Développer votre potentiel grâce à la visualisation créatrice et à la méditation. ressources spirituelles gratuites, coaching gratuit, des méditations guidées gratuites et légales. Discussions sur l'ésotérisme et le paranormal, partage.
 
EnvolAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MÂYÂ : L'ILLUSION

Aller en bas 
AuteurMessage
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: MÂYÂ : L'ILLUSION   Ven 25 Sep - 11:49

Ce que l’on appelle "Maya" c’est l’illusion des limites, cette illusion qui nous fait percevoir la multiplicité là où, fondamentalement, il n’y a que l’unité.

« Les vagues sur l’océan, sont-elles autre chose que de l’eau ? »

À travers cette simple question, Saraha qui était un maître du Mahamudra (Bouddhisme), veut nous dire que toutes les expressions qui constituent l’univers, que ce soit notre esprit, notre corps ou tout ce que nous pouvons percevoir n’est rien d’autre que cette réalité fondamentale que l’on appelle parfois « Dieu » parfois « l’Etre » ou encore de bien d’autres façons. De la même manière que notre œil ne peut pas se voir lui-même car il est notre instrument de vision, cette réalité fondamentale est au-delà de notre champ de perception car c’est « Elle » qui regarde à travers nous ; « Elle » est notre essence la plus subtile.

Les vagues sur l’océan peuvent prendre des formes innombrables mais elles ne sont toujours que de l’eau. Dans cette optique l’eau est une réalité plus fondamentale que la vague.

H2O qui la formule chimique de l’eau peut prendre aussi plusieurs formes (glace, eau). Donc H2O est une réalité plus fondamentale que l’eau. Cette approche donne une idée de ce dont il s’agit.

Mais l’idée que le monde est une illusion peut se révéler dangereuse, elle peut amener certaines personnes à se détourner complètement de la vie matérielle jusqu’à empêcher toute évolution. Il ne faut pas oublier que l’illusion du monde ne se révèle que dans le regard des êtres réalisés spirituellement. A chacun donc de vivre avec sa propre vision et d’utiliser les moyens qui lui sont donnés pour élargir celle-ci.


  • La physique des particules, pour certains, fait du réel une pure illusion ; la convergence avec le bouddhisme est saisissante. Pour défendre le concret contre une telle dissolution, il importe d’en comprendre la positivité, de le considérer comme une œuvre, comme l’invention de l’entreprise de la diversité (cosmique, humaine). Si le spectacle du monde est digne de notre émerveillement, inversement, les coulisses de son fonctionnement invisible et la vocation originelle des particules à engendrer la diversité ne le sont pas moins. Quelques règles du jeu fondamentales et l’aléa suffisent pour produire le prodige. We cannot translate and still less summarize poetic philosophy...
Source spi.laique.over-blog.com



------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein




Dernière édition par Astya le Mar 25 Oct - 0:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: Re: MÂYÂ : L'ILLUSION   Ven 25 Sep - 12:04

Mâyâ (Sanskrit माया), a plusieurs sens dans les religions indiennes. Mâyâ est la déité principale qui crée, perpétue et régit l'illusion de la dualité dans l'univers phénoménal. Pour les mystiques indiens, cette manifestation est réelle, mais c'est une réalité insaisissable. Ce serait une erreur, mais une erreur naturelle, de la considérer comme une vérité ou une réalité fondamentale. Chaque personne, chaque objet physique, du point de vue de l'éternité, n'est qu'une goutte d'eau d'un océan sans limites. Le but de l'éveil spirituel est de le comprendre, plus précisément de faire l'expérience de la fausse dichotomie entre soi et l'univers.

Dans l'hindouisme


Mâyâ a les sens suivants dans l'hindouisme : "1) faculté de mesurer, géométrie ; 2) sagesse éternelle, éternel pouvoir du Brahman (chez Shri Aurobindo) ; 3) puissance cosmique grâce à laquelle l'univers se manifeste et s'organise ; 4) Illusion cosmique qui conduit l'homme à prendre le phénomène pour le noumène ; 5) puissance d'illusion du Seigneur ; 6) Prakriti inférieure (selon shrî Aurobindo) ; la Nature (selon Râmana Maharshi) ; le monde (selon shrî Râmakrishna) ; 7) pouvoir mystérieux par lequel un Dieu manifeste sa souveraineté ; la Mère divine (selon shrî Aurobindo) ; 9) puissance d'illusion (selon swâmî Ramdas) ; 10) apparence ; 11) magie".[1]

Plus positivement que l'usage ne nous le laisse supposer, Mâyâ signifie magie, donc tout autant tromperie que créativité. Dérivés :

* Mâyâvâda : école de la Mâyâ identique à l'école de l'Advaïta-Védânta de Shankara.
* Mâyâvâdin : partisan de cette école.

Dans la philosophie spéculative védique, la Mâyâ est l'illusion d'un monde physique que notre conscience considère comme la réalité. De nombreuses philosophies ou recherches spirituelles cherchent à « percer le voile » afin d'apercevoir la vérité transcendante, d'où s'écoule l'illusion d'une réalité physique. Voyez aussi l'Advaïta-Védânta (2.3)

Dans l'hindouisme, on pense que la mâyâ est l'un des trois liens qui doivent être dénoués afin de réaliser la moksha (libération du cycle des réincarnations ou saṃsāra), les deux autres étant l'ahamkara, l'ego ou conscience de soi, et le karma, la « loi des actes ». Le concept de mâyâ est central dans le Védânta où il désigne l'illusion cosmique, le pouvoir de création qui engendre le monde manifesté sous la forme d'un voile d'ignorance qui se surimpose à l'Absolu, Brahman.

Toutefois si la mâyâ désigne le plus souvent une illusion cosmique, certaines écoles l'interprètent différemment, d'une façon réaliste. Pour le Shivaïsme du Cachemire, maya est parfaitement réelle, elle est la manifestation d'un pouvoir divin, une force de connaissance et non un voile d'ignorance. Shri Aurobindo a fait remarquer que dans les anciennes upanishads, maya n'est nullement illusoire. Pour lui, l'ancien védanta est réaliste. Il considère l'illusionnisme comme une évolution tardive. Pour le védanta réaliste, mâyâ est la force qui suscite la multiplicité. Mais la multiplicité est parfaitement réelle. C'est l'opposition entre la multiplicité des objets sensibles et la simplicité supposée du Brahman qui a sans doute conduit certains penseurs à accuser d'illusion le monde perçu.

Dans le bouddhisme

Le concept de mâyâ devient négatif dans le bouddhisme mahâyâna, qui désigne mâyâ comme l'absence de nature propre des phénomènes, la vacuité :

Les ignorants ne comprennent pas que toutes choses sont de la nature de mâyâ, comme le reflet de la lune dans l'eau, qu'il n'existe pas de substance du soi qu'on puisse imaginer comme une âme dotée d'une existence propre. (Sūtra Lankavatara)

De la même façon, dans le Dzogchen, la réalité perçue est considérée comme irréelle :

Le vrai ciel sait que samsara et nirvana sont le déploiement d'une pure illusion. (Mipham Jamyang Gyatso[2], Quintessential Instructions of Mind, p. 117)

Le bouddhisme originel évite les affirmations tranchées sur la réalité, à part les trois caractéristiques. Ainsi le concept de mâyâ n'apparaît pas dans l'école Théravada. Pour elle, le monde phénoménal n'est que le produit de facteurs transitoires et interdépendants :

Le monde existe en raison des actions causales. Toutes choses sont produites par les actions causales, tous les êtres sont régis et conditionnés par les actions causales, tout comme la roue du chariot en mouvement, fixée à l'essieu par la cheville. (Sutta-Nipata, 654)

Ne pas confondre avec Mâyâ, qui est le nom de la mère du Bouddha historique.

Dans le sikhisme

Dans le sikhisme, la mâyâ - le monde tel qu'on le perçoit normalement - n'est pas plus tangible qu'un rêve. Comme l'affirme le Gurû Granth Sâhib, le livre saint du sikhisme le monde est comme un rêve, et il n'y a rien en lui qui est à vous. La mâyâ est une tentative de réponse à certaines questions existentielles telles que : lorsque nous nous réveillons le matin d'un rêve si prégnant qu'il nous paraissait réel, quelle certitude avons-nous de n'être pas entré dans un autre rêve ? Comment peut-on envisager que ce que nous appelons « moi » corresponde seulement à l'existence provisoire d'une vie enjambant trois-quarts d'un siècle ?

Autres philosophies

On trouve des réflexions comparables (sans en nier les différences) dans la philosophie chinoise (Cf. Tao, Zhuang Zi) et dans la philosophie occidentale. On citera l'allégorie de la caverne de Platon. De même, les gnostiques de l'Antiquité concevaient un Univers illusoire et négatif, créé par un démiurge démoniaque, duquel il fallait s'extraire. Puis Descartes (cf. Méditations Métaphysiques) trouve une solution à l'aporie à laquelle le menait le doute concernant la réalité de ce que ses sens lui montrent du monde par le célèbre cogito. Enfin, Arthur Schopenhauer, alors que les textes indiens commençaient à être connus en Occident, reprend le terme de "voile de Mâyâ" pour décrire sa conception du monde comme volonté et représentation.

[source]

------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein


Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
lancelot
Guide du temple Animateur
Guide du temple    Animateur
avatar


MessageSujet: passer au traves de maya   Dim 27 Sep - 18:19

merci astya pour ce post intéressant.
J'ai pu me rendre compte dans le passé, grâce à des expériences spirituelles que nous vivons tous sous l'emprise de l'illusion, du voile de maya.
Maya se sert de nos cinq sens pour mieux nous piéger et nous tenir sous son emprise.
il s'avère pourtant important d'échapper à son contrôle ne serait ce que pour garder une vision plus juste du monde dans lequel nous vivons.
Comment y arriver alors?
Traverser le voile de l'illusion pour prendre conscience de la véritable réalité peut s'avérer une expérience utile pour quelqu'un qui y est vraiment préparé et qui n'entreprend pas cette démarche seulement pour satisfaire sa curiosité.
Comme tu l'as souligné dans le post, il peut être négatif pour un homme de traverser le voile de l'illusion sans préparation préalable , tout simplement parce qu'il risque de ne plus pouvoir s'adapter à la "réalité quotidienne " après.
Revenir en haut Aller en bas
http://lupourvous.jeblog.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MÂYÂ : L'ILLUSION   

Revenir en haut Aller en bas
 
MÂYÂ : L'ILLUSION
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Illusion et/ou Réalité: Physical Use of Chi Energy, Demonstrated by John Chang, QiGong Master !
» Notre réalité n'est qu'une illusion
» Illusion et/ou Réalité: Les Vies Antérieures [Vidéos 1-5]
» [Philo] La vie: réalité ou illusion?
» L'univers est-il une illusion ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum spiritualité, loi de l'attraction, developpement personnel :: Spiritualité, ésotérisme :: Spiritualité - Religions - Croyances - Légendes-
Sauter vers: