Développer votre potentiel grâce à la visualisation créatrice et à la méditation. ressources spirituelles gratuites, coaching gratuit, des méditations guidées gratuites et légales. Discussions sur l'ésotérisme et le paranormal, partage.
 
EnvolAccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les bio-carburants sont-ils les nécro-carburants?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Servan
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Les bio-carburants sont-ils les nécro-carburants?   Mar 20 Avr - 11:35

Les agrocarburants sont des carburants produits à partir de matières organiques, à la différence des carburants fossiles (dérivés du pétrole par exemple). On parle parfois de biocarburants, le préfixe « bio » faisant référence à la biomasse. Greenpeace refuse ce terme qui peut laisser croire que ces carburants seraient « bio ». Ce n'est malheureusement pas le cas. Greenpeace préfère le terme d'agrocarburants qui souligne bien qu'il s'agit de carburants issus de la production agricole. Tout le problème est là.

Les agrocarburants ont pu apparaître comme une solution face aux dérèglements climatiques. Remplacer les carburants fossiles, fortement émetteurs de gaz à effet de serre (GES), par ces nouveaux carburants, supposés renouvelables, a semblé être une bonne idée. Mais en réalité, cela ne fait que déplacer le problème. Pour produire plus d'agrocarburants, il faut augmenter la superficie des terres agricoles. Cela se traduit par la destruction de zones forestières, elle-même génératrice de gaz à effet de serre.

Les émissions de GES dues au secteur des transports peuvent bien baisser : celles dues à la déforestation augmentent ! Il n'y a pas réduction des émissions de GES, mais transfert (et parfois hausse) de ces émissions.

Ce transfert se fait aux dépends des pays en développement. Les émissions de GES ne sont plus le fait des véhicules dans les pays industrialisés, mais des zones forestières transformées en terres arables dans les pays en développement. Les pays riches se dédouanent ainsi des efforts qu'ils ont à fournir en terme de réduction de leurs émissions de GES sur le dos des pays pauvres qui voient leurs émissions augmenter !
En outre, la déforestation dans les pays en développement met en péril la biodiversité des zones forestières et le cadre de vie des populations qui y résident. Elles rapportent bien plus aux industries agro-alimentaires qu'aux pays qui voient leurs forêts partir en fumée. L'exemple de la culture de palmier à huile en Indonésie en est l'exemple le plus spectaculaire. Les terres voisines de Papouasie-Nouvelle-Guinée pourraient suivre.
Enfin, l'augmentation des cultures destinées à la production des agrocarburants fait grimper les prix des produits alimentaires et diminuer les réserves alimentaires mondiales.

Les agrocarburants ne sont donc pas une solution face aux dérèglements climatiques. Ils créent de nouveaux problèmes sans régler les précédents. Pourtant, l'Union Européenne veut qu'ils constituent 10% de ses carburants d'ici 2020. La Chine mise sur 15% à la même date, tandis qu'en Inde, 20% du diesel proviendra des agrocarburants d'ici 2012. Greenpeace dénonce ces objectifs et demande aux gouvernements de les abandonner. Le recours aux agrocarburants est une fausse bonne idée, dangereuse pour la planète.

source: greenpeace

Agrocarburants : un bilan carbone désastreux pointé par l’ADEME
[08.04.2010] [Général, Agriculture]


Après plusieurs mois d’hésitations, l’ADEME publie enfin aujourd’hui son rapport « Analyse de cycle de vie appliquées aux biocarburants de première génération consommés en France ». FNE a participé au comité technique de cette étude et livre son analyse.



L’Europe veut des énergies renouvelables...vraiment renouvelables !

Cette expertise sur les agrocarburants répond à un engagement du Grenelle mais s’inscrit aussi dans un contexte européen. La Directive « Energies renouvelables » du 29 avril 2009 demande aux Etats membres d’incorporer dans les transports 10% d’énergies renouvelables produites de manière durable, avec pour critère une réduction de 35% des émissions de gaz à effet de serre par rapport aux équivalents fossiles. La France doit ainsi remettre dans quelques mois son Plan d’action national en matière d’énergies renouvelables à la Commission européenne.

Un bilan désastreux en termes de gaz à effet de serre

Cette étude officielle permet justement de préciser le bilan des agrocarburants en matière de gaz à effet de serre, avec une avancée incontestable : la prise en compte de l’impact du Changement d’Affectation des Sols (CAS). En effet, la transformation des forêts tropicales primaires en cultures industrielles de canne à sucre et de palmiers à huile destinées à faire rouler nos voitures est à l’origine d’émissions très importantes, liées au déstockage massif de carbone suite à la suppression du couvert forestier et à la dégradation des sols. Rappelons que la déforestation représente près de 25% des émissions mondiales de gaz à effet de serre !

Pour Lionel Vilain, conseiller technique agricole de FNE : « Les résultats de l’étude sont sans appel : lorsqu’on prend en compte les changements d’affectation des sols (déforestation notamment), l’impact effet de serre des agrocarburants est le double de celui de l’essence ou du gasoil remplacé ! ».
Michel Dubromel, responsable des transports à FNE : « A lui seul, ce résultat suffit à démontrer qu’en aucun cas les agrocarburants ne représentent une solution pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports routiers.»

Des importations inévitables

L’étude démontre aussi que les filières métropolitaines d’agrocarburants ont une efficacité énergétique plus faible et sont économiquement non concurrentielles vis-à-vis des agrocarburants tropicaux.

Lionel Vilain reprend : « La conséquence, c’est que l’incorporation obligatoire de 10% d’agrocarburants dans les carburants conventionnels en Europe va se traduire par une déforestation accélérée des forêts brésiliennes, malaisiennes et indonésiennes. »

FNE demande au Gouvernement de tirer les conséquences de cette étude et de renoncer à toute politique favorisant la production et l’utilisation d’agrocarburants industriels en France.

source: FNE

Jamais la violence, l'inégalité, l'exclusion, la famine, et donc l'oppression économique, n'ont affecté autant d'êtres humains dans l'histoire de la terre et de l'humanité". Jacques Derrida (Philosophe né en Algérie)

Nous sommes en 2010, la production de pétrole est de l'ordre de 87 millions de barils /jour dont environ 35% pour les transports soit 31 millions de barils/jour ou encore 4 millions de tonnes /jour ou encore 1,7 milliard de tonnes/an ce qui occasionne l'équivalent de 5,5 milliards de tonnes de CO2 dans l'atmosphère et dans l'acidification des océans. On contribue à la fois à acidifier les océans en perturbant la flore et à renforcer l'effet de serre qui nous revient indirectement sous forme de "convulsions climatiques", inondations, ouragans, sécheresse, stress hydrique et réfugiés climatiques et famines. Ces 1,7 milliard de tonnes alimentent 800 millions de voitures dont 80% se trouvent dans les pays développés. A titre d'exemple, les Etats-Unis c'est 250 millions de voitures pour 300 millions d'habitants (4 voitures pour 5 habitants).

En France, 30 millions de voitures pour 60 millions d'habitants soit une voiture pour deux personnes. Et en Chine? Accusée d'asphyxier la planète, elle dispose d'autant de voitures que la France pour 1500 millions d'habitants soit une voiture pour 50 personnes (un bus!). En Algérie, nous avons une voiture pour 7 personnes, ce n'est pas un record dont il faut être fier!
Pour satisfaire cette boulimie en carburant, les pays développés ont mis au point des biocarburants qui auraient la vertu de ne pas polluer comme les essences et donc qui évitent l'effet de serre. C'était donc le «miracle» et les pays développés ont subventionné d'une façon scandaleuse, aux Etats-Unis mais aussi en Europe (partie de la Politique agricole commune PAC), les agro-carburants ou biocarburants, voire les nécro-carburants pour les écologistes.

Les trois vérités
En fait, l'apport des biocarburants est marginal comparé à la demande de carburant ; la production mondiale d'éthanol en 2005 était de 36 millions de tonnes (dont 37% de la production mondiale: Amérique du Sud - 36%: Amérique du Nord et Amérique centrale - Asie: 15% - Europe: 10%) pour 1,6 milliard de tonnes d'essence soit 2,5%. En Europe en 2008, les biocarburants (10 millions de tonnes équivalent pétrole) ont ainsi représenté 3,3% du contenu énergétique des carburants. En 2020 on atteindra peut-être 100 millions de tonnes pour 2,5 milliards de tonnes d'essence si d'ici là il y a encore assez de pétrole soit 4%.

Une deuxième vérité est que, contrairement à ce que disent les "laudateurs" des nécrocarburants, des pays industrialisés et même au Brésil, le bilan C02 n'est pas nul car il faut compter toute l'énergie nécessaire pour produire par exemple 1 litre d'éthanol. Une troisième vérité dont on ne parle pas est l'organisation de famines durables par le détournement de la nourriture (maïs, blé soja) très subventionné pour produire des biocarburants. Ceci a pour conséquences les émeutes dans le monde (Maroc, Egypte...) Il faut environ 225 kilos de maïs pour faire le plein de 50 litres de carburant agroalimentaire. 225 kilos de maïs, c'est suffisant pour nourrir une personne pendant un an!

Un quart de toutes les cultures de maïs et autres céréales cultivées dans les États-Unis termine maintenant comme biocarburant dans les voitures plutôt que d'être utilisé pour nourrir la population, selon une nouvelle analyse qui suggère que la révolution des biocarburants lancée par l'ancien président George W.Bush en 2007 a un impact sur l'approvisionnement alimentaire mondial. En 2009, les chiffres du ministère américain de l'Agriculture montrent que la production d'éthanol atteint des niveaux record tirée par les subventions agricoles et les lois qui ont besoin de véhicules à utiliser des quantités croissantes de biocarburants. «Les céréales cultivées pour produire du combustible aux États-Unis [en 2009] sont assez suffisantes pour nourrir 330 millions de personnes pendant un an à un niveau moyen mondial de la consommation», a déclaré Lester Brown, le directeur de l'Earth Policy Institute, un groupe de réflexion de Washington. L'an dernier, 107 millions de tonnes de céréales, principalement du maïs a été cultivé par les agriculteurs américains pour être mélangé à l'essence. Selon M.Brown, la demande croissante des États-Unis pour l'éthanol issu de céréales a contribué à pousser les prix des céréales à un niveau record, entre fin 2006 et 2008.(1)

Jean Ziegler, ancien rapporteur de l'ONU pour le droit à l'alimentation, avait qualifié de «crime contre l'humanité» la production des biocarburants, le 26 octobre 2007 à New York. En proposant à l'ONU un moratoire de cinq ans sur la production des biocarburants, ce dernier avait affirmé que «consacrer des terres agricoles fertiles à la production de denrées alimentaires qui seront ensuite brûlées pour fabriquer du biocarburant constitue un crime contre l'humanité». Plus d'un milliard de personnes, à peu près 1/6e de l'humanité, est sous-alimenté. C'est le constat de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture des Nations unies (FAO). La crise économique mondiale et le prix élevé des denrées alimentaires dans nombre de pays en développement expliquent ce record honteux. Cette année, 100 millions de personnes supplémentaires, devenues plus pauvres en raison du chômage et d'une baisse de leurs revenus, n'auront pas les moyens de se nourrir décemment. Pour le Programme alimentaire mondial (PAM), qui signe ce constat avec la FAO, c'est un retour en arrière après quatre décennies d'avancées sur le front de la faim dans le monde.

Jacques Diouf, le directeur général de la FAO, écrit: «L'ouragan financier menace la lutte contre la faim dans le monde.»(1) Jacques Diouf rapporte la surprise de nombreux chefs d'Etat, récemment réunis à New-York pour l'Assemblée générale des Nations unies sur les Objectifs du Millénaire et du Développement. Il s'étonne aussi. Comment peut-on trouver aussi facilement 1000 milliards de dollars, trois fois rien, 730 milliards d'euros, pour renflouer des établissements financiers américains et européens quand on peine à rassembler 30 milliards de dollars annuels pour doubler la production alimentaire, et rassasier une planète qui comptera plus de 9 milliards d'individus en 2050? 30 milliards de dollars, c'est «2,5% des dépenses militaires dans le monde», précise Jacques Diouf. Pendant ce temps, la crise financière galope toujours, on ne connaît ni la fin du parcours, ni les pertes réelles. La faim dans le monde continue, elle aussi, sa course. Depuis la hausse des prix alimentaires, le nombre d'affamés s'est enrichi de 75 millions de personnes. Pour un actif global, sans doute sous-estimé, de 927 millions de personnes sous-alimentées, chiffre de 2007.(2)

On se souvient que le sommet de la FAO (Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation), réuni à Rome l'année dernière pour tenter de définir une stratégie alimentaire mondiale, fut un fiasco. Selon Jean Ziegler, la Conférence n'a pas répondu à trois questions majeures: les biocarburants, la spéculation, et le soutien à une petite agriculture de subsistance dans les pays pauvres. Le développement des agrocarburants pourrait menacer l'accès à la nourriture des populations les plus démunies d'Amérique latine. La FAO, en discussion à Brasilia avec les pays d'Amérique latine et des Caraïbes, évoque une possible crise alimentaire régionale. Dans un contexte de flambée des prix alimentaires et d'émeutes de la faim, le Brésil, gros producteur mondial d'éthanol, est mis à l'index... Dans un contexte de crise alimentaire mondiale, la FAO s'inquiète d'une accélération de la filière de ces carburants issus de l'agriculture, qui réclament terres cultivables, eau, et engrais. «... A court terme, il est fort probable que l'expansion rapide de la production des biocarburants au niveau mondial ait des répercussions importantes sur le secteur agricole en Amérique latine», précise le rapport de la FAO, rendu public à Brasilia. Dans ce rapport, la FAO évoque, notamment la question de l'eau, qui fait pousser les cultures, et participe à la transformation de l'éthanol. La canne à sucre et le palmier à huile, principales sources pour les agrocarburants, sont aussi les plus assoiffés. Cette eau, détournée des robinets dans les habitations, pourrait encore faire défaut à l'agriculture. La FAO craint encore que les cultures destinées aux biocarburants confisquent des terres à vocation agricole, et absorbent des capitaux. Ce qui pourrait perturber les productions agricoles et jouer sur les prix alimentaires, privant les ménages les plus démunis.(3)

Même la Banque mondiale, contre toute attente, avait reconnu le 4 juillet 2008 que les biocarburants ont provoqué une hausse des prix du marché mondial de l'alimentation de 75% - bien plus élevée que ce qui était estimé jusqu'alors. Ce chiffre contredit les affirmations du gouvernement américain qui prétend que les combustibles d'origine végétale contribuent pour moins de 3% à la hausse des prix de l'alimentation. (...) La hausse des prix des produits alimentaires a rejeté 100 millions de personnes dans le monde en dessous du seuil de pauvreté, estime la Banque mondiale, et elle a provoqué des émeutes du Bangladesh à l'Égypte.

Le rapport indique que la production de biocarburants a déstabilisé les marchés de produits alimentaires de trois façons. Tout d'abord, il a détourné des céréales de l'usage alimentaire, avec plus d'un tiers du maïs poussant aux États-Unis, qui est maintenant utilisé pour produire de l'éthanol et près de la moitié des huiles végétales dans l'UE, destinées à la production de biodiesel. Deuxièmement, les agriculteurs ont été encouragés à réserver des terres pour la production de biocarburants. En troisième lieu, cela a suscité une spéculation financière sur les céréales, augmentant encore les cours.(4)

UN Energy, une agence des Nations unies, publie un rapport évaluant les impacts de l'extension des cultures destinées à la production de biocarburants. Le rapport met en garde contre les risques de déforestation, d'augmentation du prix des produits agricoles et d'expropriation des communautés villageoises. (...) L'Union européenne et les USA se sont récemment fixés pour objectif d'accroître la part des biocarburants dans le transport routier, considérant que l'éthanol et le biodiesel sont à l'heure actuelle les seules aternatives viables à l'usage des hydrocarbures. En ce qui concerne l'environnement, le rapport constate que la demande pour les biocarburants a accéléré la destruction de la forêt primaire pour la création de plantations de palmiers, tout spécialement en Asie du Sud-Est. La destruction des écosystèmes, qui sont des puits de carbone, peut conduire à une augmentation des émissions de gaz à effets de serre. La monoculture pourrait aussi entraîner une diminution significative de la biodiversité et l'érosion des sols.(5)

On nous promet des biocarburants de la deuxième génération qui, semble-t-il, ne seraient pas en concurrence avec l'alimentation humaine. Soit! Mais il faut bien les produire avec de l'eau. Il faut savoir qu'un kilo de maïs nécessite 450 litres d'eau... Il en est de même pour les biocarburants de deuxième génération. Leur production nécessite aussi de l'eau. On parle de plus en plus de biocarburants de troisième génération en faisant appel aux algues. À 10 euros le litre (soit 2060 dollars le baril), taxes non comprises, l'huile de micro algue est très loin d'être compétitive sur le marché. Il n'empêche, les pays occidentaux sont prêts à subventionner ces huiles pour produire, polluer encore plus.

On fait dans la diversion en croyant régler le problème en séquestrant le CO2 : c'est comme souffler sur une fuite d'eau pour que ça sèche au lieu de couper le robinet ! Ce n'est pas évident, c'est cher et cela ne peut être fait qu'à proximité des centrales thermiques. Quid des voitures qui polluent pour près de 40%? Le problème est ailleurs, le Sommet de Copenhague qui, quoi qu'on dise, est un échec cuisant et a libéré tous les pays des contraintes de Kyoto.
Nous pensons que les biocarburants sont un pis aller, ils ne règlent pas les problèmes de la boulimie énergétique sans fin du monde industrialisé, mais ces biocarburants affament le monde. Des pays entiers sont à vendre, pour une bouchée de pain, aux multinationales qui cultivent des cultures énergétiques pour produire encore plus. Nous avons même vu Bill Gates, que l'on présente avec sa femme Melinda comme des philanthropes, investir 80 millions de dollars dans une usine de biocarburants. La spéculation se développera de plus en plus et la tentation de produire des biocarburants ne s'arrêtera pas au fur et à mesure que nous approchons de la fin du pétrole qui sera de plus en plus cher.

L'Américain et les autres
Que pouvons- nous dire ? Sinon que la civilisation actuelle court à sa perte. Entre des pays industrialisés qui ne veulent rien céder ; souvenons-nous de la phrase de G.W.Bush: «Le niveau de vie des Américains n'est pas négociable», et les pays émergents qui, à juste titre, veulent se développer, il n'y a pas de solution si ce n'est l'avènement de l'enfer sur terre. On l'aura compris : personne ne parle de changement de paradigme d'une vision nouvelle et globale de la capacité de la Terre à nous supporter. Les pays industrialisés qui ont pollué pendant un siècle pour 800 milliards de tonnes de CO2, ne veulent pas découpler leur croissance de la consommation d'énergie. L'empreinte écologique recule chaque année, elle a eu lieu en septembre pour l'année 2009 ; cela veut dire qu'à partir de cette date, nous vivons à crédit, nous avons gaspillé en huit mois ce que la Terre a produit en une année. Quand on pense que le maïs qui est parti en fumée aux Etats- Unis en 2009 était suffisant pour nourrir 330 millions de personnes, alors qu'ils ne représentent que 3% de la consommation de carburants, ne peut-on pas «supplier» les Américains d'économiser 3,5% de leur énergie pour sauver 330 millions de personnes? Où allons-nous s'il n'y a plus la plus élémentaire des charités? A titre d'exemple, "Les m'as tu vu médiatique" pour se donner bonne cosncience des pays industrialisés concernant les secours filmés en boucle à Haïti ne peuvent pas cacher la misère endémique et la famine récurrente de ce pays à quelques encablures des Etats unis.

source: http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2248_bio-necro-agro-carburants.php
Revenir en haut Aller en bas
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: Re: Les bio-carburants sont-ils les nécro-carburants?   Mar 20 Avr - 12:18

Je n'ai pas fini de tout lire mais .. a part l'histoire de l'émission de CO2 a laquelle je ne crois pas plus que ça ... mais bon .. le reste j'adhère .. oui les agrocarburant, c'est de la nourriture en moins pour ces pays pauvres = famine amplifiée, de plus on pille leurs terres ce qui au final les empêche de se développer pour le seul intérêt des pays développés .. ça 'n empêche pas une autre pollution plus grave a mon sens et surtout la déforestation !!! les forets permettant de filtrer l'air qui disparaissent !!!

Tout ça au nom d'une incertitude scientifique ! je crois que la aussi ils nous endorme avec des fausses solutions a un faux problème et je pense que tout ceci ne fait plus de mal que de bien. Oui pour des énergies propres mais pas au détriment de pays pauvre ... surtout que pour les voitures, on sait très bien que la voiture électrique fonctionne, pourquoi aucun constructeur automobile n'est intéressé ? Pourquoi les gouvernements ne promotionnent pas cette voiture électrique ?

Merci Servan

------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein


Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les bio-carburants sont-ils les nécro-carburants?   Mar 20 Avr - 18:43

et le moteur à eau fonctionne, des voitures vont être fabriquées en Inde !!
on a déjà la solution depuis longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: Re: Les bio-carburants sont-ils les nécro-carburants?   Mar 20 Avr - 20:22

Il y a d'autres énergies encore, énergies casi gratuite et inusables .. je vous ferez un topo ..

------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein


Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: re   Mar 20 Avr - 20:52

J ai vu un doc sur ça justement et dans certains pays je me souviens plus lesquels quasi tout les champs étaient cultivés dans le but de faire ces "bio carburant" il ne reste presque plus de champs cultivés pour être "alimentaire" alors que la moitié de la population "créve" (le mot n est pas trop fort) de faim. Car le prix à payer c est qu'ils ne produisent plus pour l homme mais pour les bagnoles, resultat le prix des légumes, céreales et autres flambe et les gens n ont plus de quoi se nourrir c est ignoble.

J ai entendu parler d une voiture qui roule a "l air comprimé".

Je n en sais pas plus, désolée

Le mieux c est le vélo pour des piti trajet, et la voiture quand c est vraiment obligatoire enfin moi je dis ça, j ai pas le permis, juste une bonne pâire de tennis


Vi astya dit nous tout

Revenir en haut Aller en bas
Astya
Grand Maitre du temple
Grand Maitre du temple
avatar


MessageSujet: Re: Les bio-carburants sont-ils les nécro-carburants?   Mer 21 Avr - 10:23

oui, je vous parlerez des energies libres, des que j'aurais la tete a l'endroit .. le matin ça commence a etre dur


------------------------------------------------------------------------------------


Le mal (l'ignorance) est comme une ombre, dépourvue de réalité propre, une simple absence de lumière. Ce n'est pas en se battant contre une ombre ... que l'on peut la faire disparaître. Pour faire disparaître une ombre, il suffit d'amener la lumière. Citation de Shakti Gawain



La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. Citation de Albert Einstein


Revenir en haut Aller en bas
http://www.envol-spiritualite.com
argileblanche
Grand spirituel Confirmé
Grand spirituel Confirmé
avatar


MessageSujet: Re: Les bio-carburants sont-ils les nécro-carburants?   Mer 21 Avr - 12:09

merci Servan !





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: voitures electrique    Mer 11 Aoû - 18:49

merci servan pour l,article que pensez vous des voitures electriques je pense notamment a la Leaf de nissan (au québec elle s,appele comme cela) on est supposé l,avoir bientot au quebec . je me demande ce que cela va donnez avec nos hiver québecois et d'abord il faudrait que notre gouvernement se dépeche a mettre les borne de recharge !!! ca bouge pas vite et vous de votre coté est-ce que vous l'avez et qu'en pensez vous et est-ce vraiment ecologique quand on pense que cela prend de l'électricité et que l'électricité marche avec de l,eau et du nucleaire ..... on dirait qu'on tourne en rond il doit surement y avoir une solution

merci pour vos commentaires et bonne journée

galadriel
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les bio-carburants sont-ils les nécro-carburants?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les bio-carburants sont-ils les nécro-carburants?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les bio-carburants sont-ils les nécro-carburants?
» Qui sont les 144 000 ?
» Quels sont vos traits d'évitement?
» Débat programmé : Les littoraux sont-ils des milieux propices à l'établissement d'oecoumènes?
» Les anges: qui sont ils, à quoi servent ils?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum spiritualité, loi de l'attraction, developpement personnel :: Un meilleur respect des Hommes, de la Terre et de la vie :: Ecologie-
Sauter vers: