Développer votre potentiel grâce à la visualisation créatrice et à la méditation. ressources spirituelles gratuites, coaching gratuit, des méditations guidées gratuites et légales. Discussions sur l'ésotérisme et le paranormal, partage.
 
EnvolAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 URGENT: DEFENSE DES MEDECINES NATURELLES URGENTISSIMMEEE!!!!

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple



MessageSujet: Re: URGENT: DEFENSE DES MEDECINES NATURELLES URGENTISSIMMEEE!!!!   Lun 21 Mar - 22:47

haaaa, ben voila, merci Melahel de confirmé comme je l'ai ecrit, j'ai deja lu ce teste en 2009 et 2010 y a que la date qui change
Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
xenia la chamane
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: URGENT: DEFENSE DES MEDECINES NATURELLES URGENTISSIMMEEE!!!!   Mar 22 Mar - 11:26

Une directive qui concerne seulement les médicaments

Disons-le tout de suite : la directive THMPD (2004/24/CE), qui est à l'origine de la polémique, ne concerne que les "médicaments traditionnels à base de plantes", et non les plantes médicinales elles-mêmes : les tisanes et autres décoctions ne sont pas en passe d'être déclarées illégales, loin s'en faut ! Par "médicaments à base de plante", on entend les préparations contenant des mélanges de plantes, commercialisées par des laboratoires pharmaceutiques, et vendues exclusivement en pharmacies.......suite




http://www.gerbeaud.com/bio/menace-medicaments-traditionnels-plantes-directive-thmpd.php

http://news.doctissimo.fr/l-utilisation-de-plantes-medicinales-interdite-par-l-europe-_article7817.html
Revenir en haut Aller en bas
http://creationsylvieerwan.centerblog.net/
Servan
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: URGENT: DEFENSE DES MEDECINES NATURELLES URGENTISSIMMEEE!!!!   Jeu 5 Mai - 12:16

Bon ben finalement cela m'a l'air tout à fait sérieux: je considère Avaaz comme un site d'action sérieux

Dans un jour, l'Union Européenne va interdire une grande partie des remèdes à base de plantes, obligeant certains d'entre nous à prendre des médicaments chimiques qui gonflent les profits de l'industrie pharmaceutique.

La directive européenne érige des barrières d'accès importantes à tout remède à base de plantes qui n'aurait pas été sur le marché depuis 30 ans, ce qui inclut pratiquement tous les remèdes traditionnels chinois, ayurvédiques et africains. C'est un changement draconien qui donne un avantage aux grandes entreprises pharmaceutiques et ignore des milliers d'années de connaissances médicales.

Nous devons faire entendre un gigantesque appel contre ces mesures. Ensemble, nos voix peuvent faire pression sur la Commission Européenne pour qu'elle révise la directive et sur nos gouvernements pour qu'ils refusent de l'appliquer, tout en apportant une légitimité à un recours devant les tribunaux. Signez la pétition, faites suivre ce message à tous et allons jusqu'à un million de voix pour sauver les remèdes à base de plantes.

signer la pétition
Revenir en haut Aller en bas
xenia la chamane
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: URGENT: DEFENSE DES MEDECINES NATURELLES URGENTISSIMMEEE!!!!   Jeu 5 Mai - 12:33

mais bien sur que c'est vrai , ils ont pendu des lois autour de ces médicaments à base de plantes tellement draconiennes que seul les grands laboratoires pourront les commercialiser , les autre n'auront plus que leurs yeux pour pleurer comme d'habitudes grrrrrrrrr
Revenir en haut Aller en bas
http://creationsylvieerwan.centerblog.net/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: URGENT: DEFENSE DES MEDECINES NATURELLES URGENTISSIMMEEE!!!!   Ven 6 Mai - 7:00

Comme toujours c'est une histoire de gros sous et rien d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: URGENT: DEFENSE DES MEDECINES NATURELLES URGENTISSIMMEEE!!!!   Ven 6 Mai - 13:46

xenia la chamane a écrit:
mais bien sur que c'est vrai , ils ont pendu des lois autour de ces médicaments à base de plantes tellement draconiennes que seul les grands laboratoires pourront les commercialiser , les autre n'auront plus que leurs yeux pour pleurer comme d'habitudes grrrrrrrrr

c'est honteux!!!!!!!!!!!!! rhaaa rhaaa rhaaa

le 30 avril 2011 étant passé,
tu as du nouveau Xénia la chamane?


bise
Revenir en haut Aller en bas
xenia la chamane
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: URGENT: DEFENSE DES MEDECINES NATURELLES URGENTISSIMMEEE!!!!   Ven 6 Mai - 13:53

Depuis le 1er mai, les entreprises qui commercialisent des produits à partir de plantes médicinales doivent avoir apporté les preuves de leurs qualités pharmaceutiques auprès de l’Union européenne. Si la procédure paraît logique devant les risques que représentent certaines plantes pour la santé, elle devrait se traduire par la suppression de quelque 400 produits des rayons des officines françaises.

voila , ils ont pas encore gagné
Revenir en haut Aller en bas
http://creationsylvieerwan.centerblog.net/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: URGENT: DEFENSE DES MEDECINES NATURELLES URGENTISSIMMEEE!!!!   Ven 6 Mai - 13:56

merci Xénia la chamane pour l'info, affaire à suivre!!!
Revenir en haut Aller en bas
Servan
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Réunion publique du 21/06/11 au Parlement européen à Bruxelles    Ven 5 Aoû - 19:09

Réunion publique du 21/06/11 au Parlement européen à Bruxelles
Compte-rendu partiel de la réunion par Thierry Thévenin, botaniste et secrétaire général des « Simples », qui assistait à la réunion et qui pense qu’elle a été très intéressante et positive. Les responsables européens n'ont pas joué la langue de bois, ils ont tenté de répondre honnêtement aux questions et ont reconnu les limites et les lacunes de cette directive.

(on peut écouter intégralement la réunion sur le lien suivant :

http://www.greenmediabox.eu/archive/2011/06/21/thmpd/)

Pour la France, Michèle RIVASI avait invité le Pr Robert Anton et moi-même - afin de directement interroger un panel de représentants de la Commission (DG SANCO), de l'Agence Européenne des Médicaments (EMA) et de l'Autorité européenne des aliments (EFSA).

Cette initiative résultait du constat de la très grande inquiétude et préoccupation du public – dont témoignent les quelque 1,4 million de signatures pour la pétition « Collectif médecines naturelles » et les 900 000 pour celle d'Avaaz. Une soixantaine de participants ont pris part à la réunion : Augustin De Livois du collectif médecines naturelles, une représentante d'Avaaz, le Dr Robert Verkerk de l'ANH, des représentants de la médecine ayurvédique, Michel Pierre herboriste du Palais-Royal, Philippe Andianne de la société Herbalgem, etc.

J'étais accompagné par Florence Jullion, herboriste franco-québécoise, animatrice de l'association les Herbes sourcières et sympathisante des Simples.

Après un rappel de l'objet de la directive, de sa nature et ses enjeux, c’est-à-dire préserver la sécurité sanitaire du public, faciliter et simplifier la procédure de la mise sur le marché des plantes grâce à un recul important d'utilisation qui donne une sécurité d'emploi du produit, M. Andrzej Ryz (Directeur Produits et systèmes de santé, DG Sanco) rappelle que les acteurs du marché ont bénéficié d'un délai de 7 ans pour solliciter les autorisations de mise sur le marché. La date du 1er mai 2011 est un basculement important, les médicaments à base de plantes non enregistrés à cette date sont en effet désormais interdits à la vente, mais cette date n'est pas la fin des procédures d'autorisation, on peut encore continuer de demander des autorisations.

À la demande de Michèle Rivasi, Me Isabelle Robart, spécialiste du droit de la santé, en a évoqué l'historique en Europe ainsi que le cheminement qui a conduit à l'adoption de cette directive en 2004. Elle a rappelé que la tâche du législateur en Europe en matière de médicaments à base de plantes médicinales est de respecter l'équilibre entre le principe de précaution et le principe de libre circulation des produits et marchandises dans l'UE ; elle a souligné que dans ce domaine c'est la définition du médicament qui est essentielle et constitue en quelque sorte le « baromètre » de la réglementation. Il est prévu qu'en cas de litige ou de doute entre le statut de médicament ou d'aliment pour une plante, c'est le statut médicinal qui prévaudra. L'allégation et la forme peuvent faire basculer la plante médicinale vers le statut de médicament. Elle a précisé que bien que cette directive simplifie un système d’enregistrement de produits à base de plantes comme médicament, il n’en demeure pas moins que d’autres problèmes restent en suspens en matière de libre circulation de la plante en Europe, puis elle a conclu en faisant des propositions concrètes et en mettant donc en garde la commission et les agences du risque de main mise de l'industrie pharmaceutique sur le secteur des plantes médicinales que peut indirectement générer cette directive.

Trois sessions de questions-réponses ont suivi :

1 - mise en œuvre de THMPD :

Dès la première session de questions-réponses, plusieurs intervenants (Augustin de Livois du Collectif médecines naturelles, Michel Pierre, responsable de l'Herboristerie du Palais-Royal à Paris, …), ont déploré la quasi-disparition des herboristes en France, inéluctable depuis la suppression de leur diplôme en 1941. Les responsables de la Commission ont répondu que ce problème relevait à priori de la compétence des États membres...

2 - risques et problèmes posés par cette directive :

Le problème principal que risque de poser à terme cette directive est le suivant : comment vendre des plantes en Europe en dehors du champ pharmaceutique ? Des plantes à usage multiple et banal comme le thym, la menthe ou le tilleul vont-elles devenir des médicaments ?

3 - éventuelles révisions à envisager sur ce texte :

La réponse de la Commission a été très claire, un rapport a été publié en 2008 pour faire le point sur la mise en œuvre de cette directive ; au regard de ce rapport, rien n'est prévu à ce jour pour modifier cette directive...

Un représentant d'un groupe de l'Ayurveda a réclamé la possibilité d'ajouter les produits animaux et minéraux aux substances visées par cette directive. La commission a répondu que c'est parce que les plantes représentent la majeure partie des ingrédients des médicaments traditionnels que les produits animaux ou minéraux n'ont pas été intégrés.

On voit bien par là que la culture médicale des concepteurs de la directive est imprégnée de la seule culture pharmaceutique occidentale moderne. En effet, une multitude de produits non végétaux sont représentés dans les pharmacopées traditionnelles ou populaires, qu'elles soient exotiques ou occidentales.




J'avais personnellement adressé 3 questions écrites une quinzaine de jours à l'avance, comme cela était prévu, aux responsables de la THMPD :

1- L'usage médicinal des plantes médicinales s'est appuyé sur la construction et la transmission des savoirs oraux, bien avant que ne paraissent les premiers ouvrages scientifiques ; comment pourra-t-on avec cette directive respecter et préserver les connaissances médicales issues de cultures non écrites ?

Réponse : Après concertation, les représentants de l'UE ont reconnu que c'est un vrai problème qui n'est pas résolu avec cette directive.

2 – Une tisane simple d'une plante sèche en l'état, pour laquelle il serait revendiqué une indication thérapeutique écrite notoire sur l'emballage serait-elle visée par cette procédure d'enregistrement de l'usage traditionnel et serait-elle obligatoire pour chaque nouvel opérateur ? par exemple tisane de graines de fenouil ou tisane de feuilles de menthe digestives.

Réponse : Sur ce point, c'est clair, dès qu'on voudra mettre sur le marché un produit à base de plante médicinale en revendiquant des propriétés thérapeutiques, il faudra suivre la procédure d'autorisation de mise sur le marché, à moins qu'il n'ait bénéficié d'une A.M.M. antérieure à l'adoption de la directive en 2004.

Le coût moyen semble très variable suivant les dossiers et même les États. Des chiffres « plancher » de 1 000 à 3 000 euros par dossier ont été avancés par les représentants de l'UE, mais ils ont ajouté que la moyenne du coût dans certains pays peut s'élever à 10 000 et même jusqu'à 55 000 euros pour l'Italie.

Le représentant de DG SANCO ayant lui-même reconnu que cette directive s'adresse au monde industriel pharmaceutique, on peut implicitement en conclure qu'elle est peu adaptée aux petits acteurs de la filière.

3 - Dans un contexte où l'automédication devient une pratique banale et où le regain d'intérêt pour les médicaments traditionnels et les compléments alimentaires à base de plantes est manifeste, l'Union européenne ayant produit des directives sur l'harmonisation des qualifications professionnelles, ne serait-il pas judicieux d'accompagner le dispositif d'enregistrement simplifié des médicaments à base de plante et celui de la mise sur le marché des compléments alimentaires à base de plantes, par une véritable harmonisation du métier d'herboriste au niveau européen, sachant que cette profession fut organisée en France par le passé et est toujours existante ce jour en Italie, GB et en Belgique ?

À l'issue et en conclusion de cette réunion, Michèle Rivasi a estimé qu'il serait souhaitable de produire une directive pour favoriser et harmoniser le métier d'herboriste.

Cette journée ne doit pas rester sans suite ; il ne faut pas relâcher cette opportunité d'expression démocratique, il faudra interpeller à nouveau les responsables de l'UE lors des prochaines réunions qui sont prévues à la suite de cette première rencontre au niveau européen.

Les points critiques majeurs qui ont été mis en évidence à propos de la THMPD sont :

- Cette directive n'est pas adaptée aux petits acteurs de la filière des plantes médicinales ;

- elle génère un risque de main mise de l'industrie pharmaceutique sur le secteur des plantes médicinales ;

- elle ne respecte pas les savoirs populaires oraux, ni la diversité des remèdes traditionnels (non prise en compte des remèdes animaux ou minéraux notamment) ;

- les experts qui décident de l'attribution ou du rejet des AMM n'ont pas été clairement identifiés ;

- rien n'est prévu dans le système d'évaluation de la procédure THMPD pour garantir le respect et la pérennité des ressources végétales médicinales.




J'ai par contre ajouté pendant la réunion deux questions supplémentaires :

Question 1- Quand on voit que pour une plante comme le neem une interdiction européennes a été prononcée quand à son utilisation malgré ses usages alimentaires établis par la bibliographie (études scientifiques coloniales qui ont montré que les feuilles et les fleurs ont été couramment consommées et même vendues en tant qu'aliments sur les marchés d'Hanoï) ou qu'elles sont même utilisées par les moineaux pour protéger leurs petits dans les nids des infections parasitaires, on peut présupposer de son innocuité ; alors on se demande qui sont les experts ? Quels critères font qu'une référence bibliographique est recevable ? Les ethnobotanistes font-ils partie des comités d'experts ou bien seulement des pharmacologues ? Est-il envisageable d'élargir le panel des experts à des gens de terrain, écologues, ethnobotanistes, producteurs ?

Réponse : Nous n'avons pas eu de réponse à cette question sans doute parce qu'il n'y avait aucun représentant de ces experts à la réunion. Tout le monde s'est accordé à dire que leur absence était très regrettable.



Question 2- Étant donné que vous reconnaissez vous même que cette directive est adaptée au monde industriel et que par conséquent vous allez favoriser le développement de ce mode de production au détriment du mode artisanal, étant donné que l'on sait aussi lorsqu’on est sur le terrain - comme c'est mon cas - que le mode industriel est beaucoup plus prédateur des ressources et les met bien souvent en risque de surexploitation par rapport au mode artisanal, comment cette directive prend-elle en compte la problématique de la préservation des ressources végétales médicinales ? qu'est-il prévu dans le système d'évaluation de la procédure THMPD pour garantir le respect et la pérennité de la ressource végétale médicinale ?

Réponse : Après un moment de conciliabule entre les représentants de DG sanco, EMA et EFSA, il nous a été finalement répondu que rien n'était prévu.

À suivre...

Thierry Thévenin

source: la nouvelle conscience planétaire
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: URGENT: DEFENSE DES MEDECINES NATURELLES URGENTISSIMMEEE!!!!   

Revenir en haut Aller en bas
 
URGENT: DEFENSE DES MEDECINES NATURELLES URGENTISSIMMEEE!!!!
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» MEDECINES NATURELLES : L'EUROPE DONNE LE TON
» Pétition pr médecines douces & marques non-testées
» defense renard...
» BATTINI Capitaine) Demande de renseignements URGENT
» ensa marrakesh ou mpsi (urgent)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum spiritualité, loi de l'attraction, developpement personnel :: Le temple de la connaissance :: BLOG Actualités - Articles - conferences-
Sauter vers: