Développer votre potentiel grâce à la visualisation créatrice et à la méditation. ressources spirituelles gratuites, coaching gratuit, des méditations guidées gratuites et légales. Discussions sur l'ésotérisme et le paranormal, partage.
 
EnvolAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'antique savoir indou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eole
Petit Scarabé
Petit Scarabé
avatar


MessageSujet: L'antique savoir indou   Sam 2 Juil - 9:11

Doté d’un cerveau composé de deux hémisphères, chacun de nous appréhende la réalité de manières très différentes. Et pour cause : notre cerveau gauche est spécialisé dans l’analyse et les raisonnements logiques, il décrypte le monde dans ses moindres détails.
Notre cerveau droit, de son côté, est capable de percevoir l’information d’une manière métaphorique et analogique, il crée des liens et développe une pensée intuitive et globale. Si le cerveau gauche était un mathématicien, le droit serait un poète. Raison ou intuition ? Analyse détaillée ou vision d’ensemble ? La réponse à cette question est souvent un choix culturel.

Psycho-neuro-endocrino-immunologie

La pensée occidentale s’est construite sur les bases logiques du cerveau gauche. Dès lors, la science moderne découpe l’être humain en d’infimes parties. D’un côté il y a le corps, de l’autre, il y a l’esprit.
Néanmoins, à force d’observer des détails, le réductionnisme scientifique perd la vision de l’ensemble. Or « la vie ne réside pas dans les molécules mais dans les relations qui s’établissent entre elles », faisait remarquer Linus Pauling, lauréat des prix Nobel de chimie et de la paix.
C’est ainsi qu’une nouvelle approche tente de réconcilier les différentes parties de l’humain. Baptisée psycho-neuro-endocrino- immunologie, celle-ci étudie les liens qui existent entre les pensées (bonnes ou mauvaises), les émotions (positives ou conflictuelles), l’activation du système nerveux (détente ou stress), la production des hormones et la qualité des défenses immunitaires de l’organisme.

La théorie de l’information

La science est donc en train de redécouvrir la nature des liens vitaux qui unissent le corps et l’esprit. « Chacun de nous est au centre d’un réseau de corrélations », disait Ilya Prigogine. L’information qui circule dans ce réseau est un élément essentiel pour la compréhension de notre nature humaine.
Or, à travers nous, l’information se manifeste, tour à tour, sous la forme de nos pensées, des émotions ressenties dans notre corps, de nos comportements ou des réactions biologiques de notre organisme. Elle est à la fois idée et matière, matière et énergie, énergie et action. Elle est le lien entre les différents états de notre existence.

Apparemment très éloignées, les théories millénaires de l’Inde et les connaissances modernes de la science occidentale ont davantage de points communs qu’on ne l’imagine.

Une question d'énergie

Depuis des millénaires, les sages et les yogis de l’Inde explorent les multiples dimensions (spirituelle, intellectuelle,émotionnelle et physique) de l’être humain.
Privés des moyens d’analyse sophistiqués de la science moderne, ils ont échafaudé leurs théories à partir de leurs expériences et de leurs observations. Au lieu de se fier à leur cerveau gauche, ils ont fait appel à l’intuition de leur cerveau droit.

Leur vision est donc restée plus globale. Et le concept de l’information-lien entre le corps et l’esprit a été remplacé par celui de l’énergie – energeia : la « force en action » des anciens Grecs. Véritable « souffle de vie », la métaphore est commune à de nombreuses cultures pré-scientifiques : ankh chez les Égyptiens, pneuma chez les Grecs, qi chez les Chinois, prana chez les Indiens.
Il ne s’agit pas de l’une des formes d’énergie (électrique, électromagnétique, nucléaire, calorique ou mécanique) mesurées par la science occidentale. Le prana représente plutôt le continuum entre la matière et la pensée. Ses manifestations sont multiples, tantôt physiques, tantôt psychiques.

L’anatomie des chakras

Réparti entre deux « canaux énergétiques » (l’un passif : Ida; l’autre actif : Pingala), le prana des Indiens est soumis aux mêmes polarités que l’influx nerveux au sein des systèmes parasympathique (détente) et sympathique (stress) décrits par la neurologie.
L’analogie est troublante.
De plus, chaque « centre énergétique» ou chakra correspond à un plexus nerveux précis et est connecté à une glande endocrine spécifique.
Si l’on observe les effets des hormones produites sous l’effet d’un chakra particulier, on constate que ceux-ci sont en rapport avec le rôle physique, émotionnel ou spirituel attribué à ce chakra.
Ainsi, par exemple, le premier chakra, situé entre les jambes, censé nous relier à la dimension matérielle de l’existence, commande les glandes surrénales qui sécrètent l’adrénaline et le cortisol, les deux hormones qui nous permettent de survivre.

le second chakra, qui est rattaché à la vie émotionnelle et à la créativité, stimule les ovaires ou les testicules dont les hormones influencent nos humeurs et nous permettent de procréer.

le troisième chakra, en liaison avec l’intellect et la définition de l’ego, régit l’activité des hormones digestives qui participent à l’assimilation de ce qui nous fabrique.
La démonstration peut ainsi être poursuivie pour les sept centres énergétiques de la tradition indienne.
La preuve, sans doute, que, malgré leurs perceptions différentes, notre cerveau droit et notre cerveau gauche décrivent la même réalité.


_Thierry Janssen est médecin, chirurgien et psychothérapeute. Son dernier livre, La Solution intérieure.
Vers une nouvelle médecine du corps et de l’esprit vient de paraître aux éditions Fayard


:energie:
Revenir en haut Aller en bas
argileblanche
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: L'antique savoir indou   Sam 2 Juil - 9:58

bravo eole ! confettis

ton sujet est très interessant , le titre est un peu restrictif mais le contenu est super !

je suis allé sur le site du docteur janssen qui a écrit plusieurs livres très intéressants sur ce sujet

je vous ai recopié un commentaire sur un débat :


Il y a quelques mois, j’assistai à un débat télévisé sur l’avenir de la médecine. Une
médecine qualifiée de « système de santé » par l’un des éminents professeurs présents sur le
plateau. Très rapidement, la discussion porta sur la prudence qui, d’après un auteur de
science-fiction, était indispensable lorsque l’on introduisait de nouvelles technologies à
l’hôpital. Un militant écologiste en profita pour plaider en faveur des précautions à respecter
lorsque l’on introduisait de nouvelles substances chimiques dans l’environnement. Un
dirigeant de l’industrie pharmaceutique lui rétorqua que les produits chimiques faisaient
l’objet de tests prouvant leur innocuité. L’écologiste lui répondit que ces tests ne tenaient pas
compte des interactions possibles entre différentes molécules qui, prises séparément, ne sont
pas dangereuses pour la santé mais qui, lorsqu’elles agissent en synergie avec d’autres
substances, peuvent devenir pathogènes. Un médecin acquiesça de la tête. Un autre leva les
yeux au ciel.
Tout à coup, dans le feu des arguments, un responsable politique, lui-même
scientifique, s’en prit violemment à l’écologiste et à son supporter médecin. « Le principe de
précaution est une absurdité, déclara t-il. Rien ne justifie d’empêcher l’utilisation des
innovations de la science. C’est l’idée même de progrès qui serait remise en cause. » Le
médecin qui avait acquiescé aux propos de l’écologiste, fit remarquer que toutes les
innovations n’étaient pas forcément un progrès. Et qu’il fallait beaucoup de discernement si
l’on voulait que les inventions de la science participent réellement à la progression du bienêtre,
de la paix et de la bonne santé de l’humanité, dans le respect de son environnement.
L’homme politique fulmina.
Que faut-il faire ou ne pas faire, pour bien faire ? Voilà la question qui était posée par
ce débat. L’homme politique répondit qu’à force de précautions on finirait par décourager la
recherche, paralyser l’industrie et faire régresser la société. « Le principe de précaution serait
donc un empêcheur d’innover et de progresser », conclut le médecin écologiste avant
d’ajouter sur un ton un peu narquois que cela se résumait à « empêcher de produire et de faire
consommer ; donc de soigner en paix. »
Force est de constater que la plupart des efforts médicaux sont consacrés à la
production de nouveaux remèdes et de nouvelles technologies, rarement à la prévention des
pathologies. De fait, le « système de santé » est un « système de maladies » – un système qui
est en bonne santé tant qu’il y a des malades à soigner. Que deviendraient les hôpitaux et leur
personnel soignant s’il y avait moins de pathologies à guérir ? Combien de travailleurs
seraient au chômage si on ne produisait plus autant de médicaments ? Toute une économie
repose sur le fait qu’il y a des gens malades. Et cette « économie de la maladie » tend à faire
croire qu’il n’y a pas d’autre choix que celui de recourir à des produits de consommation
médicalisés. D’ailleurs, les rares fois où le principe de précaution est recommandé, il
s’accompagne de mesures nécessitant la consommation de remèdes et de technologies pour se
protéger du danger au lieu de, simplement, le supprimer.
Quelques semaines après cette passionnante émission télévisée, mon boulanger me
vendait son pain, un masque sur le nez, les mains désinfectées avec une solution
antiseptique… en attendant une bonne vaccination antigrippale. Vive les précautions, pourvu
qu’elles dopent la consommation.



je suis tout à fait d'accord avec lui , et vous ?


:energie: :energie: :energie:
Revenir en haut Aller en bas
 
L'antique savoir indou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» qui as peur de ne plus savoir manger ou maigrir
» Tout ce qu'il faut savoir sur le kilt.
» Bibliothèque : Bouddhisme Tibétain : Savoir pardonner de Sa Sainteté le Dalaï- Lama
» Comment savoir quels sont nos talents ?
» Soif de savoir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum spiritualité, loi de l'attraction, developpement personnel :: Les Energies :: Travail avec les énergies-
Sauter vers: