon externat.

Durant mon cursus, on ne m'a pas appris à écouter un patient. Quand on
m'a évalué de façon pratique, le juré n'a assisté qu'à 5 minutes de mon
examen clinique. En tout j'avais 15 minutes pour interroger et examiner
une patiente que je ne connaissais pas du tout. Je n'avais même pas eu
son dossier médical auparavant. J'ai du poser le diagnostic
(Polyarthrite rhumatoïde compliquée de polynévrite) , modifier son
traitement et rédiger une lettre au médecin traitant en 20 minutes. Puis
j'ai été interrogé à l'oral sur les propriété des médicaments qu'on lui
filait.
Je vous le dis clair et net, nous ne sommes plus formés à être des
médecins, mais des machines à presrire des médocs! On a plus d'heures de
cours à analyser les articles des études pharmaceutiques que d'heures
d'apprentissage d'écoute du patient ou d'examen clinique. Les internes
sont tellement surchargés qu'ils n'ont plus le temps de nous apprendre à
examiner pendant les stages à l'hopital. Je généralise un peu mais en
gros c'est çà l'idée.

Quand durant mes stages à l'hôpital on me parle de chiffre d'affaire qui
baissent, que je vois les médecins se faire engueuler pcq ils gardent
les patients trop longtemps... du coup, je me fais une image de
l'hopital comme d'une "usine à guérir", où les malades sont sur des
tapis roulants, scannés, diagnostiqués, étiquetés, catalogués et
traités. Au final c'est de la médecine robotisée.

Bien heureusement il y a des médecines complémentaires qui traitent
l'homme dans sa globalités. Car l'homme est biologie, psychologie et
énergie. (En fait je pense que tout est énergie, mais on va faire
simple)

La naturopathie prend en compte (entre autre) la nutrition des patients;
et ce point est primordial quand on considère que notre corps en entier
provient de ce que l'on mange, si on mange de la merde pleine de
toxiques, tout celà s'incorpore littéralement. Il n'empèche que dans ma
formation de médecin, on a aucun enseignement sur çà. (2 chapitres de
nutrition point barre). Ca ne vous choque pas? moi SI!

La médecine chinoise, prend en compte le corps énergétique de la
personne. Et celà est également primordial car c'est en qq sorte la glue
qui permet aux molécules de tenir ensemble. On en a aucune notion en
médecine traditionnelle.

Et plein dautres thérapies dont je ne fais pas la liste mais qui sont essentielles.

Le fait est que l'homme se rend bien compte que la médecine
traditionnelle se cloisonne dans son domaine en tournant le dos au
reste. C'est même taboo de dire qu'on se soigne autrement, qu'on va
voire un rebouteux pour une sciatique plutot que de prendre un
antalgique et attendre que ca passe.

J'ai personnellement vu la différence entre des patients cancéreux qui
se "réénergisaient" par de la médecine chinoise entre les cures de
chimiothérapie et d'autres. Le résultat est flagrant ya pas photo. Quand
l'un supporte la cure et peut s'occuper de ses enfants chez lui,
l'autre ne la supporte pas et est obligé de rester hospitalisé.

Je ne parle même pas de la médecine quantique qui fait déjà ses preuves,
et dont les hopitaux russes utilisent déjà. (c'est la voix que je
compte suivre)

Alors voilà la vision de la médecine de demain que j'ai.
-Une médecine qui prend en compte la globalité de la personne humaine (biologie, psychologie et énergie)
-Une médecine où toutes les différentes branches de thérapie
s'entrecroisent, s'entraident, et ne se cloisonnent pas en excluant les
autres.
-Une médecine où le malade est responsabilisé dans sa démarche de soin,
où il ne vient plus en consommateur de soin comme s'il allait faire
réparer sa voiture.
-Une médecine où les gens seraient éduqués dès le plus jeune âge à une
alimentation saine, un respect du corps humain et de son environnement.
Voilà la vision de la médecine que j'ai. Et j'espère ne pas être trop optimiste.


Extrait de Onnouscachetout.com

------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein


Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Avenir de la médecine libérale    Mar 23 Aoû - 14:56


Très intéressant !

Le problème des médecines parallèles, c'est le prix des soins qui ne sont pas pris en charge, donc malheureusement pas accessibles à tout le monde.

Certaines mutuelles remboursent maintenant des séances d'ostéopathie, de réflexologie...

Certains hôpitaux préconisent ce genre de soin, notamment pour la réflexologie (à la suite de traitements anticancéreux , pour l'ostéopathie (après l'accouchement).

Je trouve que les médecins sont plus ouverts qu'il y a quelques années, ces témoignages le confirment.

Quant aux rebouteux, j'y suis souvent allée dans mon enfance , pour une épaule démise
Aujourd'hui, on va chez le médecin qui envoie passer une radio, pour finir chez le kiné.

Le médecin savait très bien que lorsque son traitement n'était pas efficace, les patients se tournaient vers les guérisseurs. l'important pour eux étaient la guérison.

L'idéal serait que les médecins généralistes et les praticiens d'autres thérapies (honnêtes et sérieux) travaillent ensemble pour le bien-être de tous.

:energie:
Revenir en haut Aller en bas
argileblanche
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Avenir de la médecine libérale    Mar 23 Aoû - 15:38

un petit mot pour dire que souvent les homéopathes et les acupuncteurs sont en même temps des médecins et à ce titre leurs consultations sont remboursées en partie par la sécurité sociale ainsi que les produits homéopathiques ( en partie aussi , mais vu qu'ils ne sont pas chers , il ne faut surtout pas s'en priver )
Revenir en haut Aller en bas
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: Re: Avenir de la médecine libérale    Mar 23 Aoû - 17:32

Lys Blanc a écrit:


Je trouve que les médecins sont plus ouverts qu'il y a quelques années, ces témoignages le confirment.


Sur ce point, je ne suis pas d'accord Je ne trouve plus de bon médecins, a l'écoute du patient et qui ne confond pas son patient avec un porte monnaies. Aujourd'hui, la médecine généraliste s'apprend a coup de par coeur, comme le témoignage le dit plus haut, on apprends pas l'étudiant a devenir un médecin a l'écoute, mais un médecin qui soigne les symptômes. Depuis quelque temps, nous sommes régulièrement déçus par nos médecins généraliste ... bref, je ne vais pas développer, mais a part répéter ce que les labo publient, il n'y aucune réflexion personnelle. J'avais un bon médecin avant, il a pris sa retraite, depuis, je ne trouve plus ce genre de doc. Même en homéopathie, c'est pas toujours le top. Pour mon fils, nous avons été obligés de monter a Paris pour en trouver un digne de se nom.

Maintenant, il y a ceux qui se réveillent, ceux la sont plus rare malheureusement, on n'en a pas encore trouvé. Si vous trouver une adresse d'un super doc sur reims, faites moi signe

------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein


Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Avenir de la médecine libérale    Mar 23 Aoû - 19:44

je suis absolument d'accord avec le dernier temoignange, et aimerai une medecine comme il la voit!
rah lala, le medecin, m'en parlait pas. j'y vais pas des masses, mais alors attendre qutre jour pour un rendez vous, puis trois quart d'heure dans la salle d'attendte parce qu'il est en retard, et me faire expedier en trois tatonnement parce qu'il est pressé (toujours ce foutu retard!!) ca me rends dingue! angry surtout qu'en effet, au final, on part avec son ordonnance et advienne que pourra... c'est malheureux, la santé : usine a fric...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Avenir de la médecine libérale    

Revenir en haut Aller en bas
 
Avenir de la médecine libérale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tarif prestation libérale
» La police est-elle libérale ?
» début d'activité en libérale
» S'installer en libérale, démarches et formalités?
» La destruction de l'éducation : l'école techno-libérale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum spiritualité, loi de l'attraction, developpement personnel :: Le temple de la connaissance :: BLOG Actualités - Articles - conferences-
Sauter vers: