Développer votre potentiel grâce à la visualisation créatrice et à la méditation. ressources spirituelles gratuites, coaching gratuit, des méditations guidées gratuites et légales. Discussions sur l'ésotérisme et le paranormal, partage.
 
EnvolAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les femmes pendant la Seconde Guerre mondiale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
xenia la chamane
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Les femmes pendant la Seconde Guerre mondiale   Mer 5 Mai - 13:06


Les femmes pendant la Seconde Guerre mondiale

La Première Guerre mondiale avait conduit les femmes à remplacer les hommes dans l’univers du travail, y compris dans des métiers qu’elles n’avaient jamais pratiqués. Mais il y avait eu 8 millions d’hommes mobilisés en France sur quatre ans.
Or, la Seconde Guerre mondiale, dont on fête la fin le 8 mai, était beaucoup plus courte puisque la France connaît la défaite dès 1940. Que font alors les femmes de 1939 à 1945 ?

Les femmes au travail

En fait, à nouveau, les femmes travaillent. Peut-être pas autant qu’en 1914-1918, car il y a moins d’hommes sur le front. Mais un million de soldats sont quand même faits prisonniers, gardés en Allemagne dans des Stalags ou Oflags jusqu’en 1945.

Par ailleurs, à partir de 1941, 650 000 Français sont réquisitionnés pour le STO (Service du travail obligatoire) et envoyés en Allemagne pour remplacer les soldats allemands partis combattre.

Beaucoup de femmes doivent donc, comme leur mère lors de la guerre précédente, se débrouiller seules pour vivre ou nourrir leurs enfants. Il leur faut trouver un emploi ou accomplir les travaux de la ferme à la place du mari absent, parfois avec l’aide du grand-père, qui reprend du service pour les tâches les plus dures malgré son âge.

La promotion de la mère

Pourtant, le nouveau gouvernement, celui du maréchal Pétain installé à Vichy, ne fait guère la promotion de la travailleuse même si, dans les faits, il ne peut rien empêcher.

C’est la mère qu’il choisit de mettre en avant. À la fois comme les gouvernements d’avant 1914 l’avaient fait, par l’affirmation d’une volonté nataliste (beaucoup d’enfants, c’est à terme beaucoup de soldats, une façon de redevenir une nation puissante face aux Allemands), mais aussi par un désir de « renouveau national » : si les femmes ne travaillent pas, elles élèveront mieux leurs enfants, ce qui donnera là encore un peuple plus fort.

Le gouvernement relance donc dès 1941 la journée des mères en mai (une fête créée en réalité par Édouard Herriot en 1926) et multiplie la propagande en faveur de la famille et de la femme au foyer.

Le règne de la débrouille

Impossible pourtant, si le mari est absent, de vivre sans travailler. Et, même s’il est là, les restrictions et les rationnements sont tels qu’il faut apprendre à s’organiser et que l’amélioration du quotidien incombe souvent aux femmes. Ce sont elles qui doivent trouver des produits remplaçant ceux qui manquent – et les journaux multiplient les conseils astucieux.

Plus de savon ? Elles apprennent à en fabriquer en mélangeant suif, soude et résine ou bien feuilles de lierre bouillies et lessive.
Plus de tissu ? Elles créent des robes, des blouses ou des chemises dans des rideaux découpés, dans des dessus-de-lit, voire dans de la toile à matelas. Elles détricotent les chaussettes trouées et les vieux pulls pour en tricoter des neufs.

Bref, les tâches ne manquent pas, sans compter les interminables queues à faire devant les magasins, tickets d’approvisionnement à la main, si les enfants sont trop jeunes pour patienter à leur place dans la file.

Deux nouvelles sortes de femmes

Deux catégories nouvelles de femmes apparaissent par ailleurs pendant la guerre : les femmes juives et les résistantes.

La première catégorie est mise au ban de la société sous la pression des Allemands et des lois antisémites imposées par Vichy : la femme juive cesse d’un seul coup d’être une femme comme les autres. À partir de juin 1942, elle doit porter une étoile jaune et, à partir de fin 1942, la mention « juive » figure en rouge sur sa carte d’identité.
De nombreux métiers lui sont interdits et elle n’échappe pas plus que les hommes ou les enfants aux déportations. Les femmes représentent ainsi une bonne partie des 76 000 juifs arrêtés en France et déportés en Allemagne pendant la durée de la guerre.

Une nouvelle catégorie, qui n’existait pas pendant le premier conflit mondial (plus militaire), c’est celle de la femme résistante. Car elle non plus n’accepte pas la défaite. Certaines femmes vont passer des munitions ou des informations, cacher des armes ou des personnes recherchées, faire passer la ligne de démarcation, imprimer ou distribuer des tracts, coller des affiches...
Même si, à la fin de la guerre, 6 femmes seulement ont reçu la croix de la Libération (sur 1059 attributions), leur action discrète mais efficace a contribué à la Victoire. Et, elles figurent aussi largement parmi les 93 000 résistants ou opposants politiques déportés.

Ne les oublions pas et sachons leur rendre hommage...

Marie-Odile Mergnac

Source : http://www.notrefamille.com/chroniques/historique/les-femmes-pendant-la-seconde-guerre-mondiale-o28429.html

Revenir en haut Aller en bas
http://creationsylvieerwan.centerblog.net/
 
Les femmes pendant la Seconde Guerre mondiale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les canadiens pendant la seconde guerre mondiale
» Les femmes pendant la Seconde Guerre mondiale
» L'Indochine française pendant la Seconde Guerre mondiale.
» recherches sur Saulieu durant la seconde guerre mondiale
» Les rangs durant la seconde guerre mondiale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum spiritualité, loi de l'attraction, developpement personnel :: Le temple de la connaissance :: BLOG Actualités - Articles - conferences-
Sauter vers: